USA : La consommation et les exportations donnent un coup de boost à la croissance

(ProfesseurForex.com) – Le PIB US est en ligne avec le consensus en progressant de 3.2 % au T4 par rapport au T3 2013. La croissance avait été de 4.1 % au T3.

D’une année sur l’autre, cela représente une croissance de 1.9 % contre 2.8 % en 2012… Reprise économique ?…

Lorsque l’on se penche un peu plus en détail sur les composantes de cette croissance, les chiffres paraissent mitigés :

D’un côté la consommation est plus faible qu’anticipé (3.3 % contre 3.7 % anticipé) mais elle est significativement plus vigoureuse qu’au T3 (2 %).

Les exportations sont en revanche largement au-dessus du consensus en progressant de 11.4 % contre 3.9 % précédemment. Une très bonne nouvelle puisque ces derniers temps, c’était surtout la baisse des importations énergétiques (boom du shale gas qui pourrait propulser les USA à la première place des producteurs de gaz et de pétrole d’ici quelques années). Les importations progressent de 0.9 % contre 2.4 % précédemment.

L’accumulation de stock n’est pas en reste et s’établit à 127 Mds $ contre 116 Mds $ précédemment (+9.4 %).

Pour synthétiser, voici la contribution de chaque composante à la croissance totale :

- Stocks : 0.42 % sur les 3.2 % de croissance (1.67 % précédemment)

- Consommation : 2.26 % sur les 3.2 % de croissance. Cela représente plus de la moitié de la croissance, pour la première fois depuis le Q1 2010.

(Combien de temps la consommation va-t-elle tirer la croissance avec un pouvoir d’achat qui s’effondre?)

- Investissement : Il s’écroule. C’est la mauvaise nouvelle…

- Balance commerciale : 1.33 % sur les 3.2 % de croissance. Au plus haut depuis le +2.39 % observé au T2 2009.

Avec des stocks remplis, des exportations qui accélèrent, des importations qui reculent et une consommation qui reste vigoureuse, la croissance US reste sur de bons rails. La question est : Est ce que le boom du shale gas pourra reprendre le relais si la consommation ralentit en 2014 ?…

La statistique a finalement peu d’impact sur EUR/USD. Nous sommes à la lisière du seuil pivot des 1.3560 et les baissiers hésitent à se risquer étant donné que nous avons pas battu le consensus.

Copyright (c) 2014 ProfesseurForex.com. Tous droits réservés