Les Krachs qui nous menacent – Episode 1: La bulle obligataire Américaine

(ProfesseurForex.com) – Encore récemment, l’ambiance était bonne sur le marché, et les analystes, traders et journalistes semblaient d’accord : Le pire de la crise que nous traversons depuis 2009 est passé. Plus récemment encore, ce sentiment semble cependant avoir reculé au profit d’inquiétudes diverses au sujet de risques majeurs, et clairement identifiés. En effet, la crise et les mesures anti crise qui ont suivit ont elles-mêmes générées d’autres risques, et même de potentiels krach en puissance.

Cet article ouvre donc une série d’analyses, qui visent à identifier les différents krachs qui nous menacent.

Pour ce premier épisode, nous nous pencherons sur un sujet très en vogue : Le risque de krach lié à la fin du QE aux Etats-Unis :

Cela fait des années que Ben Bernanke s’efforce de rassurer, encore et toujours, en essayant de faire croire aux traders, journalistes, ménages et politiques qu’il est toujours possible d’engranger la même croissance qui primait avant que la plus grande crise économique que le monde ait connu.

Et comment les banques centrales parviennent-elles à rassurer leur monde ? En ouvrant grandes les vannes de liquidités en déversant des milliers de milliards de Dollar et en abaissant le loyer de l’argent à Zero (depuis décembre 2008) pour donner le temps aux institutions financières de se refaire, afin d’éviter des faillites colossales en bonne et due forme.

Depuis la fin de l’année 2012, la FED a lancé un QE « illimité », au rythme de 85 Mds par mois (0.5 % du PIB….) puisque la baisse du taux directeur n’est pas suffisant pour maintenir les taux bas à long terme afin de ranimer le marché immobilier Américain dont la bulle avait éclaté en éclaboussant le monde entier via ces titres financiers issue de la titrisation et qui ont donc pu se vendre aux quatre coins du monde. Conséquence, le Bilan de la FED a triplé pour atteindre plus de 3 000 Mds de Dollars…

Mais aujourd’hui, la FED annonce la retraite, demain la BCE, après-demain la BoE et plus tard encore peut être la BoJ. Les dealers vont donc sevrer des marchés complètement addicts et ça risque de faire mal.

En effet, la FED n’a jamais réussi à resserrer sa politique monétaire sans faire de gros dégâts.

Dès l’automne, elle pourrait commencer à réduire ses emplettes : 83 % des experts sondés par L’Expansion cet été s’attendent à un fort repli des achats de bons du Trésor par la Fed dans les douze prochains mois. Comme toujours, pour rassurer, Ben Bernanke a promis de laisser les taux directeurs inchangés tant que le chômage ne serait pas redescendu sous la barre des 6,5 %. Un cadeau empoisonné puisque la hausse du taux directeur risque d’avoir encore plus d’impact que l’arrêt du QE.

Quel sera donc le premier Krash en réaction à ce tarissement de l’argent facile ?

Le marché obligataire devrait être le premier à accuser le coup. En effet, la FED devrait commencer par réduire ses achats de dette Américaine (45 Mds par mois) avant de penser à réduire ses achats de titres adossés au marché immobilier.

La FED n’est pas encore passée à l’action que le taux d’emprunt US est déjà sous forte pression, remontant à presque 3 % alors qu’en France par exemple, il est à 2.2 %. Que va-il se passer lorsque la FED ne sera plus là pour acheter la dette US ? Le scénario de la crise de la dette Européenne pourrait bien être ce qui attend les États-Unis. Chacun son tour.

Enfin, chacun son tour… Comme d’habitude, la tempête qui va s’abattre sur les taux Américains va également contaminer l’Europe encore convalescente… L’Espagne, l’Italie and Co vont très probablement voir leurs taux exploser de nouveau, et même la France empruntera très certainement à plus de 3 % à 10 ans.

Espérons que d’ici là le programme OMT (QE déguisé) de la BCE aura été approuvé par l’Allemagne car sans l’intervention de Mario Draghi, les taux sont condamnés à remonter de nouveau, mettant en danger la viabilité de la dette des pays qui sont déjà dans le rouge (Italie dette = 130 % du PIB…).

Le gouvernement US est également largement dans le rouge, comme l’a signifié S&P en privant l’Oncle Sam de son AAA en 2011. Voici un graphe provenant du très intéressant blog d’Olivier Berruyer qui résume bien la situation :

Le sujet va revenir rapidement sur le devant de la scène puisque le plafond de la dette sera de nouveau atteint en octobre…

Copyright (c) 2013 ProfesseurForex.com. Tous droits réservés