Comment le Bitcoin (et les autres crypto devises) peuvent dramatiquement accélérer la destruction de la planète

ProfesseurForex.com parle peu de Bitcoin, malgré l’énorme engouement actuel.

Nous pourrions certes effectuer de l’analyse technique sur les graphiques du Bitcoin comme on peut le faire sur les graphiques de tous les actifs côtés, mais nous aimons comprendre les raisons sous-jacentes de l’évolution des actifs que nous étudions.

Or, sur le Bitcoin, il est très compliqué de maitriser les « fondamentaux » qui dépendent de conditions économiques, mais également de conditions technologiques, de facteurs légaux et réglementaires, ainsi que de l’adoption générale du Bitcoin en tant que monnaie d’échange, entres autres.

Mais il y a un facteur encore plus fondamental que les autres qui pourrait prouver que l’avenir du Bitcoin est plus ou moins limité, et ce facteur est plutôt mis de côté par les analystes parlant de Bitcoin :

Si le Bitcoin continue de croitre en popularité, l’impact environnement pourrait se révéler catastrophique, via la consommation électrique des technologies de cryptage utilisées pour gérer les échanges de Bitcoins.

Le Bitcoin : Un GOUFFRE énergétique monstrueux

Selon le « Bitcoin Energy Consumption Index », créé par le site Digiconomist, au 10 décembre 2017, la consommation totale annuelle estimée du Bitcoin est de 32.56 Twh.

Mettons ces chiffres en perspective pour les non initiés, en expliquant que 32.56 Twh correspond à :

*0.15% de la consommation mondiale d’électricité

*10% de la consommation électrique du Royaume-Uni
*La consommation électrique d’environ 3 millions de ménages américains sur un an
*La consommation électrique annuelle de la Serbie
*1.628 Milliards de Dollars au tarif US, soit environ 10% de la valeur des Bitcoins générés par cette consommation électrique

Dit autrement, si le Bitcoin était un pays, il serait classé 62 ème plus gros consommateurs d’électricité du monde.

Par ailleurs, chaque transaction en Bitcoin consomme 237 KWh, ce qui équivaut à 8 jours de consommation électrique d’un ménage américain moyen…

Empreinte carbone (Co2) du Bitcoin

Abordons maintenant l’impact en terme d’émissions de Co2, maintenant que nous avons estimé la consommation électrique du Bitcoin.

Au total, le Bitcoin produit, en se basant sur les données citées plus haut 15 957 000 de tonnes de Co2 par an, et 115.92 kg de Co2 par transaction.

A titre de comparaison, l’empreinte carbone annuelle du Bitcoin correspond à :

*L’empreinte carbone de la production de 1 595 700 de tonnes viande bovine
*L’empreinte carbone de la production de 19 148 400 de tonnes de pain
*Un tiers de l’empreinte carbone annuelle du parc automobile Européen
*115 528 000 EUR sur le marché européen des droits d’émissions de carbone

Pour résumer, l’impact environnemental du Bitcoin est déjà énorme à ce stade embryonnaire de son adoption. Car si le Bitcoin fait beaucoup parler de lui ces derniers mois, on ne peut pas encore dire qu’il ait réellement atteint le grand public, et rares sont les commerçants, sur Internet ou ailleurs, à accepter cette monnaie d’échange.

Pourquoi c’est encore pire qu’on ne le pense, et pourquoi cela va empirer

Que va-t-il se passer si le Bitcoin se démocratise vraiment, et que le monde entier passe par le Bitcoin, ne serait-ce qu’occasionnellement, pour certains achats ?

Le problème pourrait rapidement se poser, puisque selon le Bitcoin Energy consumption Index, l’estimation annuelle de la consommation énergétique totale du Bitcoin a progressé de 21% entre le 10 novembre et le 10 décembre…

Si on projette ces chiffres, ce qui suppose que l’intérêt pour le Bitcoin continue de grandir à son rythme actuel, la consommation énergétique du Bitcoin sera équivalente à celle de l’ensemble de la planète en février 2020. A moins d’une révolution énergétique, il semble donc que le Bitcoin, sera rapidement limitée par sa consommation énergétique.

Si on ajoute à cela le fait que le Bitcoin n’est pas la seule « crypto devise », mais simplement celle qui est la plus connue, on se rend également compte que le problème pourrait être encore plus important qu’on ne le croit…

Par exemple, l’Ethereum, la seconde crypto devise la plus importante, présente déjà une consommation annuelle estimée de 11 Twh (a peu près 30% de la consommation du Bitcoin), toujours selon le site Digiconomist, et son Ethereum Energy Consumption Index.

Par ailleurs, la majorité de l’énergie utilisée pour le Bitcoin est « sale ». En effet, selon une récente étude de la Cambridge Université, 58% de la production de Bitcoin vient de régions du monde où l’électricité est peu chère, comme la Chine, c’est-à-dire produite avec les méthodes les plus polluantes.

Cela rend donc les données citées plus haut particulièrement conservatrices, puisque les émissions de Carbone ont été calculées sur la base des standards US dans les études sur lesquelles nous nous basons.

Une petite chance que cela ne mène pas la planète à sa perte ?

Biensûr, la technologie évolue, et les outils informatiques utilisés pour créer des Bitcoin et gérer les transactions sont de moins en moins consommateurs d’énergie, mais plus le Bitcoin monte, moins il est utile de se préoccuper du coût de l’énergie utilisée pour les obtenir…

Les esprits les plus optimistes (utopistes ?) peuvent aussi penser la consommation électrique du Bitcoin poussera le monde à trouver de nouvelles sources d’énergie, espéront propres, pour pouvoir subvenir aux besoin de ce que certains n’hésitent pas à considérer comme la future devise mondiale.

Enfin, on peut aussi tout simplement douter de la capacité du Bitcoin à continuer à générer de l’intérêt après la bulle actuelle. En effet, son adoption restera difficile tant que la technologie limite le nombre de transactions à 7 par secondes, contre 24000 pour le réseau des cartes bancaires Visa par exemple!

Espérons simplement que nous n’attendrons pas d’être au pied du mur pour réagir… Mais l’Histoire humaine montre que ces espoirs sont sans doute vains !

Pour résumer

Pourquoi le Bitcoin semble peu durable: 

*Consommation déjà électrique gigantesque malgré l’adoption pour l’instant limitée
*Consommation d’électricité majoritairement « sale »
*Au rythme actuel, la consommation énergétique du Bitcoin sera équivalente à celle de l’ensemble de la planète en 2020.

*Le Bitcoin n’est pas la seule crypto devise qui consommet de l’énergie

Un peu d’optimisme : 

*La technologie du Bitcoin et la lenteur des transactions limite la possibilité d’une très large adoption par le grand public
*La technologie peu évoluer en devenant de moins en moins consommatrice d’énergie
*Les sources d’énergie utilisée peuvent devenir de plus en plus propres

Copyright (c) 2017 ProfesseurForex.com. Tous droits réservés.

Commenter