De combien d’argent avez-vous besoin pour vivre du Forex ? (2)

howmuchNous avons expliqué dans un premier article que la gestion du risque est essentielle pour ne pas perdre sur le forex.

Qu’est-ce que la gestion du risque sur le Forex ?

 

Dans cet article nous entrons un peu plus dans les détails.

Pour faire de l’argent, il faut de l’argent. Vous avez besoin d’un capital de départ. Tout le monde sait ça, mais il y en a moins qui savent combien d’argent il faut pour commencer à trader. Cela dépend.

Premièrement, considérez la façon dont vous allez vous éduquer au trading. Il y plein d’approches différentes pour apprendre à trader. Des classes, des mentors, seul, ou une combinaison des trois.

Il y a beaucoup d’opportunités pour apprendre à trader le forex, la plupart sont payantes. Nous vendons nous même notre université du Forex (Elle rivalise avec ce qu’il se fait de mieux). L’avantage est que ce genre de formation peut significativement réduire votre courbe d’apprentissage et vous mettre sur le chemin des gains par rapport à une instruction que vous feriez tout seul. L’avantage de l’université du Forex est quelle est peu chère comparé à ce qu’il se propose sur le marché.

Mais pour ceux qui sont prêt à prendre leur temps ou qui ont des ressources limitées, la bonne nouvelle étant qu’il y a déjà beaucoup de matière gratuitement sur internet. Souvent en Anglais toutefois.

Vous pouvez aussi commencer par les bases via notre Formation Forex et Analyse technique. Notez aussi que nous vous proposons de copier les trades des grandes banques sur le PFX PREMIUM.

Dans tous les cas, si vous être concentré, discipliné et déterminé à apprendre comment fonctionnent les marchés, vos chances de succès augmentent de manière exponentielle.

Deuxièmement, est-ce que votre approche aux marchés va nécessiter des outils spéciaux comme un fil d’information dédié au Forex ou encore des graphiques, tout simplement ? (nous sommes là pour ça;). Un trader se basant sur l’analyse technique nécessite en général pas beaucoup plus que la plateforme offerte par votre broker (FXCM est notre choix sur PFX).

Si vous préférez (ou préférer compléter l’analyse technique avec) l’analyse fondamentale, vous avez besoin d’une bonne connexion internet et un calendrier économique vous offrant les chiffres des statistiques à la milliseconde près. Ce genre de service n’est pas gratuit mais les calendrier économiques que nous proposons sur PFX ne sont pas non plus des tortues. Mais cette seconde peut souvent faire la différence, surtout si vous savez bien quelle volatilité attendre en fonction de l’écart entre le consensus et la publication.

Ensuite, il faut faut de l’argent… Certains brokers vous offrent directement de l’argent à investir et vous laissent trader avec 25 $ (En général, fuyez ce genre de brokers). Mais cela ne veut pas dire qu’il faille commencer à trader directement. La sous-capitalisation est l’une des premières erreurs qui mènent à la faillite. Il faut avoir suffisamment de fonds pour absorber les pertes. Et cela dépend en bonne partie de votre effet de levier.

Quel capital faut-il ? Soyons honnêtes ici. Il vous faut entre 30 000 euro et 80 000 euros afin de pouvoir vivre du forex et avoir dans le même temps une gestion des risques optimale.

Avec 80 000 euros, vous gagnez 1 % sur le mois, vous gagnez 800 euros. Avec un effet levier zéro, ce qui signifie qu’une perte ou un gain de 1 % sur le forex impacte votre capitalisation de seulement 800 euros en perte, ou en gain. La variation sur un an de EUR/USD est d’environ 20 % au maximum par exemple quand la volatilité annuelle a été plutôt forte.

Donc, si vous ne pouvez pas commencer avec un tel capital, soyez patient, épargnez et commencez lorsque vous aurez les reins solides. Bien entendu, vous pouvez toujours vous faire la main avec beaucoup moins d’argent mais pour vivre du forex sans prendre de risque, il faut un capital conséquent, il ne faut pas se mentir.

Nous irons encore un plus dans les détails dans notre prochain article à paraître Lundi prochain.

Copyright (c) 2016 ProfesseurForex.com. Tous droits réservés.

Commenter

  1. abdou says

    Merci pour cette article,mais,je connais quelqu’un qui a débuter avec un capital de 200 dollars et en 2 ans, son capital est devenu 15000 dollars,il m’à dit qu’il utilise des leviers important bien sûr,ainsi il trade chaque opération avec 20 % du capital.donc je pense qu’en peut gagner avec un capital petit,à condition d’être un sniper sur le forex. c’est à dire on peut effectué 2 ou 3 opération avec un pourcentage de profit élevé mieux qu’on effectue 40 ou 50 grades avec un pourcentage de profit moindre.

  2. Le néophyte says

    Bonjour,
    Je tiens avant tout à remercier Professeur Forex pour la qualité de ses articles.Autodidacte depuis prés de trois ans, il est difficile de s’y retrouver parmi les nombreux indicateurs mis à la disposition sur le marché.
    Je pense qu’avant d’apprendre à courir, il faut savoir marcher. L’analyse technique est pertinente, mais sans l’analyse fondamentale….
    Je ne compte plus les comptes de démo clôturés… car nous pensons tous être plus fort que le marché… mais en vain.
    Petit rappel : 5% des traders parviennent à perdurer (donc à en vivre) car ils ont un money management rigoureux. C’est aussi un métier très, parfois trop prenant.
    Enfin, je pense qu’avec 3000€ de capital et en faisant de tout petits ordres ont peu commencé à faire donc, de petits profits (la gourmandise est un vilain défaut). Je suis fréquemment vos conseils, et ceux des banques, c’est lucratif.
    Merci à toute l’équipe de Professeur Forex pour la qualité des articles. Continuez, et encore merci pour le partage.
    Un fidèle lecteur.

  3. Abudrian says

    Je suis globalement en accord avec l’objectif prudent et LONG-TERME de 1% par mois. En complément de votre article, je me permet de préciser qu’il s’agit donc d’un gain net de 100 PIPS dans le cas présenté où il n’y a pas d’effet de levier (on investit l’entièreté de son capital de 80 000, 1 PIP vaut donc 8). 1% par mois signifie 12,68% sur 12 mois.
    Notons que, toujours sans effet de levier, 150 PIPS de gain sur le mois représentera 1,5% par mois et donc 19,5% sur l’année.
    200 PIPS chaque mois représenteront 2% mensuel et 26,8% annuel.
    Dans l’hypothèse d’un levier toujours assez raisonnable, deux fois le capital, on obtient les rentabilités suivantes.
    100 PIPS mensuels = 2% mensuel = 26,8% annuel.
    150 PIPS mensuels = 3% mensuel = 42% annuel
    200 PIPS mensuels = 4% mensuel = 60% annuel

    Prenons le cas d’un trader EXPERIMENTE, utilisant en permanence un levier de 5 fois son capital (risque élevé !!!)
    100 PIPs mensuels = 5% mensuel = 79% annuel
    150 PIPS mensuels = 7,5% mensuel = 138% annuel
    200 PIPS mensuels = 10% mensuel = 213% annuel

    On voit que les effets de levier appliqués régulièrement avec réussite ont un effet d’amplification que l’on pourrait qualifier de sur-développés par le temps qui passe. En effet, sur la base de l’exemple à 100 PIPS mensuel, sans levier (1 fois le capital) nous sommes à 12,68% annuel, alors qu’en utilisant un levier de 5 fois le capital, le rendement annuel passe à 79% (donc plus que 5×12,68%=63,4%).

    Dans la pratique, les brokers connaissent les différents profils de clients. En discutant avec eux, les brokers honnêtes vous indiqueront que certains clients peuvent parfois gagner plusieurs centaines de % par mois, certains même réussissent d’admirables performances pendant 1 an, voire même deux ans. Ils vous indiqueront également qu’à leur connaissance tous ceux là ont fini par se crasher. Un gros broker, traitant des comptes parfois très importants, m’a indiqué qu’il ne connaissait aucun client ayant une performance régulière atteignant les 100% annuel.
    20% annuel (reproduits sur des années) est un objectif ambitieux mais réaliste avec un money-management rigoureux, pour ma part je dirais max 2 fois le capital.
    Seuls des traders bénéficiant de plusieurs années d’expérience pourront viser un objectif régulier, très ambitieux, de 50% annuel.
    Et encore… les objectifs et rentabilité diminueront avec la taille du compte. En effet, un effet de levier trop élevé peut facilement faire perdre 10% du compte dans la journée, soit 100€ pour un compte de 1000€, ce qui peut rester digeste, mais 10 000€ pour un compte de 100 000. En général, cela calme les ardeurs.

    En tablant sur 20% bru annuel « sûrs », on fera vite le calcul de ce qui est nécessaire en capital pour espérer en vivre, tout en tenant compte des importants prélèvements fiscaux. Malheureusement, pour obtenir un smic net « sûr » c’est de bien plus que 80 000 dont il faudra disposer. Je dirais plutôt 200K
    On est très loin des illusions véhiculées par les pubs, à juste titre réprimées par le gouvernement.

  4. aminem says

    merci pour l’article mais je comprends pas pourquoi on est obligé de trader ,risquer et ganer peu?
    vous parlez de 1% or moi je suis 2 banques depuis 2 ans maintenant et ils me donnent entre 3000 et 4000 pips/an.
    il suffit juste de copier leurs positions et on est tranquille. on gagnera plus de 1% par mois et on peut meme doubler notre fond sans trop risquer.

  5. loliba says

    le money management est fondamental – dans cette gestion je distinguerait trois points
    (1) quel levier que vous devez appliquer sur vos opérations CFD (si vous avez 10K de capital – vous pouvez vous permettre un levier de 2 via deux mini CFD par exemple (2€ le pips))
    Lorsque votre levier est défini,
    (2) quel objectif de gain souhaitez vous atteindre chaque mois – en lisant pas mal de documents un approche prudente pour le scalp serait de 2 pips par jour et pas plus (soit 10 pips par semaine)
    (3) enfin quel est la perte maximale que vous souhaitez « encaisser » – c’est bien définir votre stop pour bien gérer les trades perdants

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


6 + trois =

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>