Que nous réserve 2014 pour les grandes économies et les marchés?

(ProfesseurForex.com) – A l’aube de 2014, la reprise économique se confirme dans certaines régions du monde. Les USA et le Royaume-Uni font la course en tête parmi les économies avancées, avec des carnets de commandes qui se remplissent, une baisse du chômage et un investissement qui semble pointer le bout de son nez. Conséquences : la FED et la BoE seront très certainement les premières grandes banques centrales à remonter leur taux directeur, d’où la hausse actuelle et à venir du Dollar et de la Livre Sterling sur le forex.

La situation est beaucoup plus poussive dans la Zone Euro qui vient tout juste de sortir de la récession et dont la croissance est pour l’instant nulle, peu aidée par la baisse de l’offre de crédits sans laquelle il sera difficile d’obtenir une croissance digne de ce nom. Sans parler de la dette qui ne pourra pas diminuer dans les conditions actuelles. A moins que la BCE se décide à effacer une partie de la dette Européenne (En Italie la dette atteint 135 % du PIB), via un QE (programme OMT que la Cour Constitutionnelle Allemande tient toujours en otage).

Le climat des affaires comme les anticipations des ménages et des entreprises continuent de s’améliorer. Mais il faudra quelque chose de plus « tangible » pour obtenir la croissance nécessaire au plein emploi que requiert les modèles sociaux Européens… Avec les élections Européennes, la nomination du nouveau président de la commission Européenne et l’Unon bancaire, 2014 sera assurément une année charnière pour la Zone Euro.

Du côté des pays émergents, ces derniers continuent de fournir les ¾ de la croissance mondiale et la tendance devrait perdurer, la Chine devant concrétiser son recentrage sur son marché domestique. La libéralisation du Yuan risque fort d’être un thème à succès cette année. Et faisons confiance à la Chine pour qu’elle maintienne son rythme de croissance impressionnant. Dans les autres pays émergent, une crise de change est toujours possible. Nous avons pu en observer les prémices lorsque la FED a annoncé son intention de réduire le QE. Les sorties de capitaux ont eu un fort impact sur la roupie Indienne par exemple et nous ne sommes pas à l’abri de nouvelles secousses à mesure que la FED réduit son QE (qui devrait se terminer fin 2014).

Au Japon, la fuite en avant continue après 15 années de déflation. L’objectif prioritaire du pays est d’atteindre 2 % d’inflation d’ici deux ans, via le doublement de la masse monétaire… Une inflation qui sera la bienvenue pour faire diminuer le poids de la dette qui dépasse les 250 % du PIB… Le premier ministre Shinzo Abe a du pain sur la planche et doit espérer que l’économie mondiale va rapidement accélérer. Sur le plan domestique, la consommation repart mais plutôt par anticipation de la hausse de la TVA (de 5% à 8% en avril) que via une hausse des revenus. Tout cela semble donc assez fragile et surtout hasardeux.. Si cette hausse de la TVA est absorbée par l’épargne, ça ira, si elle est encaissée par une baisse de la consommation, le pays risque de renouer avec la récession, surtout si la Zone Euro continue d’avancer sur un rythme d’escargot. Dans tous les cas, le Yen risque fort de tomber….

Ainsi, 2014 devra être l’année de la reprise économique dans la Zone Euro. Le vieux continent manque à l’appel sur le plan de la croissance. Sans un inversement de la courbe du chômage, une reprise du crédit (grâce à des recapitalisations bancaires potentiellement où bien un nouveau LTRO) et un regain d’investissement notable, il sera difficile d’atteindre cet objectif. Sans parler que de nombreux pays de la Zone Euro ne seraient pas contre un QE afin d’alléger le fardeau de la dette (programme OMT de la BCE, toujours en stand by).

La BCE est à surveiller de près en 2014.

Copyright (c) 2013 ProfesseurForex.com. Tous droits réservés