PETROLE : 4 mythes colportés pour 2018

Voici 4 mythes à propos du marché du pétrole qui a été défini comme la résultante de certains faits tels que le « rééquilibrage du marché », « l’OPEP vs le pétrole de schiste US », « la relation délicate de la Russie avec l’OPEP », « le respect des quotas de production », « la résilience de l’exploitation du pétrole de schiste à la faiblesse des prix » etc…

Mythe 1 : Les 24 pays ayant décidé de réduire leur production de 1.8 M de barils par jour en Novembre 2016 vont cesser leur coopération en 2018.

Il est probable que le marché se « rééquilibre » en 2018 (lorsque les stocks de pétrole de l’OCDE rejoindront la moyenne mobile sur 5 ans) mais cela ne signifie pas que chaque pays décidera de produire à tout va. Néanmoins, si l’Arabie Saoudite et l’Iran devaient se faire la guerre, il est clair que cette alliance fragile risque fort de voler en éclat…

Mythe 2 : La Russie va quitter l’accord qu’elle a scellé avec l’OPEP sur les quotas de production.

Certes la Russie n’est pas à l’aise avec tout le cirque qui existe autour de l’OPEP. Il est aussi probable que la Russie a davantage besoin de sécuriser sa part de marché en Europe que de gagner un peu plus en augmentant sa production. Mais dans l’ensemble, la Russie et l’Arabie Saoudite ont besoin l’un de l’autre. Aucun des deux ne souhaite désormais faire tomber le prix du baril et se tirer une balle dans le pied.

Mythe 3 : C’est la guerre entre l’OPEP et le pétrole de schiste US

La tactique de baisse du prix du baril amorcée par l’Arabie Saoudite en 2014 avait probablement pour but d’affaiblir la Russie mais aussi d’écraser la concurrence venant des États-Unis avec l’exploitation du pétrole de schiste. Finalement, pétrole de schiste et pétrole conventionnel parviennent à coexister.

Mythe 4 : L’exploitation du pétrole de Schiste est tout simplement résiliente

Les producteur US ont en effet réussi à diminuer les coûts d’exploitation, notamment grâce à de nouvelles technologies plus performantes. La production de pétrole de schiste devrait atteindre 900 000 barils par jour en 2018. Mais il est probable que nous soyons proche d’un point d’inflexion de la productivité des puits. La productivité ne cesse de décliner depuis 2016. Est-ce que les investisseurs continueront à produire du pétrole de schiste qui ne rapporte actuellement rien une fois que le prix du baril sera au-dessus de 60$ ? Pas sûr. Chat échaudé craint l’eau froide.

Copyright (c) 2018 ProfesseurForex.com. Tous droits réservés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


4 + = neuf

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>