Home > Actualités & Analyses Forex > Augmentation de l’inflation de base aux États-Unis, comme le suggèrent les changements de prix du NFIB

Augmentation de l’inflation de base aux États-Unis, comme le suggèrent les changements de prix du NFIB

La Réserve fédérale des États-Unis (Fed) et le Trésor américain ne sont pas préoccupés par une hausse de l’inflation. Les deux institutions ont exprimé leur confiance dans le fait qu’elles sauront comment faire face à une inflation plus élevée, si elle devait arriver. Par la voix de leurs dirigeants, Jerome Powell, respectivement Janet Yellen, les deux institutions s’attendent à une hausse de l’inflation mais ne la craignent pas. 

Après tout, la crainte était plus grande lorsque l’inflation menaçait de rompre sous zéro qu’aujourd’hui où elle est à peine proche de 2 % (l’objectif initial de la Fed). Pourtant, leur souhait pourrait se réaliser plus rapidement que prévu.

Cette semaine, mercredi, l’IPC (indice des prix à la consommation) américain était la principale donnée économique à l’agenda des traders. Il montre une augmentation modérée de l’inflation globale et même une diminution de l’inflation de base (c’est-à-dire qui exclut les prix de l’énergie car ils sont trop volatils). Où est l’inflation, pourrait-on se demander ?

Le NFIB est en tête de l’IPC de base aux États-Unis depuis six mois

Ceux qui prétendent qu’une inflation plus élevée est imminente ont deux arguments principaux. Le premier est que l’agressivité des mesures de relance monétaire et budgétaire entraînerait inévitablement une baisse du dollar, et donc une hausse de l’inflation. L’autre est que l’augmentation du prix du pétrole alimentera davantage la baisse du dollar. Ces deux arguments sont valables mais pas nécessairement convaincants.

Les mesures de relance monétaire et budgétaire ne sont pas toutes inflationnistes. Pour illustrer cela, pensez à l’assouplissement quantitatif ou à l’achat d’actifs – il s’agit principalement d’un échange de swaps. Il n’en résulte pas d’inflation, comme en témoigne la dernière décennie d’assouplissement quantitatif dans le monde, sans augmentation de l’inflation.

En outre, la hausse des prix du pétrole entraîne une inflation, mais celle-ci est considérée comme temporaire. Par conséquent, la crainte de l’inflation est-elle justifiée, compte tenu des contre-arguments exposés ci-dessus et des données récentes sur l’inflation ? La bonne réponse est que oui, la crainte est acceptée ; seul le timing est décalé.

La NFIB est une association de petites entreprises aux États-Unis, qui mène une enquête sur l’optimisme dans le secteur et sur l’évolution des prix sur une période donnée. Elle publie un indicateur d’inflation avancé d’environ six mois par rapport à l’inflation de base réelle. En d’autres termes, d’ici la fin de l’été 2021, la Fed et le Trésor devraient être confrontés à une inflation plus élevée.

La Fed a modifié son mandat l’année dernière pour tenir compte d’une inflation plus élevée via son nouveau cadre de ciblage de l’inflation moyenne (AIT). Si les prévisions du NFIB s’avèrent exactes, le premier test du cadre AIT aura lieu plus tôt que prévu par la Fed, avec des répercussions sur les marchés financiers.

Inscrivez-vous à notre newsletter exclusive dès aujourd'hui !

Des e-mails sur mesure

Jamais de SPAM !

Alt coin news

Désinscrire à tout moment

Après votre inscription, vous pourrez recevoir des offres spéciales occasionnelles de notre part par e-mail. Nous ne vendrons ni ne distribuerons jamais vos données à des tierces parties. Consultez notre politique de confidentialité ici.