L’avis des banques – USD : Goldman Sachs se base sur le différentiel de taux d’emprunt pour justifier son avis haussier

(ProfesseurForex.com) – Goldman Sachs explique sont récent changement de stratégie vis-à-vis du Dollar. La banque d’investissement est désormais haussière sur le billet vert :

Différence de taux d’intérêt

Le graphique ci-dessous montre l’évolution du Dollar face aux monnaies majeures avec le différentiel de taux d’emprunt inclus. Nous pouvons observer que la hausse des taux US a pour conséquence de profiter au Dollar, mais pas nécessairement. Dans les années 80, la combinaison d’une politique monétaire hawkish et d’une politique fiscale expansionniste (dépenses sous la présidence Reagan) ont provoqué un différentiel de taux qui a fortement profité au Dollar. Cela s’est également produit dans les années 90, quand le croissance de la productivité augmentait, ce qui, en tandem avec une politique monétaire resserrée, a aussi profité au Dollar. Nous pouvons aussi observer avec le graphique suivant que des flux de capitaux inhabituels ont également profité au Dollar (commencement de la bulle internet). Mais dans les années 2004-06, le Dollar n’a pas répondu au nouveau fort différentiel de taux en faveur du billet vert. Nous pensons que cela est dû au fait qu’à ce moment, le prix du baril a augmenté de manière substantielle à cette époque, pesant sur la balance courante US et par conséquence sur le Dollar.

Le prix du baril et la compte courant

Historiquement, les USA ont été un large importateur de pétrole. Une hausse des prix du baril a donc pesé sur la balance courante US avec pour conséquence du baisse du Dollar. Ce facteur particulier a eu pour conséquence que le Dollar, entre 2004 et 2007, ne s’est pas renforcé en dépit d’un différentiel de taux en sa faveur. Après 2006, le différentiel de taux a cessé de profiter au Dollar. Mais aujourd’hui, le prix du baril reste relativement bas et les taux US plus attractifs que les taux Européens par exemple.

La demande pour la monnaie refuge

Historiquement, le Dollar a été la monnaie refuge, se renforçant durant la crise et spécialement lors des moments de stress intense en Europe (2011-2012). Pour étayer ce fait, soulignons pas exemple que durant la période 2004-2007, le montant d’achats de dette US était de 23 Mds$ par mois en moyenne. Durant la crise, ce chiffre est passé à 52 Mds$, avec des piques allant jusqu’à 94 Mds$ (septembre 2011), lorsque les marchés s’inquiétaient que l’UE n’offre pas de nouveau plan d’aide à la Grèce.

Inversement du recyclage

Les périodes de forte accumulation de réserves de change peuvent coïncider avec une baisse du Dollar si le recyclage de réserves de change se fait au détriment du Dollar. Vous pouvez observer dans le graphe 5 l’accumulation de réserves de change (moyenne mobile à 12 mois). Les mouvements entre le Dollar et l’accumulation de réserves de change de la part de la Chine sont clairs et corrélés. Ces mouvements correspondent aussi en général avec un changement au niveau de l’appétit pour le risque au niveau global (on observe ce qu’il s’est passé lors de la crise de la Zone Euro). Cela complique la tâche d’identifier si le recyclage de réserves de change comme un facteur indépendant pour le Dollar mais il est certain que ce facteur est important. Nous sommes haussiers sur le Dollar car nous pensons que le différentiel de taux en faveur du Dollar va déclencher d’autres facteurs en faveur du Dollar.

Copyright (c) 2014 ProfesseurForex.com. Tous droits réservés.