La BCE ne plaisante plus et continue de surprendre les marchés

16774058

(ProfesseurForex.com) – La BCE garde le doigt sur la gâchette du bazooka QE mais a tout de même largement contenté les marchés via de nouveaux assouplissements monétaires.

Deux pour être précis :

- La baisse de tous les taux directeurs (détail ici)

- Le lancement d’un programme d’achat d’ABS. Les achats commenceront en Octobre

Nous sommes désormais au seuil plancher pour les taux directeurs signifiant qu’ils ne seront pas davantage abaissés. L’un des objectifs était de convaincre les banques qu’il n’y aura pas d’autre TLTRO avec un taux plus bas. C’est maintenant ou jamais en d’autres termes. La BCE s’attend à une forte augmentation de son Bilan via ces TLTRO, de l’ordre de 1000 Mds d’Euros. Soit la taille qu’il avait en 2012.

Notons que la décision d’abaisser les taux directeurs ne fut pas unanime mais qu’elle a été « confortable », laissant entendre qu’il n’y a probablement que l’Allemagne avec quelques alliés (Hollande, Finlande ..) qui ont voté contre.

Les gouverneurs sont en revanche unanimes sur l’utilisation de mesures de politique monétaire non conventionnels. Mario Draghi a toutefois souligné que les gouverneurs peuvent toutefois diverger sur

Concernant le programme d’achat d’ABS, les actifs titrisés concernés seront notamment adossés au marché immobilier et d’autres prêts à l’économie réelle (pas d’achat d’actifs financiers donc). Bon, il faut noter que le marché d’ABS en Europe ne dépasse apparemment pas les 700 Mds d’après Morgan Stanley. Mais apparemment, le conseil des gouverneurs ont parlé d’environ 500 Mds. Les tranches « senior » des ABS seront achetées et aussi le reste si elles sont garanties.

Concernant le QE (qui permettrait d’acheter de la dette souveraine en plus d’actifs privés), il a bien été discuté par les gouverneurs et certains gouverneurs voulaient le mettre en place.

Concernant l’inflation, comme à Jaskson Hole, Mario Draghi a répété que les perspectives de moyen terme s’étaient dégradées mais qu’elles restaient ancrées pour le moment. Si ce dernières devaient être effectivement abaissées, nous ne serons probablement plus très loin du QE « broad based ».

Voici les nouvelles perspectives économiques de la BCE :

Croissance du PIB :

-0.9 % en 2014 vs 1 % précédemment

-1.7 % en 2015 vs 1.6 % précédemment

-1.9 % en 2016 vs 1.8 % précédemment

Inflation :

2014 : 0.6 % vs 0.7 % précédemment

2015 : 1.1 % comme précédemment

2016 : 1.4 % comme précédemment

Nous avons toujours du mal à comprendre la différence entre QE et achat d’ABS. La seule différence que nous voyons pour le moment, c’est que le QE permettrait d’acheter de la dette gouvernementale alors que le programme d’achat d’ABS se focalise sur des actifs privés. Le QE reste un « swap de liquidité » et n’a rien avoir avec le fait de faire marcher la planche à billets. En effet, la quantité de monnaie en circulation  ne change pas. Seuls les agrégats changent M1, M2, M3. Les liquidités qui arrivent permettent ensuite de booster la consommation, l’investissement, qui sont les vrais ressorts de la croissance. Pour que la quantité de monnaie augmente, il faudra donc que les banques augmentent leurs prêts (avec l’aide du système de réserves fractionnaires, une autre histoire dont nous vous épargnons les détails).

La dernière étape sera probablement de faire marcher la planche à billets en monétisant la dette (en la faisant disparaître via de la créations monétaire avec le risque inflationniste qui en découle) mais là, il faudra probablement un changement de traité… Monétiser la dette voudrait dire la racheter et ne plus demander à l’état à qui appartient la dette de la rembourser.

Dans l’ensemble, ces nouveaux assouplissements monétaires sont justifiés selon Mario Draghi par la perte de momentum de la reprise Eco dans la Zone Euro et la détérioration de l’inflation. L’objectif ultime reste pour la BCE de booster l’activité de prêt et d’investissement en injectant de fraîches liquidités pour les investisseurs en échange de leur anciens actifs ABS qu’ils vont vendre à la BCE ainsi qu’en offrant davantage de fonds aux banques (TLTRO).

Enfin soulignons que Mario Draghi a bien souligné que sans les réformes structurelles adéquates de la part de gouvernement, la politique monétaire ne fera pas revenir la croissance. Concernant la France, Mario Draghi a dit qu’il était clair qu’il y avait un « désir de réformes »..

Pourquoi tout cela arrive si tard ? #Bundesbank. Il fallait donc que la Russie menace l’Europe pour inciter l’Allemagne à la solidarité  ?…

Retrouvez ici le texte (Anglais) du discours d’introduction de Mario Draghi et ici le lien vers la video replay

Ici l’ensemble des nouvelles projections économiques de la BCE (uk lien vers le PDF entier):

Capture

Bonus:

Bws0lotCYAAEKewBwH-XeaIIAAItb9

Bwr1dGMIgAAk9sF

Copyright (c) 2014 ProfesseurForex.com. Tous droits réservés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


sept × 6 =

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>