Home > Actualités & Analyses Forex > Cannabis: Pourquoi le secteur de la Marijuana plonge en Bourse après s’être envolé l’année dernière?

Cannabis: Pourquoi le secteur de la Marijuana plonge en Bourse après s’être envolé l’année dernière?

À la même époque l’an dernier, l’industrie de la marijuana était en pleine effervescence. Le 17 octobre 2018, le Canada est devenu le premier pays industrialisé à donner le feu vert au cannabis, en s’appuyant sur l’élan des États-Unis, qui ont vu 33 États adopter des lois sur le cannabis à des degrés divers. Le ciel semblait alors être la limite, Wall Street tabalnt à l’époque sur des objectifs de ventes mondiales très élevés d’ici 2030.

Cependant, comme vous le savez probablement, la thèse de l’investissement dans le cannabis, du moins à court terme, est partie en fumée au cours des sept derniers mois.

Voici pourquoi les actions de marijuana se sont si mal comportés dernièrement

Un certain nombre de facteurs ont joué un rôle dans la punition reçue par les titres de marijuana ces derniers temps. Au Canada, par exemple, des problèmes de réglementation et de procédure ont entraîné une pénurie persistante de produits du cannabis, pénurie qui se poursuivra probablement lorsque les produits dérivés arriveront dans les magasins à la mi-décembre.

L’organisme de réglementation Santé Canada a été complètement enseveli sous les demandes de permis de culture, de transformation et de vente, ce qui signifie que les producteurs attendent depuis de nombreux mois, sinon plus d’un an, le feu vert pour produire et vendre leur cannabis. En même temps, certaines provinces ont été lentes à approuver les licences pour les dispensaires physiques, ce qui laisse aux consommateurs de ces provinces peu de voies légales pour acheter du Cannabis. Ces deux facteurs ont permis au marché illicite de prospérer.

Mais il n’y a pas que le Canada qui voit naître le marché noir. Dans les États américains où les taux d’imposition sur le Cannabis utilisé à des fins récréatives sont élevés, la production illicite est encore forte. En Californie, les revenus d’une année sur l’autre ont diminué de 500 millions de dollars pour s’établir à 2,5 milliards de dollars l’année où elle a ouvert ses portes à la vente de marijuana pour adultes. Entre les taxes d’État et les taxes locales, une taxe d’accise de 15 % sur le cannabis et une taxe de gros sur les fleurs ou les feuilles séchées, les Californiens qui achètent des mauvaises herbes légales pourraient payer jusqu’à 45 % de taxe. Il est donc pratiquement impossible pour les produits légaux de concurrencer les producteurs du marché noir du point de vue des tarifs.

Il y a également eu une grave perte de confiance dans l’espace du cannabis. CannTrust Holdings, par exemple, a annoncé début juillet qu’elle avait cultivé du cannabis dans cinq chambres sans licence pendant six mois entre octobre 2018 et mars 2019. Depuis cet aveu, CannTrust a vu Santé Canada suspendre ses licences de culture et de vente et a congédié son PDG, Peter Aceto. Cette avoeu a torpillé l’ensemble de l’industrie, et les investisseurs passent maintenant au peigne fin les concurrents de CannTrust.

De plus, signe que les affaires ne vont pas pour le mieux pour le producteurs de Cannabis, les licenciements explosent dans le secteur.

La semaine dernière, quelques semaines à peine après avoir révisé à la baisse ses prévisions de ventes pour le quatrième trimestre et supprimé ses prévisions de ventes pour l’ensemble de l’année 2020, le producteur canadien HEXO a annoncé qu’il supprimait environ 200 emplois dans divers services et régions. Dans sa mise à jour, HEXO a réitéré que le déploiement retardé des produits dérivés, les premiers signes de pression sur les prix et un déploiement plus lent que prévu dans les dispensaires physiques affectent ses opérations.

Afin de réduire les coûts et de s’adapter à ces défis, HEXO a choisi de réduire ses effectifs. « Les mesures prises cette semaine visent à redonner à l’organisation les revenus que nous prévoyons réaliser en 2020 « , a déclaré Sébastien St-Louis, chef de la direction de HEXO.

La semaine dernière également, CannTrust a annoncé qu’elle se débarrasserait temporairement de 140 travailleurs afin de se conformer de nouveau aux exigences de Santé Canada et de réduire ses dépenses pendant que les nouvelles activités sont suspendues.

Enfin, le service de livraison californien Eaze, dont on a dit qu’il allait éventuellement faire appel public à l’épargne, a mis à pied 36 personnes dans divers services plus tôt ce mois-ci. Cela représente environ 20 % de l’effectif de l’entreprise et peut être dû, en partie, à une demande plus faible causée par le taux d’imposition élevé de l’État de Californie sur le Cannabis légal.

Évidemment, il ne s’agit que d’une perte cumulée d’environ 375 emplois entre ces trois entreprises. Ce n’est pas beaucoup, si l’on considère le nombre total d’emplois liés au cannabis en Amérique du Nord.

Cependant, cela n’en est pas moins un signal inquiétant, et cela pourrait bien marquer une nouvelle étape dans le processus de maturation de l’industrie – une étape au cours de laquelle l’industrie recule avant d’aller (de nouveau) de l’avant.

Copyright (c) 2019 ProfesseurForex.com. Tous droits réservés.

Tags:

Inscrivez-vous à notre newsletter exclusive dès aujourd'hui !

Des e-mails sur mesure

Jamais de SPAM !

Alt coin news

Désinscrire à tout moment

Après votre inscription, vous pourrez recevoir des offres spéciales occasionnelles de notre part par e-mail. Nous ne vendrons ni ne distribuerons jamais vos données à des tierces parties. Consultez notre politique de confidentialité ici.