USA : 3 raisons de craindre un nouvel esclandre politique autour du plafond de la dette US

(ProfesseurForex.com) – Les observateurs estiment que le débat sur le plafond de la dette sera bien moins houleux qu’en 2011 où plus récemment 2013 (Shutdown, accord de dernière minute pour éviter le défaut de paiement).

Toutefois, il y a des raisons de penser que la zizanie l’emporte de nouveau au sein du Congrès Américain. En voilà 3 :

Il ne reste plus beaucoup de temps

La semaine prochaine, les représentants se donneront rendez-vous dans l’hémicycle pour seulement deux jours et demi et seulement 7 jours en février. Le secrétaire au trésor Jack Lew souhaite qu’un accord soit trouvé avant le 7 février. Il est très probable que cela n’arrivera pas et le trésor devra de nouveau utiliser des « mesures extraordinaires » afin d continuer à payer la dette et les factures de la nation.

Le Congrès veut un « scalp »

Michael Steeln un porte parole républicain, a déclaré mercredi qu’une augmentation du plafond de la dette « clean » (propre, cad, sans que quelqu’un n’en fasse les frais..) ne passera pas au niveau de la chambre des représentants. En effet, les républicains se sont acculés tout seul dans un coin et il faudra que quelqu’un paye cette stratégie qui a fait perdre du crédit au parti républicain. Personne ne va se bousculer au portillon pour endosser la responsabilité…

Les promesses de Boehner ne sont plus ce qu’elles étaient

Boehner avait déclaré deux jours avant le shutdown qu’il ne laisserait pas cela arriver. Force est de constater que ce fut le cas. Boehner déclare maintenant qu’il ne laissera pas les USA faire défaut… Les leader ont désormais un meilleur contrôle de leur troupes mais les choses pourraient rapidement dérailler…

Il semble tout de même peu probable que les républicain s’opposent de nouveau bec et ongle à l’ObamaCare mais peut être que cela impliquera des changements au niveau du budget US. Cela pourrait rendre les marchés nerveux… (Baisse du Dollar?)

Copyright (c) 2014 ProfesseurForex.com. Tous droits réservés