EUR/USD : La baisse s’accentue, les traders attendent maintenant le PIB US

La paire EUR/USD a affiché une forte chute ce matin, avec un creux sur les 1.2065, accentuant le baisse affichée hier face à la réunion de la BCE.

En effet, la paire avait sanctionnée une réunion de la BCE jugée finalement dovish, après une tentative de hausse et de cassure des 1.22 dans les premiers instants de la conférence de presse de Draghi.

L’Euro Dollar avait ensuite entamé un net plongeon, pour marquer des creux juste sous 1.21, un support au-dessus duquel elle a passé la nuit, avant que la baisse ne reprenne, aidée par le PIB français décevant.

le PIB de la France pour le T1 2018 s’est en effet affiché sous le consensus, avec une croissance annuelle à 2.1%, contre 2.3% anticipé, et 2.6% précédemment. D’un trimestre sur l’autre, la croissance ressort à 0.3%, contre 0.4% anticipé et 0.7% au trimestre précédent.

Ces chiffres sont d’autant plus importants qu’ils font échos aux propos de Mario Draghi hier à l’occasion de la réunion de la BCE, quand il a évoqué la « modération » de l’activité en Europe.

Les chiffres du chômage allemand se sont eux aussi révélés légèrement décevants, avec un nombre de chômeurs en recul de -7k, contre -15k anticipé et -18k précédemment.

Cet après-midi, c’est sur le PIB US du premier trimestre 2018 que les traders se concentreront. Le consensus anticipe un ralentissement de la croissance à 2%, après 2.9% au T4 2017.

D’un point de vue graphique, la tendance baissière de la paire EUR/USD s’affirme encore davantage, et peu de supports graphiques peuvent être repérés avant le support psychologique majeur des 1.20, et le creux annuel 2018 vers 1.1915.

En cas de rebond, l’ancien support des 1.21 constitue la première résistance ) proximité.

Actuellement, la paire EUR/USD évolue autour de 1.2080 sur le Forex

Graphique EUR/USD H1

EURUSD H1 (04-27-2018 1145)

Ce graphique a été réalisé avec la plateforme de trading Trading Station 2 fournie par FXCM France.

Copyright (c) 2018 ProfesseurForex.com. Tous droits réservés.

Commenter