ANALYSE EUR/USD : L’Euro reste de manière peu compréhensible sous pression haussière..

 

(ProfesseurForex.com) – L’Euro monte alors que le risque n’a jamais été aussi élevé que les choses dérapent et débouchent sur un grexit aux conséquences inconnues (même si les leaders Européens tentent de nous rassurer…).

Des lueurs d’espoir pointent ici et là. Des officiels Grecs viennent tout juste de déclarer que des initiatives ont été prises pour renouer le dialogue afin de trouver un accord de dernière minute.

Du côté de la BCE, un officiel Allemand membre du « supervisory board » a déclaré que les banques Grecques pourraient être considérées solvable même en cas de défaut de l’état Grec. Ce qui permettrait d’éviter le grexit. Le vrai test pour l’indépendance de la BCE en quelque sorte car les leaders des plus puissantes économies de la Zone Euro estiment qu’un vote « non » en Grèce débouchera effectivement sur un Grexit.

Tant que Mario Draghi ne se sera pas prononcé, nous restons dans le flou. Mais l’espoir fait vivre.

Évidemment, le ralentissement de l’inflation dans la Zone Euro est passé inaperçu et pour le moment, nous avons du mal à expliquer le rebond si ce n’est cette lueur d’espoir que les Grec voteront « oui ».

Les bourses Européennes elles ne sont pas à la fête et il faudra suivre de près cette décorrélation avec l’Euro. Le taux à 10 ans Allemand consolide bien en-dessous du cours de clôture de la semaine passée. Pas de soutien apparent de ce côté là pour l’Euro.

Etant donné le contexte, il est sage d’attendre le résultat du vote et des niveaux aussi élevés que possible pour vendre la paire EUR/USD. A moyen et long terme, la divergence monétaire maintiendra le cross à la baisse. D’autant plus que la BCE risque fort de devoir assouplir sa politique monétaire car chacun comprend bien que la grèce reste une bombe à retardement, même dans le meilleur des scénarios.

  • Graphique EUR/USD H4

EURUSDH4

Copyright (c) 2015 ProfesseurForex.com. Tous droits réservés.

 

Commenter

  1. Robert says

    Contrairement aux marchés réglementés, le marché des changes fait fit des délits d’initié. Les acteurs du FX sont aussi les acteurs de la crise grecque. N’est-il pas envisageable que la vigueur relative de l’euro soit justement la preuve que le dossier grec va se dénouer correctement ?

    • cbast says

      Je pense plus qu’il s’agit du dégagement des investisseur hors union europeene qui récupere leur billes. vu qu’ils étaient assurer sur le change, la vente de leurs action provoque un rachat d’euros. d’ou une une courbe plus ou moins inversement proportionnel entre les principaux indice europeen et le cour de l’euro. la hausse ne va pas durer longtemps

  2. delvert says

    Tout le monde et notamment les banques, annonce une baisse de l’euro à MT/LT, et ce, depuis des mois, ce qui est plutôt de nature à encourager les achats de dollars/vente d’euros par les particuliers..
    Mais, depuis des semaines, que les nouvelles soient mauvaises ou bonnes, que les taux allemands montent ou baissent, l’euro lui ne veut pas baisser, comme s’il en était empêché.
    Je finis moi-aussi par me poser des questions et, après des jours et des jours à attendre en vain que la baisse, la vraie, enfin se produise, je crois que je vais jeter l’éponge et me contenter de récupérer ma mise

      • delvert says

        Les banques incitent à se positionner à la baisse, mais depuis de très longues semaines, celle-ci, comme l’arlésienne ne se produit jamais ou est très vite enrayée. Et ce, quelque soit le contexte. C’est quand même étrange

        • says

          Lorsque le consensus devient trop évident, c’est effectivement une réflexion qu’il faut avoir mais enfin, avec la FED qui va relever ses taux directeurs, nous ne voyons pas pourquoi l’EUro devrait remonter. Surtout si la fameuse maxime du Goldman président de la BCE « l’Euro est irréversible » prend du plomb dans l’aile au cours des prochains jours, semaines..

  3. says

    Difficile de spéculer sur les raisons derrière la résilience de l’Euro alors que le risque d’arriver à un point de non retour est énorme. Si les choses empirent, préparez vous à une dégringolade. Les baissiers attendent patiemment leur heure à notre avis.

    Oui, Cbast, cela joue probablement un peu. Les débouclages de couvertures de change sont à mettre dans la balance.

    • delvert says

      Cette baisse, ça devient l’arlésienne !
      Entre vendredi dernier et hier, on a bien eu une dégradation notable de la situation, mais pas de vraie dégringolade !
      Passé un moment de faiblesse, qui lui au moins paraissait logique, l’euro est revenu au même niveau et plus qu’avant le week-end, quand tout le monde s’attendait à un dénouement favorable du dossier grec.
      Totalement aberrant !
      Et qu’on ne me dise pas que la remontée spectaculaire de l’euro durant la journée d’hier était due à un regain d’espoir sur le dossier grec.
      Si ce regain d’espoir existait, il ne s’est guère manifesté sur les marchés d’actions qui ont quand même pas mal dévissé, marchés US compris !
      A croire que cet euro ne baissera jamais, ou alors de quelques pauvres centièmes, pour remonter aussi sec dans les heures qui suivent !

      • says

        Le spread entre les taux US et de la Zone EUro reste le principal facteur derrière la résilience de l’Euro comme vient de le souligner la SocGen. Mais maintenant, la question est: Qu’est ce qui fait remonter les taux Européens? Est ce que l’augmentation du QE par la BCE va faire rentrer les choses dans l’ordre très bientôt?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


six + = 8

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>