Grèce : Samaras relance l’idée d’une nouvelle restructuration de la dette du pays, et se montre confiant pour le PIB 2014

(ProfesseurForex.com) – Lors d’une intervention hier, le Premier ministre grec Samaras s’est montré plutôt confiant au sujet de l’économie de son pays, programmant un retour à la croissance pour l’année prochaine.

Rappelons que le pays avait annoncé vendredi un PIB en recul en recul de -3,8% pour le T2 2013, soit son plus faible recul depuis 2010.

Samaras a également souligné que pour la première fois, son pays dégage un excédent primaire (excédent budgétaire hors coût de la dette), précisant que « l’excédent primaire signifie que le pays peut se tenir debout. Il signifie qu’après la fin de l’année, nous allons parvenir à un nouvel allègement du fardeau, comme nos créanciers s’y sont déjà engagés. Un excédent primaire signifie non seulement que la Grèce atteint ses buts, mais qu’elle les dépasse. Et c’est le premier pas décisif pour sortir de la politique d’austérité ».

Et c’est ici que les déclarations de Samaras prennent toute leur importance… En effet, pas « nouvel allègement du fardeau », Samaras entend nouvelle restructuration de la dette. C’est effectivement presque une promesse qui a été faite à Athènes, en échange de parvenir à l’excédent primaire dont Samaras a justement parlé.

Or, c’est une question épineuse qui rencontre de fortes oppositions au sein de la zone euro. Par ailleurs, une nouvelle restructuration de la dette grecque comporterait des risques. En effet, lors des précédentes restructuration de la dette du pays, c’est le secteur privé, essentiellement les banques, qui avait été mis à contribution.

Les banques ayant déjà abandonné une bonne partie de ce que la Grèce leur doit, ce serait au tour du secteur public, BCE en tête, d’accuser des pertes sur les obligations grecques en cas de nouvelle restructuration, ce qui écornerait l’image de solidité des institutions européennes…

Copyright (c) 2013 ProfesseurForex.com. Tous droits réservés.