Home > Actualités & Analyses Forex > Actu Forex – Zone Euro : Interview de Jean Claude Juncker par le DER SPIEGEL en Français part 1 « l’Europe réussira ensemble ou périra ensemble »

Actu Forex – Zone Euro : Interview de Jean Claude Juncker par le DER SPIEGEL en Français part 1 « l’Europe réussira ensemble ou périra ensemble »

(ProfesseurForex.com) – Le Président de l’Eurogroupe Jean Claude Juncker a répondu aux questions du magasine Allemand DER SPIEGEL. En voici la traduction en Français.

SPIEGEL : Monsieur le premier ministre Luxembourgeois Jean Claude Juncker, il y a-t-il désormais deux versions du sommet Européen du 29 juin ?

Juncker : Que voulez vous dire ?

SPIEGEL : Certains disent que Angela Merkel a fait des concessions substantielles aux pays du Sud de l’Europe alors que d’autres continuent de clamer qu’aucune concession n’a été faite. Qui a raison ?

Juncker : Nous avons eu de bon résultats lors de ce sommet, des résultat que nous avons développés collectivement et pour lesquels nous sommes collectivement responsables. Je ne crois pas que la chancelière a tranquillement donné sa bénédiction à tout ce qui lui a été présenté. L’interprétation de la presse Allemande a été complétement fausse. Angela Merkel n’a pas perdu; elle a réussi à coopérer avec les autres.

SPIEGEL : Mais il est indiscutable que l’Espagne a obtenu plus de temps pour mettre en place ses programmes d’austérité. D’autre part, la chancelière a accepté d’abandonner des conditions normalement adossées aux plans d’aide. Elle était était opposée à tout cela avant le sommet.

Juncker : Je pense que c’est une mauvaise idée de comparer les résultats du sommet Européen avec les déclarations qui sont intervenus avant le sommet. Le fait est nous avons été capable de créer les outils pour sauver l’Euro plus efficacement. C’est aussi un fait qu’il n’y a pas eu de changements majeurs en ce qui concerne les mesures d’austérité devant être mis en place en échange d’un plan d’aide, quelque soit sa nature. C’était important pour les Allemands, et en ce sens, Angela Merkel n’a pas fait de concessions sur ce point.

SPIEGEL : Il est bizare tout de même que le premier ministre Italien, Mario Monti, s’est comporté comme un gagnant après le sommet en se félicitant que la BCE, le FMI et la commission Européenne (Troïka) ne viendraient jamais interferer dans la politique Italienne.

Juncker : L’utilisation des sommets Européens pour clamer sa victoire ou sa défaite est une habitude ennuyeuse. Il est important de reconnaître que nous réussiront ensemble ou échouerons ensemble. Tout le monde au sommet suppose que l’Italie n’aura pas besoin de plan d’aide. Si cela devait arriver, l’Italie devra également se résigner à suivre les procédures en vigueurs

SPIEGEL : A part la dispute Germanoitalienne, le sommet n’a pas eu un beaucoup d’effet sur les marchés financiers. Après une brève trêve, les taux Italiens et Espagnols sont repartis à la hausse. Pourquoi l’Europe ne peut pas trouver une solution pour sortir de ce cercle vicieux?

Juncker : Je serai prudent contre le fait de donner trop d’importance à la réaction des marchés à court terme. Le gain le plus important de ce sommet fut que les politiciens Européens ont réussi à s’entendre, pour la première fois, sur une structure à long terme de la Zone Euro. Union bancaire, renforcement de la coopération dans les domaines fiscaux et budgétaires. Je suis confiant que ces réalisations se refléteront dans les marchés financiers tôt ou tard.

SPIEGEL : Après deux ans et demi de politique de crise, nous voyons les choses différemment. Le nombre de pays en difficulté ne cesse d’augmenter, les fonds d’aide deviennent de plus en plus grands et les pays de plus en plus divisés. Êtes vous sérieusement en train d’appeler ça un progrès?

Juncker : Absolument. Contrairement à l’image non fidèle de ce sommet que vous renvoyez dans votre media, les politiciens ont vraiment prouvé être capables de mener des actions et de prendre des décisions dans un contexte de crise que je n’aurai jamais pu imaginer. J’ai été aux affaires pendant trente ans mais je ne peut pas me rappeler un autre moment où l’Europe fut capable de prendre des autant de décisions que lors des trois dernières années. Voulez vous des exemples?

SPIEGEL : Oui, s’il vous plait.

Juncker : L’Euorpe a obtenu des réformes drastiques en Grèce, en Irlande ainsi qu’au Portugal. Nous avons établit de toutes nouvelles fondations pour la coopération fiscale, la dette, et la politique budgétaire. Nous achevons le processus qui permettra une solution durable pour le problème bancaire Espagnol.

SPIEGEL : Vous blanchissez la situation. Les peuples se rebellent dans les pays du SUD contre les politiques d’austérité et dans les pays créditeurs, les peuples ne veulent pas augmenter leur risque en garantissant la dette des autres Etats.

Juncker : Je suis un lecteur avide du SPIEGEL

SPIEGEL : Ce que nous aimons toujours entendre

Juncker : Et en tant que tel, je n’ai pas manqué votre couverture d’il y a un an sur laquelle vous aviez mis une pièce d’Euro effritée. J’aimerais vous retourner la question. N’avez vous pas l’impression que le SPIEGEL fait parfois des jugements précipités quand il s’agit de l’Euro?

SPIEGEL : Nous avons avertit que l’Euro pourrait disparaître, à moins que les politiciens fassent finalement quelque chose.

Juncker : Comme vous pouvez le voir, l’Euro existe encore. Donc nous ne pouvons pas avoir fait quelques chose de mal. Bien entendu, je note que les peuples posent des questions justifiés prenant en considération les sommes qui sont en question (500 milliards MES). C’est donc important pour nous de leur expliquer nos actions.

Copyright © 2012 ProfesseurForex.com. Tous droits réservés

Tags:
Rejoignez la révolution sociale de négociation. Se connecter avec d'autres commerçants, discuter des stratégies de négociation, et utiliser notre CopyTrader breveté
eToro est la première plateforme de négociation sociale du monde, offrant un large éventail d'outils pour investir dans les marchés de capitaux
Le plus grand nombre de paires de devises au commerce
Ouvrir mon compte