La Belgique interdit le trading Forex et CFD à partir d’aujourd’hui, poussant ainsi les traders belges vers des brokers peu scrupuleux

La FSMA, le régulateur des marchés financiers belge, a annoncé un décret interdisant le trading forex et CFD pour les particuliers, à partir d’aujourd’hui 18 août 2016.

On peut se demander s’il s’agit d’une décision vraiment réfléchie : Les belges vont biensur continuer à trader le forex, mais seront tout simplement obligés de la faire avec des brokers situés hors de Belgique, au lieu de profiter des services de brokers ayant pignon sur rue.

La FSMA interdit le forex pour protéger les consommateurs, mais va au contraire les pousser droit vers des brokers offshore malhonnêtes qui ne seront pas régulés, et contre qui les clients ne pourront pas se retourner en cas de problème

Et vous, qu’en pensez -vous ?

Copyright (c) 2016 ProfesseurForex.com. Tous droits réservés.

Commenter

  1. Manu says

    Plus mauvaise décision que celle là, ça n’existe pas . En attendant la France avec la loi Sapin. La connerie n’a pas de limite …………………

  2. David W. says

    Pour la France, cela risque d’être moins grave : La loi Sapin ne prévoit pas l’interdiction du trading, mais de la publicité, ainsi que éventuellement une forte limitation de l’effet de levier. Dans tous les cas, la magie d’internet permettra à n’importe qui d’ouvrir son compte de trading forex à l’étranger, comme cela se passait avant que les brokers commencent à s’installer en Europe. Le problème, c’est que cela constitue un pas en arrière, empêchant les brokers de s’établir localement, et donc de développer des services et une une culture plus adaptée aux traders locaux. Il sera par ailleurs beaucoup plus difficile pour les novices de faire la différence entre les brokers sérieux et les brokers non sérieux. Plutôt que d’interdire le Forex ou la publicité pour le Forex, les régulateurs feraient mieux de mettre en avant les brokers sérieux, et de les protéger de la concurrence malhonnête des vendeurs de rêve!!

  3. luc says

    l’essentiel sera de récupérer l’argent de son compte si impossible de continuer en france via fxcm,je continuerai les actions via boursorama

  4. David W. says

    Il n’y a aucun interdiction du trading forex prévue en France, y compris dans la loi Sapin. De plus, les brokers qui font un travail sérieux en France actuellement continueront à le faire si la réglementation change, la seule différence sera que des filiales étrangères seront sans doute utilisées. Des dizaines de brokers forex opèrent en France, et seuls quelques uns sont installés en France. Ce qui est le plus triste, c’est donc que les reglementations ne vont pénaliser UNIQUEMENT les brokers qui font l’effort d’être transparents, régulés, et de s’installer localement.

  5. Manu says

    David,

    Ce n’est pas ce que les concernés disent. Ce message vient de quelqu’un extrêmement bien informé par un broker que ce site connait parfaitement bien et pour cause, il travaille avec lui. Donc, le texte de loi en l’état n’est pas si anodin que cela, bien au contraire. Voici le commentaire ci dessous :

    Dans le cadre du projet de loi Sapin II, le gouvernement souhaite s’attaquer aux publicités frauduleuses faisant la promotion du trading en ligne sur le Forex et les CFD. Dans sa forme actuelle, le projet de loi (Article 28, Sapin II) ne vise pas seulement les opérateurs illégaux mais il se retourne directement contre les opérateurs régulés et surtout ceux présents en France. En souhaitant s’attaquer aux arnaques, le projet de loi punit les opérateurs légaux, régulés, présents en France, au profit des acteurs illégaux qui pourront continuer sans inquiétude leur démarchage agressif, publicité mensongère, et autres arnaques depuis des adresses offshores.

    Quelles sont les conséquences pour vous ?

    Concrètement si une telle loi venait à être adoptée, les acteurs FX et CFD basés en France pourraient être amenés à arrêter leurs activités de courtage, avec pour conséquence directe, l’impossibilité pour vous de continuer d’investir sur les produits financiers que vous avez choisis. En plus de pénaliser les courtiers français injustement, la loi entrainerait une privation de vos libertés d’accès aux FX et CFD. -

  6. David W. says

    Les acteurs forex et CFD basés en France pourraient être amenés à cesser leurs activité de courtage REALISEES en France, et non arrêter d’accepter des clients français. N’importe quel broker, régulé ou non, basé en France ou non, peut accepter des clients français. C’est là tout le problème du projet de loi : Il ne réglera aucun problème, et ne fera qu’obliger les traders français à se diriger vers des brokers étrangers (ou vers des filiales étrangères de brokers actuellement installés en France), ce qui fait que l’AMF n’aura plus aucun pouvoir sur aucun dossier qui concernera les clients français et le Forex.

  7. says

    Il faudra bien surveiller ce que l’AMF dit sur ce sujet ; ma crainte c’est que l’interdiction des publcicités ne soit que la première étape ; en effet, les banques classiques sont en perte de vitesse et de crédibilité, notamment à cause des nouvelles façons d’investir comme le trading en ligne (si on met de côté toute leurs incompétences et leurs pertes sur les marchés comme en 2008) ; le manque à gagner est énorme pour elles, car c’est de la concurrence directe ; si elles peuvent freiner la perte de clients, soyez sûrs que les banques feront tout pour cela. Encore une fois, nous sommes face à un duel entre l’Ancienne Economie, qui est sur un modèle centralisé et pyramidal et la Nouvelle Economie, plutôt basée sur le partage et horizontale, du type les taxis vs Uber. Selon moi, le combat est perdu d’avance pour l’Ancienne Economie, mais ils sont hargneux…

  8. Filip says

    Vous annoncez :
    « La FSMA, le régulateur des marchés financiers belge, a annoncé un décret interdisant le trading forex et CFD pour les particuliers, à partir d’aujourd’hui 18 août 2016. »

    Désolé mais ce n’est pas tout à fait le cas , voici le texte :
    « La commercialisation de certains instruments financiers dérivés auprès des clients de détail en Belgique sera limitée à partir du 18 août 2016. Certains instruments dérivés, comme par exemple les options binaires ou les CFD avec effet de levier, ne pourront plus être commercialisés, et certaines pratiques de commercialisation seront également interdites. Le règlement de l’Autorité des services et marchés financiers (FSMA) à ce sujet a été approuvé par le biais d’un arrêté royal. »

    http://www.fsma.be/fr/Site/Repository/press/div/2016/08-08_banning.aspx

    Donc c’est la commercialisation en Belgique qui est interdit pas leur utilisation en dehors de Belgique pars un Belge …
    Un particulier peut très bien ouvrir un compte ou demandé à le transférer dans une filiale de son broker, les plus grosses boites de trading ayant leur maison mère en dehors de la Belgique (et de la France). Avec internet on n’est plus limité au sol où l’on vit …

    J’ai même lu ce genre de commentaire intéressant sur un forum :
    « Créer une société prend 15 minutes en allant au CFE et on est taxé à 15% sur les premiers 38 120 € de gain … de quoi satisfaire pas mal de monde qui trade en ayant un boulot. Il y aura pas mal de particuliers qui vont ouvrir des sasu (pas de cotisations à payer) je pense surtout si leur taux d’imposition sur le revenu est élevé ils feront des économies. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


sept − 1 =

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>