Home > Actualités & Analyses Forex > Avis de ProfesseurForex : La sortie de La grèce de la Zone Euro serait-elle si préjudiciable, après tout ?

Avis de ProfesseurForex : La sortie de La grèce de la Zone Euro serait-elle si préjudiciable, après tout ?

L'Équipe Éditoriale de Professeurforex.com

(ProfesseurForex.com) – Le peuple a voté dimanche dernier… (40 % d’abstention) et à 70% pour des partis ayant affiché haut et fort leur refus de se soumettre aux exigences de la Troïka (UE, FMI, BCE) en échange de 147 milliards de prêts à taux favorable (contre plus de 20 % actuellement du les marchés financiers).

En clair, le prochain gouvernement qui devrait émerger a de grande chance de :

  1. Faire défaut sur les 20 % de dette restantes après le dernier défaut organisé vis-à-vis du secteur privé en février.
  2. Sortir de la Zone Euro.

Rappelons qu’en février dernier, la Troïka a intimé au gouvernement Grec de s’engager à mettre en œuvre de nombreuses réformes afin de maitriser son déficit budgétaire hors de contrôle en échange de ces quelques 147 milliards d’Euros de prêts. Cet engagement avait été pris par les deux partis politiques au pouvoir que sont les sociaux-démocrates du Pasok et les conservateurs de la Nouvelle Démocratie.

Mais voilà, aujourd’hui, ces réformes doivent toujours être votées par le parlement où il n’existe plus de majorité claire. Les deux partis du Pasok et de la Nouvelle Démocratie ont enregistré leur plus mauvais scores historiques alors que les partis extrêmes ont fait une entrée fracassante au parlement. Le nouveau parlement a donc de grandes chances de refuser de voter l’ensemble des mesures du memorendum signé par l’ancienne coalition gouvernementale.

Le leader de la gauche radicale est d’ailleurs aujourd’hui à Paris pour tenter de parler à François Hollande et obtenir des garanties qui lui permettront peut être de convaincre certains partis et ainsi parvenir à monter un gouvernement de gauche.

Mais il y a urgence et la Grèce doit rembourser le 15 Mai environ 450 millions d’Euros à la BCE (sans parler des échéance de remboursement prévues fin juin et en aout…) alors que le FESF risque de ne pas verser les 5,3 milliards promis aujourd’hui mais seulement 4 milliards.

Deux scénarios sont envisageables :

Le plus optimiste voudrait qu’une coalition gouvernementale, qui se pli aux exigences de la Troïka, soit constituée. Dans ce cas, l’argent promis à la Grèce sera versé intégralement ce qui permettra à la République Hellénique de survivre encore quelques années où quelques mois jusqu’à ce que l’austérité, le recul de la croissance et l’ampleur des sacrifices mettent la péninsule à feu et à sang…jusqu’à ce que l’on admette que les Grec n’ont rien à faire dans la Zone Euro car les Grecs ne comprennent pas qu’une dette ça se rembourse…

Dans le scénario le moins optimiste, l’opinion publique reste fortement hostile à la mise sous tutelle du pays et le nouveau gouvernement ne peut pas mettre en œuvre toutes les mesures d’austérité demandées. L’UE cesse ses paiement, la Grèce retourne sur un marché où les taux sont à 20 % (43 % au plus fort de la crise…), la Grèce ne peut plus payer ses dettes, ses fonctionnaires ou ses retraites et fait donc défaut une nouvelle fois. Une sortie de la Zone Euro serait alors, sans trop s’avancer, certainement inévitable.

Soulignons que la banque Citygroup estime qu’il y a 75 % de chance que la Grèce sorte de la Zone Euro.

Une sortie de la Grèce de la Zone Euro, une mauvaise chose ?

Grèce :

De son côté, la Grèce pourrait dévaluer sa monnaie et faire marcher la planche à billet pour pallier à l’abandon des marchés qui ne reprêteront pas de si tôt au pays… De l’inflation sera donc à prévoir mais il vaut mieux être payé en monnaie de singe que ne pas être payé du tout…

Zone Euro :

En ce qui concerne la Zone Euro, il est plus difficile de prévoir le futur. Après tout, peut être que la Grèce n’est plus contagieuse et que finalement le marché interprétera que nous avons stoppé la gangrène en supprimant le poids mort Grec.

Néanmoins, il n’est pas à écarter que les marchés puissent considérer cette sortie comme une première bataille brillamment remportée et se ruent sur le Portugal, l’Irlande et l’Espagne avec, à terme, une Zone Euro formée plus que d’un noyaux dur d’une dizaine de pays.

Mais il est également possible que la BCE ouvre les vannes afin de stopper l’hémorragie suite à la coupe du membre Grec et réactive son programme SMP en achetant massivement des obligations des pays de la Zone Euro sur le marché secondaire afin de copier la politique de la FED qui s’assurent que les taux des treasuries Américaines restent très bas en faisant marcher la planche à billet pour racheter sa propre dette. Mais l’Euro n’est pas le Dollar…

Un scénario qui pourrait donner à l’Allemagne des envies de retour au bon vieux Mark…

D’autre outils pour sauver la Zone Euro sont sur la table et nous vous invitons à consulter notre article « Les outils qui sont sur la table de Bruxelles pour doper la croissance« 

Copyright © 2012 ProfesseurForex.com. Tous droits réservés.

Tags: