La BCE va-elle assommer le risque déflationniste ?

(ProfesseurForex.com) – Alors que la Russie et les États-Unis ont décidé de dégeler un peu leurs relations et sont bien décidés à trouver un accord sur la Crimée et l’Ukraine, les marchés sont privés de l’une de leurs principales raisons d’hésiter à reprendre la hausse.

Il reste donc l’Europe qui traîne sa propre misère avec un taux de chômage qui se stabilise mais qui reste au combien douloureux, une croissance anémique, un audit bancaire qui s’annonce sanglant et une inflation qui ne cesse de faiblir même si tirée vers le bas en partie par la baisse des prix énergétiques (ce qui au final reste une bonne nouvelle, ne voyons pas le mal partout).

Mais une inflation quasi inexistante rend le poids des dettes de plus en plus lourd… Et c’est bien une crise de la dette qui a plongé la Zone Euro en récession au cours des dernières années.

Nous sommes depuis hier à 0.5 % (IPC) contre 0.8 % précédemment. Hors prix Alimentaires et énergétiques, nous sommes à 0.8 % contre 1 % précédemment. Le risque déflationniste est de plus en plus palpable. Un Scénario à la Japonaise serait-il en train de se profiler ?…

Va-il falloir faire marcher la planche à billets ? Même l’Allemagne (La bundesbank, pas la Cour Constitutionnelle…) semble s’être convertie à l’idée. Etant donné le fait que le Bilan de la BCE fond comme neige au soleil ce ne serait pas de refus..

Les paris sont donc ouverts entre une baisse des taux et/ou un passage en territoire négatif du taux de rémunération des dépôts. On évoque même des mesures plus drastiques comme la mise en place d’un programme de rachats d’actifs (type QE) comme la Fed, la BoE ou encore la BoJ l’ont fait ces derniers temps.

Bien malin ou informé celui qui peut prédire ce que nous réserve la BCE. Un Statu quo monétaire sans promesse tacite de sortir le Bazooka prochainement pourrait résulter en une forte appréciation de l’Euro qui devrait retourner peu de temps après à l’assaut des 1.40.

Le consensus ne semble pas croire que la BCE agira étant donné la teneur du discours de Mario Draghi la semaine passée, ce qui devrait pousser EUR/USD à la hausse en attendant l’indice ISM et le dénouement monétaire du côté de Francfort.

Un bon indice ISM pourrait permette de limiter la hausse dans l’attente de Draghi et préserver notre scénario hebdomadaire de son stop loss d’ici là.

Copyright (c) 2014 ProfesseurForex.com. Tous droits réservés.