Plafond de la dette: J-1 la fronde guette le parti républicain, le spectre d’un défaut de paiement plane au-dessus du Congrès US

(ProfesseurForex.com) – Le temps c’est de l’argent, c’est bien connu. Plus longtemps l’administration Américaine restera partiellement paralysée et plus le coût pour la croissance sera élevé. Inutile de rappeler que si les USA venaient à faire défaut, les conséquences ne seront pas anodines. Fitch Ratings à ce propos, est venu mettre son grain de sel dans la bataille politique US en annonçant avoir placé le AAA US sous perspective négative (S&P a déjà dégradé les US lors de la précédente bataille autour du plafond de la dette en 2011).

Comme anticipé sur PFX, les républicains ont une nouvelle fois refusé le deal avancé par Barack Obama, la frange radicale du Tea party voulant apparemment toujours reporter d’un an le dernier volet de l’ObamaCare, qui permettra à une grosse trentaine de millions d’Américain d’accéder à une sécurité sociale.

Mais l’armure républicaine commence à se fissurer et nous étions proche d’une fronde de la part des républicains « modérés » au Congrès la veille, exténués par l’intransigeance du Tea party et l’annulation du vote pour rehausser le plafond de la dette et mettre fin au shutdown au moins jusqu’en début d’année prochaine.

Certains républicains ont même concédé qu’une « bataille avait été perdue et qu’il fallait l’accepter », que les revendications en premier lieu étaient irréalistes, ce qui allait mener à coup sûr à une impasse politique dangereuse. En effet, Barack Obama, comme anticipé, n’a pas cédé devant le chantage républicain. Un chantage qui a fait perdre des points aux républicains dans les sondages. Ces derniers sont quasiment assurés de garder leurs circonscriptions étant donné le découpage électoral très favorable aux républicains (qui leur assure de garder la main au moins sur la chambre des représentants) et se moquent donc des conséquences sur l’opinion publique…

« A mon avis, une solution sera trouvée, mais nous n’avons pas beaucoup de temps pour ça », a dit Obama à New York. « Aussi, ce que je suggère aux dirigeants du Congrès, c’est de ne pas prendre la pose, de ne pas chercher à sauver la face, de ne pas faire de politique politicienne, mais de faire ce qui est juste ».

Ainsi, l’impasse persiste, personne ne veut perdre la face et les républicains semblent d’avis d’attendre le dernier moment, comme pour signifier qu’ils ne reculent pas sur leur idéaux mais qu’ils ne sont pas pour autant prêts à provoquer le premier défaut historique des USA.

L’accord arrivera demain selon nous mais un « élan de sagesse » n’est pas exclu de la part des républicains qui pourraient finalement abandonner leur stratégie de chantage dès aujourd’hui et négocier à tête reposée en espérant un accord d’ici la fin de l’année, une fois que le plafond de la dette aura été rehaussé et que tous les fonctionnaires auront retrouvé leur travail.

Un aveuglement n’est pas à écarter et nous pourrions bien nous retrouver ce jeudi 17 sans accord. L’Etat devrait pouvoir encore tenir quelques jours, mais pas beaucoup plus longtemps. La deadline du 17 pourrait fortement peser sur le Dollar, surtout si le congrès se déchire d’ici là…

Pourquoi un défaut des USA serait catastrophique ? Explications

Copyright (c) 2013 ProfesseurForex.com. Tous droits réservés