BCE : Mario Draghi tempère fortement l’optimisme du marché quant à la reprise économique

(ProfesseurForex.com) – Voici le résumé de la conférence de presse que Mario Draghi a conduit tout seul en raison de l’absence du vice-président Constancio :

Reprise économique à confirmer

Mario Draghi s’est montré très réservé quant à la reprise économique qui semble pointer le bout de son nez dans la Zone Euro. Le conseil des gouverneurs est du même avis comme le prouve la révision à la baisse des perspectives de croissance.

La BCE anticipe désormais une recul de 0.6 % du PIB cette année contre -0.4 % au mois de juin. Mario Draghi a souligné que les indices PMI étaient encourageants mais ne semble pas y prêter tant de confiance si l’on en croît cette révision. Les perspectives de croissance pour 2014 ont également été révisées à la baisse à 1 % contre 1.1 % précédemment. Le gouverneur estime que les risques restent orientés à la baisse pour l’activité économique de la ZE.

Pas de pressions inflationnistes à l’horizon

Sur le front de l’inflation, la BCE table toujours sur une inflation annuelle de 1.3 % en 2014 mais augmente légèrement la prévision pour 2013, anticipant désormais 1.5 % contre 1.4 % précédemment. En somme l’inflation « restera faible au cours des mois à venir ». Cela laisse les mains libres à la BCE pour déclencher le programme OMT, par exemple pour l’Irlande.. Un sujet qu’a souhaité évité le gouverneur alors que le président de l’Eurogroupe parlait ce matin d’un « nouveau programme » pour accompagner l’Irlande dans son exit du programme d’aide.

Ces deux facteurs ont contribué à faire baisser le paire EUR/USD sur le forex et ajoutons également le fait que l’activité de crédit reste faible (comme le montre le nouveau record à la baisse de la croissance de l’activité de prêt au mois de juillet). Cela risque de peser sur la reprise et donc confirmer le sentiment du timonier de la BCE que nous sommes tout juste au commencement d’une reprise. Restons prudents.. D’autre part, Mario Draghi a répété que la taux de chômage reste haut, ce qui va continuer de peser sur la demande domestique. Une demande domestique qui, soit dit en passant, est principalement à l’origine de la croissance de 0.3 % du PIB au T2 d’après le gouverneur. Ce qui rend la ZE moins dépendante de la reprise globale.

Pas de cadeau pour la Grèce

Interrogé sur la Grèce, Mario Draghi a écarté tout « debt relief » pour le pays (effacement d’une partie de la dette / La BCE détient 50 Mds de dette Grecque) et qu’un prolongement du programme d’aide s’accompagnera de nouvelles conditions. Rappelons que la BCE, lors de la présentation de son programme OMT, a souligné qu’elle ne bénéficierait pas de statut de créancier « senior » et que par conséquence, en cas de défaut Grec, la BCE prendrait des pertes en même temps que les autres créanciers lambda.

Réunion à Bâle ce weekend

Concernant le changement de politique monétaire de la FED. Mario Draghi a déclaré que cela perturbera les marchés financiers à court terme et que les grandes banques centrales n’avaient pas encore discuté d’actions coordonnées. La réunion des banquiers centraux à Bâle ce Weekend au sein de la BRI (Banque des règlements internationaux) sera l’occasion d’aborser le sujet puisque Draghi et bernanke ne se sont pas déplacé à Jackson Hole.

La Bundesbank est à 100 % avec Draghi sur la supervision bancaire

Sur la question de la supervision bancaire, Mario Draghi a déclaré que la Bundesbank était 100 % en accord avec le conseil des gouverneurs et qu’une présentation du SSM sera publiée à la mi-octobre. Le schéma actuel est que la BCE fera ses recommandations à l’autorité de supervision du pays en question qui décidera ensuite de la marche à suivre dans le cadre du mécanisme de résolution bancaire. A ce propos, il n’est pas encore décidé si il s’agira d’une nouvelle institution ou bien si la Commission Européenne s’en chargera.

Le LTRO s’estompe

Enfin, au niveau des LTRO, soulignons que la liquidité excédentaire (800 Mds après le LTRO II) est retombée à 250 Mds. Un niveau qui est « adéquate » selon Mario Draghi.

Conclusion

En résumé, le contraste entre la récente euphorie des marchés sur la reprise économique et la révision à la baisse des perspectives de croissance de la BCE a semblé être le principal catalyseur de la baisse de la paire EUR/USD sur le forex.

Copyright (c) 2013 ProfesseurForex.com. Tous droits réservés