EUR/USD (Danske Bank) : La possibilité de baisse de l’Euro sous 1.10 est remise en cause avec le changement de rhétorique de la BCE

Danske Bank note le changement de communication de la BCE qui modifie les perspectives de court terme de EUR/USD sur le Forex.

« Suite à un message assez mitigé de la BCE lors de la réunion de Juin (suppression de l’option pour des taux plus bas, mais en réduisant les perspectives d’inflation), les commentaires de Mario Draghi hier ont marqué un changement clair dans la rhétorique, mettant l’accent sur la force de la reprise (ce que nous trouvons encore difficile à acheter) et suggérant que pour maintenir l’efficacité de la politique inchangée, les mesures politiques ne peuvent pas rester constantes à mesure que l’économie reprend.C’est simplement une autre façon de dire qu’une première hausse des taux de la BCE se rapproche et plus tôt que les marchés ne l’anticipent.

Cette réflexion de pour «normaliser» plus tôt que plus tard, malgré un manque de pression inflationniste sous-jacente substantielle reflète dans une large mesure la position de la Fed récemment (où nous pensons aussi que l’empressement à «normaliser» est exagéré).

Bien que nous pensons que les discussions de resserrements politique sont prématurées dans les deux régions, il est clairement possible que la BCE puisse réintroduire la possibilité de rehausser les taux pendant le S2 avant de mettre fin au QE.

Nos attentes pour un EUR/USD se déplaçant en dessous de 1,10 au cours de l’été sont clairement contestées car le Forex est très sensible à de tels changements dans la communication de taux. Nous sommes actuellement en train de réajuster nos anticipations de court terme.

Ce mouvement de EUR/USD sur le Forex illustre la sensibilité de la paire à tout changement dans la communication de la BCE. »

Copyright (c) 2017 ProfesseurForex.com. Tous droits réservés.

Commenter

  1. m says

    Mario ressemble un peu à Pinocchio. La seule chose qui le différencie c’est que son nez est allongé en permanence.
    Un déterminant dans l’avenir de sa politique monétaire à venir réside dans le fait qu’il suive de prés ou de loin (ou non) les recommandations de la BRI.
    L’autre déterminant est le fait de laisser sa marque de fabrique, qui pour l’instant n’est pas entachée (plutôt même reconnue à son honneur) assez intacte d’ici 2019.
    Ce qui m’amène à penser qu’il a de forte chance d’influer pour que la situation d’optimisme relatif perdure jusque là. Donc, il tient la barre à roue pour une navigation sans gros écueil d’ici là en croisant les doigts pour ne pas avoir à affronter de gros grains ou une tempête destructrice pour le navire Amiral nommé Euro.
    Donc navigation à vue et donc volatilité… sauf ligne directrice imposée par la BRI, pour éviter un naufrage à l’ensemble de l’équipage à bord de son navire à elle (qui dépasse en tonnage de loin le navire de l’Amiral Mario).

    nota bene : il convient de regarder en parallèle à la poussée de fièvre de l’Euro d’hier, la chute du Bund allemand (mais pas que le Bund). Faudrait peut être pas que des coups de sang de la sorte se reproduisent tous les jours !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


× 5 = vingt cinq

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>