FOREX : Comment réaliser du carry trade entre deux monnaies ?

Qu’est ce qu’un currency carry trade ?

Le carry trade est le trade le plus populaire sur le forex. Il est pratiqué autant par les hedge funds que les particuliers. Le carry trade repose sur le fait que les monnaies offrent un taux d’intérêt. Les taux d’intérêt de court terme sont dictés par les banques centrales. La FED pour le Dollar, la BCE pour l’Euro, la BoE pour le Royaume-Uni etc…

L’idée derrière le carry trade est très simple. Un trader achète une monnaie offrant un haut taux d’intérêt et finance cet achat avec une monnaie offrant un faible taux d’intérêt. Par exemple, en 2005, l’une des paires préférées des carry trader était NZD/JPY. L’économie Néo-Zélandaise était alors en pleine ébullition en raison de la forte demande en matières premières de la part de la Chine et la hausse des prix immobiliers. Le taux d’intérêt était alors de 7.5 % alors que celui du Japon était de 0 %. Un trader achetant NZD/JPY pourrait avoir récupéré 725 points de base. Avec un effet de levier 10:1, le carry trade NZD/JPY pourrait avoir rapporté 72.5 % sur l’année, simplement en raison de la différence de taux d’intérêt entre les deux monnaies (en partant du principe que le taux de change est resté stable sur cette période, bien entendu).

Donc avant de vous ruer sur la prochaine paire offrant un taux d’intérêt élevée, soyez au courant du fait que la variation du taux de change peut effacer les gains du diférentiel de taux.

Par exemple. Vous empruntez dans une banque Japonaise du Yen à 0 %. Vous achetez avec ces Yens des Dollars Néo-Zélandais et vous les placez dans une banques Néo-Zélandaise où vous allez recevoir une rémunération annuelle de 7.5 %. A la fin de l’année, le retour sur investissement est donc de 7.5 %.

Oui mais si le Yen s’apprécie de 7.5 % face au Dollar Néo-Zélandais au cours de cette période, lorsque vous allez vendre vos Dollar pour du Yen, afin de rembourser votre banque Japonaise, vos gains engrangés sur le différentiel de taux auront disparu. C’est ce que l’on appelle le carry trade liquidation. Lorsque tout le monde solde sa position, pensant que le carry trade n’a plus beaucoup de potentiel. Voilà pourquoi il faut agir au début d’un cycle de taux, afin d’être dans la phase où votre carry trade prend de la valeur plutôt que la phase ou le risque de carry trade liquidation augmente.

Copyright (c) 2016 ProfesseurForex.com. Tous droits réservés.

Commenter

  1. Abudrian says

    Tout comme dans le bourgeois gentilhomme de Molière où Monsieur Jourdain pratiquait la prose sans en avoir l’air, on remarquera que le carry trade est pratiqué par chacun d’entre nous dès que l’on achète ou vend une paire auprès de son broker. Pas besoin d’aller à Tokyo ou Auckland :)
    En effet, normalement celui-ci répercute les différentiels de taux entre les monnaies. Ainsi chaque nuit vos positions ouvertes seront réévaluées.
    Concrètement:
    Actuellement en 2016 VENDRE EURUSD (SHORT) est légèrement rémunérateur et à l’inverse ACHETER EURUSD (LONG ) est légèrement coûteux. Le taux USD est supérieur au taux EUR.
    Si l’on prend aujourd’hui une position à la baisse, par exemple à 1,12000. Disons que quoi qu’il se passe, la paire monte ou descend, on va la garder ouverte jusqu’à demain.
    Demain matin on constatera que la position a été réévaluée, son cours d’ouverture sera .à 1,12004 (par exemple). Si on la laisse ouverte pendant 5 jours, la position passera à 1,1202. Si par exemple on la ferme au bout de 5 jours à 1,1190, on aura gagné 12 PIPS, soit 2 PIPS de plus que s’il n’y avait pas eu l’effet des différentiels de taux.
    A l’inverse, si au bout de 5 jours on la ferme à 1,1210, on aura perdu 8 PIPS, soit 2 PIPS de moins que la situation où les taux auraient été identiques.

    Mais en général, en 5 jours no peut avoir des variations de cours bien plus importantes, par exemple la paire aurait très bien pu se retrouver à 1,14 ou 1,10, soit 200 PIPS de variation. Le gain (ou la perte) des 2 PIPS deviennent alors marginaux face aux 200…
    C’est la raison pour laquelle il n’est pas conseillé pour un particulier d’ouvrir une position dans l’unique perspective de procéder à un carry trade. Ce serait plutôt à considérer comme un effet annexe, notamment de coûts quotidiens.
    Exemple concret: Ouvrir une position longue EURUSD de 100 KUSD coûtera, selon ce phénomère, environ 4 USD par jour.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


− huit = 1

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>