Pétrole : Le prix du baril grimpe à mesure que la tension monte en Syrie, le Dollar pourrait en pâtir

(ProfesseurForex.com) – Le prix du baril monte alors que l’éventualité d’une intervention occidentale se dessine après les sorties de la France, des USA et aujourd’hui de l’Angleterre.

Laurent Fabius, John Kerry et James Cameron sont montés ont créneau pour confirmer que l’arme chimique avait bien été utilisée en Syrie. La Syrie dénie toujours la chose..

Alors que le président Barack Obama étudie, selon la presse américaine, la possibilité d’une attaque brève et de portée limitée, le Premier ministre britannique David Cameron a convoqué son Parlement pour un vote jeudi sur « la réponse du Royaume-Uni aux attaques à l’arme chimique » en Syrie. La mission de l’ONU a été reportée mais si il s’avère que l’usage de l’arme chimique est confirmée, l’Allemagne supportera également une « action » occidentale. L’Italie n’interviendra pas sans l’aval du conseil de sécurité de l’ONU (où la Russie oppose son veto) mais la Turquie est prête à s’engager sans son aval.

« Les tentatives visant à contourner le Conseil de sécurité, créer une fois de plus des prétextes artificiels et infondés pour une intervention militaire dans la région (…) auront des conséquences catastrophiques pour les autres pays du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord », a averti le ministère russe des Affaires étrangères…

Autre allié de Damas, l’Iran est également sur le pied de guerre, promettant de « lourdes conséquences » en cas d’intervention étrangère. Rappelons l’issue du détroit d’Ormuz par où passe une bonne partie du pétrole d’Arabie saoudite.

Selon le ministre des affaires étrangères françaises Laurent Fabius, les pays occidentaux décideront d’une réaction « dans les jours qui viennent ».

Le crude Oil est en hausse de 2 % et s’échange désormais à presque 108 $. les contrats futures font de même avec celui d’octobre qui monte de 1.7 % à 112.5 $. Au plus haut depuis 6 mois.

Si la Syrie n’est pas un grand producteur de pétrole (Production syrienne : 39 000 barils/jour contre 350 000 barils en mars 2011), son allié, l’Iran est en revanche un poids lourd au niveau de la production de pétrole et un blocage du détroit d’Ormuz auraient très certainement de graves conséquences pour le cours du baril. Une production largement exporté vers la Chine étant donné l’embargo des pays occidentaux, soit dit en passant.

Miser sur le pétrole en attendant la première réaction occidentale est peut être un bon pari. Sur le forex, cela devrait peser sur le Dollar.

Cette corrélation n’est néanmoins pas gravée dans le marbre. Par exemple, le prix du baril avait doublé à 60 dollars en 2004 et 2005, alors que le billet vert était resté stable sur la période.

Copyright (c) 2013 ProfesseurForex.com. Tous droits réservés