Les agences de notation et leur fonctionnement

Les agences de sont des sociétés commerciales qui attribuent, à la demande ou non des émetteurs, des notes (ratings) sur les titres de dettes émis par les entreprises, les banques ou plus communément, les États.

Une large palette de produits financiers est également notée comme par exemple les tristement célèbres outils financiers CDS, CDO, ABS…, issus de la technique financière de titrisation largement incriminée dans l’origine de la crise financière des subprimes.

Le rôle des agences de notation

Le rôle des agences de notation est de mesurer, sur une échelle de notation, le risque de non-remboursement des dettes par toutes les entités sus-citées.

On comprend donc immédiatement le pouvoir immense qui se trouve dans les mains des trois principales agences de notation. En effet, plus la note attribuée est élevée et plus l’emprunteur pourra trouver des fonds bon marché, c’est à dire à des taux d’intérêt faibles.

Les agences de notation ont donc pour rôle de fournir un avis quant à la solvabilité des entités qu’elles notent afin d’aiguiller les investisseurs dans la constitution de leur portefeuille d’actifs.

En réalité, les agences de notation détiennent aujourd’hui un pouvoir bien plus grand, et les notations accordées aux Etats conditionnent en grande partie leurs conditions d’accès aux financements sur les marchés.

Si la note d’un Etat est forte, il pourra emprunter à des taux abordables, si sa note est faible, les taux seront bien plus élevés.

Influence des agences de notation sur le FOREX

La capacité des États à rembourser leur dette reflète leur santé économique et surtout leur compétitivité sur le marché mondialisé, dont la balance commerciale est un bon indicateur. En effet, un pays accusant une balance déficitaire chronique n’aura d’autre choix que de s’endetter en captant l’épargne étrangère (des pays en fort excédent commercial comme la Chine) pour rééquilibrer sa balance des paiements.

Ainsi, la dégradation d’un État est synonyme de perte d’influence économique du pays concerné mais surtout d’une hausse des taux d’intérêt pour ses emprunts et in fine, mécaniquement, d’une dépréciation de sa monnaie.

Une dégradation a donc toujours une conséquence grave et immédiate pour le pays ou la Zone monétaire concerné au niveau de ses parités monétaires sur le FOREX.

Critique des agences de notation

De nos jours, les agences de notation tirent l’essentiel de leurs revenus des émetteurs de titres alors que jadis, elles étaient rémunérées exclusivement par les investisseurs. Ils existe donc ici un conflit d’intérêt évident ! On se rappelle que les banques américaines qui ont émis les produits financiers tels que les CDO, ABS…, ont bénéficié de la complicité des agences de notation pour construire ces produits « toxiques » et obtenir les meilleures notes possibles.

Les agences notent selon des critères propres, plus ou moins opaques, qui mettent en lumière un soucis d’objectivité flagrant. Parmi les critère utilisés, on note par exemple que les agences prennent en considération l’aspect politique, notion particulièrement aléatoire.

Il est également important de souligner que les agences de notation appartiennent au monde anglo-saxon (les trois agences ont leur siège social à New York), ce qui soulève le problème d’impartialité. La question est plus que jamais d’actualité depuis que ces agences dégradent sans vergogne les membres de la Zone Euro depuis l’été 2011.

Enfin, rappelons que ces agences ne sont nullement responsables de la validité de leurs notations, arguant toujours qu’elles n’émettent qu’un avis que l’investisseur n’est nullement obligé de prendre en compte dans sa stratégie d’investissement.

Pour résumer, les agences de notation sont de fait soumises à différents biais :

  • Le biais d’indépendance, puisqu’elles sont rémunérées par les entreprises
  • Le biais d’objectivité, puisqu’elles notent sur des critères qui leurs sont propres
  • Le biais d’impartialité, puisqu’elles appartiennent toutes au monde Anglo Saxon
  • Le biais de non responsabilité, puisque les agences de notation ne sont nullement responsables de la justesse des notations qu’elles attribuent.

La concurrence dans le monde des agences de notation

Aujourd’hui, les agences S&P, Moody’s et Fitch règnent en maître sur la notation financière mais il existe d’autres institutions, moins écoutées, mais qui sont appelées à concurrencer la troïka anglo-saxonne.

  • L’agence de notation Chinoise Dagong tend à se faire une place de plus en plus respectable. Cette jeune institution (1994) essuie néanmoins des critiques en raison de suspicions de collusion avec le gouvernement central Chinois par exemple. L’institution n’est d’ailleurs pas accréditée par la SEC Américaine. L’agence est réputée plus sévère que ses homologues et pour exemple, la France et les États-Unis bénéficient d’une note bien moins glorieuse que chez S&P et compagnie…
  • La COFACE reste également une source Française reconnue de notation des sociétés ainsi que des pays. Fort de son expérience de compagnie d’assurance à l’exportation, la COFACE passe une fois par an en revue la notation des pays en fonction du risque que représente le négoce avec ces derniers.
  • Depuis les dégradations en cascade au sein de la Zone Euro, l’idée de la création d’une agence de notation Européenne a émergé. En effet, devant le caractère auto-réalisateur des dégradations orchestrées par les agences de notation, la commission Européenne milite désormais pour une agence européenne indépendante afin de rééquilibrer les forces en présence.