Les Krachs qui nous menacent – Episode 3 : La bulle des marchés boursiers

(ProfesseurForex.com) – Voici le dernier épisode de notre chronique des Krashs. Un article consacré aux bourses.

Retrouvez ici nos précédents épisodes :

Les Krachs qui nous menacent – Episode 1: La bulle obligataire Américaine

Les Krachs qui nous menacent – Episode 2: La menace obligataire plane aussi au-dessus des banques

Le S&P marque de nouveaux plus hauts historiques, le DAX fait de même, le NASDAQ est au plus haut depuis l’éclatement de la bulle Internet, le CAC repasse au-dessus des 4000, bref, les bourses sont aux anges, la fête peut continuer.

Le CAC engrange en moyenne plus de 1.5 % chaque mois depuis le début de l’année. A ce rythme là, nous atteindrons les 5000 en octobre 2014.

Mais si la FED a bluffé et que l’open Bar continue, cela ne durera pas éternellement. En effet, si ce n’est pas pour septembre, ce n’est que partie remise et tôt ou tard, les marché drogués aux liquidités bon marchés vont devoir se sevrer…

La trentaine de gérants et économistes sondés par L’Expansion évaluent d’ailleurs à 33 % la probabilité de voir les actions françaises chuter d’ici un an. Le risque de krach monte même à 66 %, selon les estimations de BNP Paribas, du gestionnaire de fortune suisse Mirabaud, ou encore des experts de l’Edhec (mon école..:).

Mais il n’y a pas que le CAC qui est visé. Si le Nikkei pourrait se maintenir grâce aux QE de la BoJ, la plupart des grands indices mondiaux, et spécialement chez les marchés émergents, vont souffrir de l’arrêt du QE à la FED.

A l’été 1997, il aura suffi que quelques grands fonds d’investissement retirent brusquement et massivement leurs billes de Thaïlande pour que l’ensemble des tigres et des dragons asiatiques s’enrhument. Certains experts redoutent aujourd’hui un remake de la crise asiatique de la fin des années 90. En cause, ces capitaux volatils qui peuvent plier bagage du jour au lendemain. Quoi de plus facile que de s’endetter à moins de 1 % aux Etats-Unis et en Europe pour placer ensuite ce pactole sur des actifs exotiques aux rendements prometteurs ? 215 milliards de dollars de capitaux auraient afflué sur ces places émergentes ces deux dernières années, d’après les stratèges de la Banque BBVA à Hongkong.

La pilule pourrait être moins amère cette fois, notamment en raison du fait que la FED, afin d’éviter un remake, a décidé de remonter son taux directeur bien après que le QE soit stoppé définitivement. Mais l’on ressent déjà l’impact sur les taux des économies émergentes..

Le Krash pourrait ne pas être aussi violent qu’en 2007 en raison de la croissance qui revient et qui permet d’avoir des motifs d’espoir, mais du grabuge est à prévoir en 2014, voir avant noël si la FED devait finalement se décider d’ici là.

En effet, les énormes liquidités déversées comme dans un entonnoir sur les marchés boursiers ont créé un courant acheteur qui fait grimper les bourses car ce ne sont pas les bénéfices mirobolants des entreprises à l’heure actuelle qui permet de justifier le prix de ces dernières…

On estime actuellement que le prix des entreprises est 10 % supérieur à ce que justifie les fondamentaux…

Un petit graphe pour étayer nos dires :

Copyright (c) 2013 ProfesseurForex.com. Tous droits réservés