Zone euro – Pays périphériques : Moody’s n’anticipe pas de retour à la croissance avant 2016, n’exclut pas des dégradations, et accuse l’euro et le forex

(ProfesseurForex.com) – L’agence de notation Moody’s s’est exprimée hier soir au sujet de l’état de la Zone euro, et notamment de ses « pays périphériques ».

L’agence a donc relevé des progrès dans la « périphérie » de la zone euro (Grèce, Italie, Espagne, Portugal, Irlande et Chypre), tout en soulignant que ces progrès ne sont pas suffisants pour que ces pays renouent avec une croissance « durable » d’ici 2016-2017.

« Les pays de la périphérie de la zone euro ont accompli des progrès pour faire face à leurs déséquilibres internes et externes et leurs pertes de compétitivité », détaille en effet l’agence dans un rapport, mais relève que « ces progrès ne constituent pas en eux-mêmes une condition suffisante pour renouer avec une croissance durable », ce qui mène l’agence à maintenir une perspective négative sur les notes de ces pays.

On notera que 4 d’entre eux, la Grèce, le Portugal, l’Irlande et Chype ont bénéficié de plans d’aides de la Troika (UE, BCE et FMI) afin d’éviter la faillite.

En échange, ces « pays périphériques » ont à des échelles variées mis en place des mesures d’austérité sévères pour tenter de réduire un endettement massif dans un contexte de récession économique.

Mais ces mesures, qui ont permis de limiter la croissance de la dette, ont eu également des effets néfastes sur la croissance, et Moody’s note qu’à ce niveau, les perspectives restent « moroses », ce qui induit la possibilité d’une dégradation court terme de la note de ces pays.

D’ailleurs, « Moody’s ne prévoit pas un retour de la périphérie de la zone euro au niveau de croissance d’avant la crise avant 2016-2017 ».

Autre raison de la morosité de le croissance des pays périphériques : l’Euro et le Forex. Moody’s estime en effet que la devise européenne « empêche » les États membres de dévaluer leur monnaie pour augmenter leur compétitivité à l’export.

La zone euro a certes renoué avec la croissance au deuxième trimestre (après six trimestres consécutifs de récession), mais cette amélioration est surtout due à la performance de l’Allemagne et de la France. L’Italie, la Grèce ou encore l’Espagne ont continué de voir leur situation se dégrader avec un PIB en recul sur la période…

Copyright (c) 2013 ProfesseurForex.com. Tous droits réservés.