BREXIT : un enjeu pour la Livre Sterling, le crédit souverain britannique et le Premier Ministre David Cameron.

(DailyFX.fr) – BREXIT : un enjeu pour la Livre Sterling, le crédit souverain britannique et le Premier Ministre David Cameron.

Ce que vous avez besoin de bien comprendre :

L’enjeu est de taille, les citoyens du Royaume-Uni vont voter pour savoir s’ils vont rester ou sortir de l’Union Européenne. Pour le Royaume-Uni, la présence au sein de l’Union Européenne a un impact sur la note de crédit du pays, sur le statut de la Livre Sterling en tant que monnaie de réserve et probablement sur les perspectives économiques du Royaume-Uni.

Les marchés boursiers évoluent toujours selon des anticipations, la volatilité sera toujours plus importante lors des périodes de spéculation. Il est donc primordial de comprendre les enjeux du référendum sur le maintien ou non du Royaume-Uni au sein de l’Union Européenne et les effets que cela peut avoir sur la Zone Euro.

Quand a lieu le vote ?

Le vote aura lieu le 23 juin prochain et le bulletin de vote sera très simple. Soit cocher la case pour rester dans l’Union Européenne, soit cocher la case pour quitter l’Union Européenne.

BREXIT : un enjeu pour la Livre Sterling, le crédit souverain britannique et le Premier Ministre David Cameron.

Qui et quoi regarder ? La Livre Sterling, le Crédit & David Cameron :

David Cameron, le Premier Ministre du Royaume-Uni, est au cœur du vote sur le « Brexit » en gérant les négociations avec L’Union Européenne pour le maintien du Royaume-Uni. La campagne actuelle en faveur ou contre le Brexit porte sur le budget européen, la régulation, l’immigration (un facteur qui a pris de l’importance avec la guerre en Syrie) et l’influence de l’Union Européenne sur l’économie britannique.

La source du vote sur le Brexit fut la campagne de réélection de David Cameron en 2015. Depuis 2013, le Premier Ministre David Cameron voulait renforcer les relations entre le Royaume-Uni et l’Union Européenne mais les négociations ont échoué avec la progression du Parti Conservateur et du Parti pour l’indépendance du Royaume-Uni.

David Cameron défend le maintien du Royaume-Uni au sein de l’Union Européenne et insiste donc sur les implications économiques négatives et le choc que représenterait une sortie du Royaume-Uni de l’Union Européenne. Ce risque économique concerne la dynamique de la Livre Sterling et la perception du risque de crédit souverain du Royaume-Uni. A la fin du mois de février, des banques comme JP Morgan, Goldman Sachs et HSBC, qui ont une forte exposition au crédit et aux flux financiers britanniques, soutiennent David Cameron pour que le Royaume-Uni reste dans l’Union Européenne.

Quels sont les enjeux ?

L’enjeu principal est les conséquences pour le Royaume-Uni. Cependant, il ne faut pas ignorer les conséquences que cela peut avoir pour l’Union Européenne, qui perdrait un de ses membres les plus riches, ce qui pourrait alimenter les velléités de départ d’autres grands pays de la Zone Euro comme l’Italie.

Le Royaume-Uni bénéficie déjà de nombreux avantages spécifiques au sein de l’Union Européenne à 28 membres. Le Président François Hollande et le Premier Ministre maltais Joseph Muscat ont déjà demandé à bénéficier des mêmes avantages que le Royaume-Uni au sein de l’Union Européenne.

Par conséquent, même si le Royaume-Uni décide de rester membre de l’Union Européenne, il y aura toujours la menace de la sortie de l’Union Européenne par un autre pays. Si le Royaume-Uni quitte l’Union Européenne, le pays devrait tout de même chercher à conserver des accords commerciaux avec ses principaux partenaires commerciaux en Europe. Actuellement, 7 des 9 principaux partenaires commerciaux du Royaume-Uni sont des Etats membres de l’Union Européenne, il est donc primordial pour l’économie britannique de conserver des accords commerciaux.

Quels sont les risques ?

Alors que les sondages indiquent que la probabilité d’un Brexit a augmenté significativement, les investisseurs se focalisent sur les implications économiques en terme de notation de crédit. Car le Royaume-Uni pourrait quitter l’un des blocs économiques les plus importants du monde, il y a de nombreuses incertitudes. Le risque de crédit repose surtout sur le déficit des comptes très fort pour le Royaume-Uni, le Brexit pourrait créer un risque pour la notation souveraine britannique.

Voici une citation de Standard & Poor’s à ce sujet :

« Dans le pire des scénarios, le Brexit pourrait aussi menacer le statut de la Livre Sterling en tant que monnaie de réserve, ce qui retirerait un socle important pour la note de crédit AAA du Royaume-Uni, maintenue depuis le début de la crise financière. »

Si le Brexit dégrade les échanges commerciaux du Royaume-Uni, toute l’attention va se reporter sur la Banque d’Angleterre. Cela pourrait inciter la BoE à rendre plus accommodante sa politique monétaire pour contrer un risque de ralentissement de la croissance économique. Selon les swaps overnight, les investisseurs envisagent une baisse de taux en 2016 en cas de Brexit. Cette perspective génère des pressions baissières sur la Livre Sterling sur le marché des changes.

Le 26 février dernier, Markus Kerber, directeur général de la Fédération des Industries Allemandes, a averti qu’un Brexit menacerait de nombreux accords commerciaux entre les entreprises allemandes et britanniques. Markus Kerber a ajouté que le Brexit ne serait pas un « divorce amical », selon lui, les dommages seraient majeurs avec une économie britannique qui réalise plus de 50% de ses échanges commerciaux avec le Royaume-Uni.

Le risque principal concerne le marché du crédit, le crédit, le cœur des crises financières passées. Les créanciers du Royaume-Uni, dette publique et dette privée confondues, pourraient vouloir vendre dans le scénario d’un Brexit. La confiance et le crédit sont indissociables, le marché a donc tendance à amplifier le risque à court terme, le meilleur baromètre est d’observer les Credit Default Swaps (CDS) pour voir la perception du risque souverain britannique en lien avec la perspective du Brexit. Rappelons que les CDS sont un contrat d’assurance contre le risque de crédit souverain.

Les votes précédents qui ont agi sur la Livre Sterling :

Deux précédents évènements politiques ont influencé la Livre Sterling et les marchés financiers britanniques, il est intéressant d’analyser ce qui s’était passé à l’époque avec le référendum Ecossais le 18 septembre 2014 et les élections générales britanniques le 5 mai 2015. Dans les deux cas de figure, la volatilité a considérablement augmenté sur les marchés financiers britanniques.

Ci-dessous, deux graphiques qui superposent les taux de changes GBPUSD et EURGBP ainsi que leurs courbes de volatilité implicite. Les courbes bleues représentent la volatilité implicite (les anticipations de volatilité, basées sur le prix des options) sur les périodes de 3 et 6 mois. Le second graphique montre un niveau de volatilité implicite encore plus grand dans le cas du Brexit.

BREXIT : un enjeu pour la Livre Sterling, le crédit souverain britannique et le Premier Ministre David Cameron.

BREXIT : un enjeu pour la Livre Sterling, le crédit souverain britannique et le Premier Ministre David Cameron.

Graphiques préparés par John Kicklighter, stratégiste devises en chef

L’impact sur le marché : Le FTSE100 et le DAX :

L’économie britannique est une économie de services, à l’image de l’économie des Etats-Unis. Ce sont notamment les entreprises des services financiers qui peuvent être menacés par le Brexit. Lors de la dernière semaine de février, les banques ont tiré la sonnette d’alarme mettant en avant le risque de voir la finance de Londres quitter le Royaume-Uni dans le cas d’un Brexit avéré.

Le directeur général de JPMorgan, Jamie Dimon, a déclaré le 23 février dernier apporterait une dislocation massive de la place financière de Londres. Mi-février, Mr Dimon a aussi ajouté que le Royaume-Uni abrite de nombreuses compagnies financières ce qui profite beaucoup à l’Union Européenne. « Nous aimerions rester ici, mais si nous ne pouvons pas, nous ne pouvons pas ». Dans d’autres termes, il est majeur que le Royaume-Uni reste dans l’Union Européenne pour ne pas menacer le secteur financier britannique.

BREXIT : un enjeu pour la Livre Sterling, le crédit souverain britannique et le Premier Ministre David Cameron.

Graphique préparé par Tyler Yell

Les graphiques clefs :

Le problème d’acheter bas et de vendre haut est la bataille émotionnelle que cela implique. A un niveau de prix élevé, l’investisseur pense souvent que cela peut monter davantage et il achète encore. Lorsque le prix est très bas et que la tendance est fortement baissière, les investisseurs veulent en général vendre davantage.

Dans tous les cas, si le Brexit devient un risque économique majeur, il devrait y avoir de fortes pressions vendeuses sur le marché actions. Etant donné les liens forts entre l’économie du Royaume-Uni et l’économie de l’Union Européenne, il faut aussi se concentrer sur le cas de l’indice allemand DAX. Le graphique de long terme du DAX (bougies japonaises hebdomadaires) en échelle logarithmique montre qu’il y a des pressions vendeuses sur la moyenne mobile à 200 semaines, ce qui est aussi le cas pour le graphique de l’indice britannique FTSE100.

Pour le DAX, une cassure technique baissière du support à 9150 points serait un signal de vente majeur, valable aussi pour le FTSE100 qui a échoué sous ses sommets des années 2000 et 2007.

BREXIT : un enjeu pour la Livre Sterling, le crédit souverain britannique et le Premier Ministre David Cameron.

Graphique préparé par Tyler Yell

Les poids lourds politiques génèrent aussi de la volatilité :

Lors du weekend du 21 février dernier, le maire de Londres, Boris Johnson, a décidé de soutenir le Brexit, c’est un homme politique influent et très médiatique. Les récents sondages montrent que 45% des britanniques veulent rester dans l’Union Européenne et 40% en sortir. Le point de vue des hommes politiques majeurs est important, un sondage a montré que 1/3 des électeurs envisagent de tenir compte de l’avis de Boris Johnson.

Le sentiment des investisseurs avec le Speculative Sentiment Index de FXCM/DailyFX

BREXIT : un enjeu pour la Livre Sterling, le crédit souverain britannique et le Premier Ministre David Cameron.

Source des données : le SSI de FXCM

Il est très utile d’étudier l’évolution du sentiment de marché sur le taux de change GBP/USD comme bon baromètre pour le Brexit. Les traders particuliers ont tendance à acheter la baisse du taux GBPUSD alors que les investisseurs continuent d’avoir une position net-vendeuse. Cette configuration de marché montre qu’il y a encore de la place pour davantage de pressions baissières.

Cela montre qu’il y a encore des capitaux disponibles pour mener encore plus bas la Livre Sterling sur le marché des changes, malgré les envies des traders particuliers d’acheter les points bas dans les tendances baissières. Sur le plan technique, le taux GBPUSD devrait rejoindre ses plus bas de 2009 à 1.35$.

BREXIT : un enjeu pour la Livre Sterling, le crédit souverain britannique et le Premier Ministre David Cameron.

Graphique préparé par Tyler Yell

Les scénarios probables sur le marché des changes

La perspective du Brexit a clairement un impact baissier sur laLivre Sterling sur le marché des changes. Le scénario du Brexit va contraindre Mark Carney et la Banque d’Angleterre à reporter encore un relèvement des taux d’intérêt. Actuellement, le marché des contrats futures anticipe une baisse des taux lors des 12 prochains mois. Le rendement obligataire britannique d’échéances 2 ans est ainsi passé sous le taux de base de la Banque d’Angleterre, à 35 points de base contre 50 pour la Banque Centrale.

Cependant, les meilleures opportunités de trading pourraient provenir simplement de l’incertitude liée au Brexit. Comme indiqué ci-dessus, la sortie du Royaume-Uni de l’Union Européenne menace l’existence même à terme de l’UE. Cela pourrait avoir un impact général négatif sur le crédit souverain pour l’ensemble de la Zone Euro comme le souligne l’association allemande des conseillers économiques.

La contagion peut donc atteindre la monnaie unique européenne, mais aussi la JPY, le CHF et l’once d’or. En 2016, le JPY et le GOLD sont actuellement les marchés les plus performants. Si la stabilité de la Zone Euro devient un risque global, le taux GBPJPY devrait continue de développer sa tendance baissière en basculent sous sa moyenne mobile à 200 semaines comme cela s’était produit en 2008.

BREXIT : un enjeu pour la Livre Sterling, le crédit souverain britannique et le Premier Ministre David Cameron.

Graphique préparé par Tyler Yell

Le Dollar US pourrait aussi être impacté par le Brexit. Si la menace de Standard & Poor’s d’abaisser la notation souveraine britannique devient une réalité, cela pourrait nuire au statut de la Livre Sterling en tant que devise de réserve mondiale.

Au contraire, un vote en faveur du maintien au sein de l’UE générerait nettement moins d’incertitudes.

Au regard de la chute de la Livre Sterling ces derniers mois, la devise britannique pourrait subir un fort retournement de tendance à la hausse.

Le scénario avéré d’un Brexit

Comme dans le cas à l’époque du référendum pour le maintien de l’Ecosse au sein du Royaume-Uni, les résultats des sondages réalisés progressivement ont un impact violent sur les marchés financiers. Le 22 février dernier, la volatilité du GBP face au Dollar US a atteint un record depuis l’année 2011, ramenant le taux de change sur ses niveaux de l’année 2009. Mais la Livre Sterling est sous pression baissière face à un panier de devise, ce qui pourrait ramener le GBP/USD sous ses plus bas de 2008.

D’ici le référendum du 23 juin prochain, il est donc primordial de bien comprendre les enjeux. Il faut bien garder à l’esprit comme les marchés sont efficients pour intégrer les actualités, mais inefficients pour bien les interpréter. Ci-dessous, vous avez un tableau qui montre l’impact d’évènements géopolitiques sur la volatilité du Forex. Il nous semble que l’année 2016 pourrait être l’année de nombreux risques fondamentaux.

Dans ces périodes d’augmentation de la volatilité sur le marché des changes, il nous semble majeur de limiter son exposition, c’est-à-dire limiter l’effet de levier des stratégies de trading sur le Forex. Dans notre guide des traders à succès, nous avons démontré que les traders gagnants dans la durée utilisent un effet de levier faible. Quand l’incertitude est forte, comme dans le cas du référendum sur le Brexit, les fournisseurs de liquidités pourraient être moins présents sur les marchés. Un tel environnement peut mener à la formation de trous de cotations (gaps), de quoi menacer les stratégies de trading avec un effet de levier trop fort ou les comptes de trading pas assez capitalisés. Il faut aussi tenir compte du risque de gap à l’ouverture du marché des changes après les actualités du weekend, mieux vaut réduire son exposition au GBP le vendredi.

BREXIT : un enjeu pour la Livre Sterling, le crédit souverain britannique et le Premier Ministre David Cameron.

Tyler Yell – DailyFX.com

BREXIT : un enjeu pour la Livre Sterling, le crédit souverain britannique et le Premier Ministre David Cameron.
original source