Zone euro – EUR/USD : L’Euro fort pénalise l’activité en Europe, la BCE va-t-elle agir ?

La Zone euro va-t-elle plier sous le poids de sa devise?

(ProfesseurForex.com) – la paire EUR/USD a beaucoup progressé cette semaine, rejoignant des sommets qui n’avaient plus été vus depuis plus de deux ans, avec un pic hebdomadaire vendrdi, sur les 1,3831.

Au total, la monnaie européenne s’est donc appréciée d’environ 15% face au dollar depuis la déclaration forte de la BCE aux heures les plus noires de la crise, lorsque l’euro menaçait les 1,20 à l’été 2012 : « Nous ferons tout pour sauver l’euro »…

Or, si un euro fort est le symbole du succès de la BCE dans le « sauvetage de l’euro », la hausse de la monnaie européenne amène également son propre lot d’effets pervers, en pesant notamment sur les exportations européennes, avec des produits et des services rendus « plus chers » par la vigueur de l’euro.

Plusieurs grands groupes européens ont en effet imputé leurs performances inférieures aux attentes à la vigueur de l’euro, ce qui a d’ailleurs incité certains à abaisser leurs prévisions annuelles. Parmi eux, on retrouve Unilever, Philips, SABMiller, Renault, Saint-Gobain ou encore Schneider electrics ou Siemens ont ainsi été impactés négativement par des effets de change, via la hausse de l’euro via le plongeon de certaines devises émergentes.

La politique de la BCE pourrait pérenniser cette situation

Cette forte hausse de l’euro depuis un peu plus d’un an pourrait même s’installer. En effet, même si la BCE adopte une politique monétaire que l’on peut juger accommodante, elle l’est moins que celles d’autres banques centrales telles que la FED, la BOJ ou la BOE.

La fin des opérations LTRO entraine en effet une réduction du bilan de la BCE, dans un contexte où ceux des autres banques centrales continuent d’enfler. La Fed a en effet décidé de différer la réduction de son programme QE, et son bilan continue donc d’augmenter de plus de 85 mds USD par mois. De son côté, la Banque du Japon a ouvert en grand le robinet des liquidité, et ne montre pour l’instant aucune intention de le refermer. Enfin, la BOE maintient elle aussi une politique agressive d’achats d’actifs.

Les liquidités ainsi injectée dans le marché se sont ainsi en partie déversées en Zone euro, pour être investies en obligations ou en action européennes, ce qui contribue à la bonne tenu des marchés mais aussi à la hausse de l’euro (puisque les actifs dont nous parlons sont libellés en euros).

La BCE pourrait-elle agir ?

Pour l’instant, la BCE a affirmé que le taux de change de l’euro ne constitue pas un objectif de politique monétaire, et qu’elle n’agira donc pas en fonction de ce facteur. Cependant, un euro fort pourrait avoir des conséquences sur l’inflation, et dans ce cas, la BCE pourrait agir dans le cadre de son seul et unique mandat : Le contrôle de la stabilité des prix dans la zone euro….

Copyright (c) 2013 ProfesseurForex.com. Tous droits réservés.