Home > Actualités & Analyses Forex > Actu Forex – Royaume-Uni : La banque d’Angleterre ne modifie pas sa politique monétaire mais se retrouve devant un choix cornélien

Actu Forex – Royaume-Uni : La banque d’Angleterre ne modifie pas sa politique monétaire mais se retrouve devant un choix cornélien

L'Équipe Éditoriale de Professeurforex.com

(ProfesseurForex.com) – A l’occasion de la réunion du Comité de Politique monétaire des 9 et 10 mai, la banque d’Angleterre n’a pas modifié sa politique monétaire. Le Rapport sur l’inflation qui sera publié mercredi prochain nous permettra de connaître le nouveau scénario macro-économique envisagé par la BoE et éclairera la décision d’hier.

Rappelons que la BoE a décidé de laisser son taux directeur inchangé à 0,5 % et qu’aucune décision n’a été prise en ce qui concerne de plus amples rachats d’obligations sur le marché secondaire (325 milliards de livres de dette a été racheté par la BoE à ce jour).

En ce qui concerne l’inflation, cette dernière a augmenté en Mars, à 3,5 % contre 3,4 % en février, mettant fin à une baisse continuelle ces 5 derniers mois. L’inflation reste donc bien au-dessus de l’objectif de 2 % de la banque et dépasse de 0,15 point l’anticipation de la banque qui était de 3,35% pour le premier trimestre 2012. La hausse de l’inflation fors énergie et hors alimentation est également alarmante puisque cette dernière a également augmenté à 2,4 %, contre 2,3 % en février.

Nous nous attendons donc à ce que la BoE rehausse ses prévisions d’inflation dans son rapport du mois de Mai, mercredi prochain comme l’a laissé entendre le président de la BoE, Mervyn King

Soulignons également que le Royaume-Uni est en récession depuis la fin de l’année 2011 et que les indicateurs n’annoncent aucun probable rebond de l’activité. La BoE devrait d’ailleurs également revoir ses objectifs de croissance à la baisse dans son rapport.

Ce trimestre, le principal facteur à l’origine de ce nouveau recul du PIB est l’essoufflement de l’activité dans l’industrie. En effet, la production minière à chuté de 3,6 % alors que le repli dans le secteur manufacturier restait limité à -0,1 % contre -0,8 % au T4 2011.

L’enquête PMI d’avril ne laisse pas présager de redressement sensible de l’activité manufacturière au second trimestre. L’indice global a reculé à 50,5 points, à 0,5 points d’une contraction de l’activité donc. Il s’agit du niveau le plus faible depuis décembre dernier. La composante de production a baissé et les composantes les plus avancées ne sont pas encourageantes. En effet, l’indice sur les commandes à l’exportation a plongé de plus de cinq points soit la plus forte baisse depuis 2006…

Étant donné que la Zone Euro est la première destination des produits manufacturés anglais, les exportations futures du royaume ne devraient pas être mirobolantes étant donné que tous les pays de la Zone Euro entrent en récession les uns après les autres…

A cette conjoncture morose pour l’industrie Britannique, ajoutons que la cure d’austérité que s’est prescrite le pays pèse lourdement sur la consommation du secteur publique et encourage les particulier à épargner, par précaution…

La banque d’Angleterre se retrouve donc dans un contexte délicat à gérer puisque les pressions inflationnistes sont forte de l’autre côté de la manche. Le dosage savant que doit réaliser la BoE entre soutien à la croissance et maitrise des prix s’avère plus délicat qu’anticipé en raison de ce nouveau sursaut de l’inflation en mars.

Ces tensions inflationnistes ne permettent pas à la BoE de faire marcher la planche à billet autant qu’elle le souhaiterait et, apparemment, seul David Miles se prononce actuellement pour un relèvement du plafond d’achat de dette par la doyenne des banques centrales. Même le gouverneur Adam Posen, fervent défenseur des quantitative easing depuis janvier 2011, semble s’être rangé du côté du statut quo monétaire le mois dernier.

Copyright © 2012 ProfesseurForex.com. Tous droits réservés.

Tags: