Tout sur la FED – Episode 3 : Comment ça marche une banque centrale ?

(ProfesseurForex.com) – Après les épisode 1 et 2, voici le nouveau volet de notre mise à nue de la plus puissante banque centrale du monde.

Episode 1 : Les origines troubles de la Reserve Fédérale Américaine

Episode 2 : Qui contrôle la FED? Banque privée ou « fédérale » ?

Alors que le rôle normal d’une banque centrale est d’être un service public qui imprime et met gratuitement à la disposition de l’administration de son pays la monnaie papier et la monnaie fiduciaire ou électronique nécessaires au bon fonctionnement de l’Etat et de l’économie , dans le système privé imaginé durant le séjour de l’île Jekyll , le cartel des banquiers qui composent la FED s’est substitué à un droit régalien et s’est arrogé le pouvoir de battre monnaie et de la vendre à l’Etat. (En France par exemple, le paiement des intérêts de la dette est le deuxième budget de l’Etat, devant l’éducation….)

Les banquiers membres du FOMC s’octroient des intérêts sur cet argent prêté. C’est le fameux taux directeur (aujourd’hui à 0 % et la remontée des taux n’est pas prévue avant plusieurs années, en tout cas tant que le taux de chômage ne sera pas redescendu en-dessous de 6.5 %). Plus il est élevé, plus les banquiers s’enrichissent et plus le poids de la dette devient insoutenable pour les ménages qui veulent devenir propriétaires.

Donc récapitulons : La banque centrale prête aux banques qui ensuite prêtent aux ménages ?

Si cela était si simple… En réalité, l’argent que votre banque vous prête n’existe pas, ce n’est pas de « l’argent central » (les Dollars prêtés par la banque centrale) mais de l’argent qui est créé de toute pièce avant d’être détruit au fur et à mesure que vous le remboursez (les intérêts restent dans la poche des banquiers toutefois, évidemment). Le dollar est donc un simple titre de paiement des banquiers privés de la Réserve Fédérale.

Le plus pervers et le plus paradoxal de cette situation, est que, depuis que ce titre de paiement n’est plus relié à la valeur des réserves d’or (depuis le 15 août 1971) , son statut de monnaie n’est nullement fourni par des garanties qu’offrirait l’émetteur (la Fed) mais uniquement par le prestige de l’emprunteur (le gouvernement américain). Il est intéressant en sachant cela d’entendre Alan Greenspan, l’ancien gouverneur de la FED (largement responsable de la crise des subprimes après avoir laissé le taux directeur trop bas trop longtemps, incitant donc les banques à multiplier les prêts risqués pour rechercher le rendement [prêt à des taux variables à des ménages Américains peu solvables]) dire que le Bitcoin n’est garantit par rien du tout et que son cours actuel est une bulle…

Les banquiers ont donc besoin du prestige de l’Etat pour asseoir la crédibilité de leur monnaie . C’est pourquoi , étant en compte à demi avec lui , ils ferment les yeux sur l’augmentation exponentielle de son endettement et soutiennent le gouvernement en lui apportant les liasses nécessaires au financement des guerres et à l’entretien du millier de garnisons éparpillées sur tout le globe terrestre. Si tout explose, on augmentera les impôts…

Quant à l’Etat, ayant réussi à imposer le dollar comme monnaie de réserve et comme monnaie obligatoire pour l’achat et la vente de pétrole, il ne s’inquiète pas vraiment du montant du déficit financé par la planche à billets.

Le reste du monde » s’appauvrit, puisqu’il voit régulièrement diminuer la valeur des dollars qu’il possède comme monnaie de réserve et dans le même temps, il subventionne l’économie américaine.

C’est donc la puissance politique et militaire de l’oncle Sam qui constitue le gage de la crédibilité du Dollar. Conclusion : le dollar, monnaie privée des banquiers, est une monnaie politique gagée sur le zéphyr de la confiance que le monde accorde à l’emprunteur (gouvernement US).

Un mécanisme qui a ensuite été copié par toutes les banques centrales du monde…(Dans les grandes lignes), le capital de la BCE étant possédé par les états de la Zone Euro et non ses banques. Voilà pourquoi nous avons pas de QE en Europe. Un QE permettrait d’effacer les dettes dans la Zone Euro et de repartir sur de bonnes bases, notamment au niveau de l’Union bancaire, mais la BCE efface l’ardoise, qu’est ce qui empêchera les banques de prêter de nouveau à n’importe qui avec pour seul objectif la recherche du profit ?…

Mais méfiance, les Chinois par exemple voient d’un très mauvais œil le fait que la FED fasse marcher la planche à billets, diluant inéluctablement la valeur de leurs réserves de Dollar, si bien que l’empire du milieu a lancé la bataille pour la suprématie monétaire. En effet, les échanges en Yuans ont déjà dépassé ceux en Euros et les partenariats entre la Chine et de nombreux pays émergents s’amoncellent afin d’utiliser le Yuan à la place du Dollar en paiement ou bien pour régler leurs importations.

Nous ne sommes plus très loin d’un monde monétaire multipolaire dans lequel l’influence du Dollar risque de diminuer au profit de monnaies dont la banque centrale est moins portée sur la planche à billet…

Dans notre prochains billet, nous ferons le point sur le consensus qui règne actuellement au sein du FOMC concernant la fin du QE. Qui est contre, qui est pour en gros.

Petit Bonus VIDEO

Pouvoir d’achat du Dollar rogné par l’inflation au cours du temps

Copyright (c) 2013 ProfesseurForex.com. Tous droits réservés