La BCE va bientôt passer à l’action, PFX vous explique pourquoi

(ProfesseurForex.com) – Si une chose semble assez probable au cours des prochains mois, c’est un nouvel assouplissement monétaire de la part de la BCE. Les gouverneurs se veulent rassurants vis-à-vis du risque déflationniste mais les marchés ne sont pas dupes et voient bien que l’inflation recule un peu plus chaque mois.

Pour le mois de décembre, l’IPC a été confirmé à 0.8 % en glissement annuel et révisé en baisse à 0.7 % si l’on exclue les prix de l’énergie et de l’alimentation. Nous sommes dans la fourchette basse de l’objectif de la BCE qui, rappelons le, est une inflation inférieure mais très proche de 2 %.

Les perspectives d’inflation à moyen terme ont été révisées en baisse en fin d’année dernière, incitant la BCE à abaisser son taux directeur au niveau historiquement bas de 0.25 %.

Mario Draghi lui même a déclaré que l’inflation restera faible pendant au moins deux ans. Le président de la BCE a néanmoins souligné qu’à court terme, l’inflation devrait rester proche de son niveau actuel.

Mais depuis, l’ODCE et le FMI sont venus exprimer leur inquiétudes quant au risque déflationniste. Le gouverneur Mersch, membre du directoire de la BCE, est également venu déclarer aujourd’hui que le risque était plutôt orienté à la baisse.

Ainsi, si l’inflation venait à baisser davantage en janvier où en février, les chances de voir la BCE assouplir davantage sa politique monétaire vont fortement augmenter.

Pourquoi l’inflation est-elle orientée à la baisse ?

Tout d’abord, une inflation basse accompagne très souvent les reprise économiques. Et étant donné que la croissance Européenne reste fébrile voir très vulnérable, l’inflation a effectivement peu de chance d’accélérer.

D’autre part, l’offre de crédit dans la Zone Euro est en berne. Et si les banques rechignent à prêter, l’investissement et la consommation ont peu de chances de tirer la croissance et donc l’inflation vers le haut.

Voici l’évolution de la masse monétaire M3 dans la Zone Euro ainsi que l’évolution de l’offre de crédit :

Autre raison de penser que la BCE va bientôt passer à l’acte, le marché monétaire ou autrement dit, le marché interbancaire recommence à faire des siennes. En effet, Mario Draghi a bien spécifié que des tensions sur ce marché inciteraient la BCE à agir.

Eonia : « Euro OverNight Index Average » est le taux de référence quotidien des dépôts interbancaires en blanc (c’est-à-dire sans être gagés par des titres) effectués au jour-le-jour dans la zone euro. Il s’agit de la moyenne, pondérée par les montants, des taux effectivement traités sur le marché monétaire interbancaire de l’euro pendant la journée par un large échantillon1 de grandes banques, pour les dépôts/prêts jusqu’au lendemain ouvré.

Voici l’évolution du taux overnight EONIA :

Et voici le spread de taux (différence) entre EONIA et le taux directeur de la BCE, le graphe qui empêche Draghi de dormir:

Force est de constater que la confiance entre les banques recommence à s’éroder de nouveau à mesure que l’audit bancaire de la BCE devient plus concret… Cet audit bancaire incite les banques à ne pas prêter afin de peaufiner leurs compte pour passer les stress test de la BCE. A ne pas prêter aux ménages et entreprises mais aussi, donc, aux autres banques.

Il semble clair qu’avec un taux de chômage si haut, une croissance atone, une inflation sur la pente descendante et un marché monétaire qui recommence à se geler (Si l’EONIA monte trop, cela signifie que les banques rechignent à se prêter de l’argent entre elles, ce qui forcera la BCE à inonder le marché de liquidités pour remplacer le marché interbancaire défaillant jusqu’à ce que la confiance revienne), la BCE va devoir passer à l’action et nombreux sont ceux qui pensent que la BCE va prendre le taureau par les cornes avant d’ici la fin du premier trimestre. Si les courbes présentées ci-dessus continuent de converger dans le même sens, la BCE va devoir passer à l’action.

Un taux d’intérêt négatif : C’est à dire que les banques qui placent leur liquidités auprès de la BCE ne seront plus rémunérées mais au contraire devront payer ! Le taux actuel de rémunération des dépôts à la BCE est de 0 %. Cela pourrait inciter les banques a prêter sur le marché interbancaire au jours le jour au lieu de mettre leur réserves à l’abri dans le « coffre fort » de la BCE. La manœuvre est risqué car aucune banque centrale majeure a pour le moment tenté l’expérience.

Un nouveau LTRO basé sur le modèle de la BoE : C’est à dire des liquidité à long terme (les premier LTRO étaient des fonds prêtés pour 3 ans) en échange de prêt à l’économie réelle alors que les banques ont pour l’instant principalement utilisé cet argent pour acheter de la dette souveraine.

Un taux directeur ramené à 0 % : C’est actuellement le cas en Suisse, au Japon ou encore aux États-Unis. Il ne reste plus qu’une cartouche au niveau du taux directeur.

Un QE ! Afin de réellement permettre aux banques d’augmenter leur offre de crédit, la BCE pourrait se décider de nouveau à acheter des actifs détenus par les banques. Cela rendrait le Bilan de ces dernières beaucoup plus liquide et les inciterait donc à prêter davantage pour soutenir la croissance. Le seul hic, c’est que le programme OMT (via lequel la BCE pourrait effectivement racheter des titres aux banques de la Zone Euro) est bloqué par la Cour constitutionnelle Allemande…

Il y a donc fort à parier que lorsque la Cour constitutionnelle Allemande donnera son aval, l’Euro risque d’en pâtir fortement sur le forex… car cela délie les mains de la BCE qui pourrait passer aux choses sérieuses.

Copyright (c) 2014 ProfesseurForex.com. Tous droits réservés