Baisse du taux de chômage, le faux-ami de la BoE

(ProfesseurForex.com) – Le taux de chômage continue de chuter de manière abrupte en s’affichant désormais à 7.1 % contre 7.4 % le mois précédent. Nous ne sommes plus qu’à 0.1 % du niveau de taux de chômage (Threshold, pour reprendre le jargon financier Anglosaxon) à partir duquel la BoE a spécifié qu’elle étudierait sérieusement une remontée du taux directeur (0.50 % actuellement).

Ce Threshold avait été réaffirmé en octobre dernier, lorsque la Mark Carney et son conseil des gouverneurs pensaient que cela prendrait des années pour l’atteindre. Mais depuis, l’économie du Royaume-Uni a gagné en « momentum » et surtout, le chômage recule plus vite qu’anticipé.

La BoE a mainte fois déclaré que le threshol de 7 % ne déclencherait pas automatiquement une hausse du taux directeur mais que cela plutôt le moment de conduire une reconsidération de la conjoncture économique.

Le problème est que la BoE pourrait perdre en crédibilité si les 7 % de chômage sont atteint au cours des prochains mois alors qu’elle n’a toujours pas modifié sa forward guidance (le fait de rehausser le taux directeur une fois que le taux de chômage atteint 7 %).

Voilà donc les options de la BoE :

- Abaisser le Threshold à 6.5 % ou même 6 %. Cela permettrait de remettre en parallèle les anticipations des investisseurs avec la réalité économique. Mais quel est l’utilité d’annoncer des objectifs si c’est pour les changer quelques mois plus tard.. ?

- La BoE pourrait re-bifurquer vers sont objectif d’inflation en oubliant la guidance sur le taux de chômage. Avec une inflation basse (2 % tout de même) et dont les anticipations sont également basses, la BoE pourrait déclarer qu’il est nécessaire que la politique monétaire reste accommodante. Peu probable et peu crédible…

- La BoE pourrait adopter le même genre de rhétorique que la FED et la BCE. La première a annoncé que son taux directeur resterait bas longtemps après que le Threshold (6.5 % pour la FED) est atteint. La BCE elle n’a pas annoncé de Treshold est a simplement déclaré que le taux directeur resterait bas pour une période « prolongée ».

Autre chose est digne d’intérêt dans les minutes de la BoE publiée aujourd’hui, le fait que la croissance soit largement supportée par la consommation. Une croissance à la « pompe » comme disent les Allemands.

Le problème est que cette consommation se fait à crédit ou bien via l’érosion de l’épargne (qui ne représente désormais que 5 % des revenus contre 8 % le mois précédent. D’autre part, les revenus réels sont toujours à la peine et la BoE souligne qu’il va falloir que les salaires augmentent pour que la consommation continue de porter la croissance, de préférence via une amélioration de la productivité.

Autre besoin, une augmentation de l’investissement de la part des entreprises car les ménages ne pourront pas puiser dans leur épargne éternellement… Et pour compléter la liste des besoins, la perfide Albion doit également augmenter ses exportations car la balance courante reste largement déficitaire, ce qui diminue significativement le potentiel de croissance.

Copyright (c) 2014 ProfesseurForex.com. Tous droits réservés