L’avis des banques – EUR/USD, GBP/USD, USD/JPY : Nordea rend ses derniers conseils sur les trois paires

(ProfesseurForex.com) –  Aurelija Augulyte, analyste forex senior à Nordea, a déclaré ceci lors d’une interview.

« Si l’on observe les données économiques, il semble que la surperformance américaine ait été l’un des moteurs récents de l’EUR/USD, et si un chiffre peut être en faveur de l’euro cette semaine, ce sera l’indice PMI de la Zone Euro, les indicateurs pointant en direction d’une hausse à court terme (52,5). Ceci couplé à des attentes inflationnistes en hausse, cela suggère que la BCE ne se trouve pas en situation urgente concernant l’abaissement de son taux directeur.

La France quant à elle se retrouve en situation inconfortable, à force de rester derrière le groupe des Etats déjà en phase de reprise, on peut donc s’attendre à ce qu’il y ait des frictions de ce côté.

L’EUR/USD a cassé la ligne de la moyenne mobile à 100 jours, mais les mouvements en prévision de ce lundi férié aux Etats-Unis, le calme des données économiques et le silence de la Fed ne devraient pas faire l’objet d’une interprétation exagérée. Il ne faut donc probablement pas s’attendre à des changements en cette semaine.

Nous recommandons de rester long sur l’EUR/USD, le support des 1,3450 étant déterminant (et constituant un excellent point d’entrée, avec un stop loss à 1,3340 et un objectif à 1,3850).

Outre-Manche, il est attendu que les chiffres du chômage s’amélioreront de façon significative, les indicateurs se dirigeant vers le seuil clé des 7%. L’inflation, comme il a été anticipé, a diminué, et il reste encore de la marge de manœuvre pour plus de désinflation, ce qui devrait conforter la BoE dans son choix de ne pas abaisser son taux directeur. De plus, le discours du membre de la banque centrale Broadbent mettait en relief la croissance des salaires et des dépenses d’investissement, preuve d’une reprise économique durable.

A court terme, le GBP/USD devrait corriger cette semaine, et reste une paire à acheter sur les replis sur un plus long horizon (1,66 constituant un objectif intéressant)

Au pays du soleil levant, il est attendu que la BoJ fournissent plus de signaux en faveur d’un QE plus intense lors de sa réunion Mercredi. La hausse de TVA de 3% en Avril constituera un élément très négatif pour l’économie au second semestre 2014. Kuroda a récemment indiqué que plus d’assouplissement monétaire serait effectué, mais seulement si cela est « nécessaire », il est donc important de ne pas mettre la charrue avant les bœufs.

A ce propos, le secrétaire au trésor Lew a déclaré la semaine dernière qu’il est encore nécessaire d’observer les effets de la soi-disant « troisième  flèche » des Abenomics, la croissance à long terme ne pouvant s’ancrer dans une dépendance aux avantages non compétitifs (taux de change). Suite à un affaiblissement de 20-25% du yen face au dollar et à l’euro, et des économies américaines et européennes éprouvant des difficultés face à l’inflation basse (les prix des importations japonaises ayant diminué de -3,4% en Décembre en base annuelle, soit la plus grande baisse depuis 2002), il est peu probable que les Etats du G10 acceptent que le yen s’affaiblisse encore. Particulièrement lorsqu’on s’intéresse aux données de la croissance, actuellement mole.

Nous recommandons de shorter l’USD/JPY en prenant 105,00 comme point d’entrée. »

Copyright (c) 2014 ProfesseurForex.com. Tous droits réservés.