Prévisions EUR/USD et stratégie de trading pour la semaine du 02 Octobre

Les difficultés auxquelles doit faire face la chancelière Allemande ont fortement pesé sur la paire EUR/USD cette semaine. Angela Merkel va devoir composer avec le plus gros Bundestag de tous les temps avec 709 députés, 7 partis politiques et 6 groupes parlementaires. Nous nous dirigeons vers une « coalition Jamaïque » qui réunirait les conservateurs, les libéraux et les écologistes.

Le bras de fer s’annonce rude car les résultats témoignent d’une grogne montante de l’autre côté du Rhin. Il s’agit là clairement d’un vote contestataire qui prend ses racines dans la décision de l’Allemagne d’ouvrir ses frontières aux réfugiés tout en cautionnant les sombres desseins de l’OTAN et des pétromonarchies du Golfe, sans oublier Israël, en Syrie. Si la CDU (parti d’Angela Merkel) ne parvient pas à rassembler, l’Allemagne se trouvera dans une situation périlleuse. Et le retour des néonazis sur les bancs du parlement pour la première fois depuis 72 ans n’arrange rien.

L’Euro souffre de ce qui s’annonce comme de longues et pénibles négociations. La montée du populisme en Europe est une réalité qui fait de nouveau planer le spectre d’une implosion de l’UE déjà orpheline de la Grande Bretagne. Et le référendum en Catalogne ne sera pas pour améliorer ce climat cette semaine. Les Catalans ont voté à 89 % en faveur de l’indépendance et cela va peser sur l’Euro en ce début de semaine.

L’essoufflement de l’inflation aux États-Unis (PCE core à 1.3 % y/y, au plus bas depuis Novembre 2015) est en revanche un facteur de hausse pour EUR/USD car l’évolution des prix ne plaide pas vraiment pour une nouvelle hausse de taux en Décembre. Mais si la BCE annonce un troisième quantitative Easing lors de sa réunion d’Octobre, cela devrait contrebalancer une FED éventuellement plus patiente.

Les tensions avec la Corée du Nord, qui est désormais capable d’atomiser Los Angeles, Seattle ou San Francisco, ne sont pas non plus pour aider le billet vert. Donald Trump n’est plus d’un grand soutien au Dollar. Au contraire. Les marchés se rendent compte que le président américain n’a pas trouvé de bouton « croissance » sous son bureau pour générer 4 % de croissance. En revanche, l’endettement des ménages est de retour sur les niveaux qui prévalaient lorsque la crise de 2008 a éclaté. Les bulles des crédits étudiants et automobiles inquiètent sérieusement les investisseurs.

La récente chute de 60 points de base du taux à 10 ans US est une autre raison pour laquelle EUR/USD ne devrait pas trop reculer. En effet, un taux de rémunération plus bas signifie que détenir du Dollar devient moins attractif.

Mais à court terme, ce sont les déboires politiques Allemands qui dictent la tendance. Les baissiers ont pris la main cela devrait inciter les haussiers à attendre un seuil plus intéressant pour se remettre en ordre de marche. 1.17 a tenu bon en fin de semaine dernière mais si cette figure devait céder, il faudra alors placer 1.15 en ligne de mire. Le rapport NFP pourrait ne pas être d’un grand soutien au Dollar car le consensus anticipe seulement 100 000 créations d’emplois après déjà un chiffre relativement maigre pour le mois d’Août. Autres événements dans le calendrier économique à surveiller: Les PMI et ISM, les minutes de la BCE. Ces dernières avaient peser sur l’Euro lors de leur dernière publication.

Nous sommes plutôt d’avis de surfer sur cette vague baissière en profitant d’un éventuel rebond tout en plaçant un stop loss relativement serré car la tendance de fond est toujours haussière, jusqu’à preuve du contraire.

Stratégie EUR/USD hebdomadaire

Vente : Réservé à nos abonnés PFX PREMIUM

Objectif : Réservé à nos abonnés PFX PREMIUM

Stop loss : Réservé à nos abonnés PFX PREMIUM

  • Graphique EUR/USD H4

EURUSD H4 (10-02-2017 0926)

Copyright (c) 2017 ProfesseurForex.com. Tous droits réservés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


2 × = six

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>