Home > Actualités & Analyses Forex > Comment Archegos Capital Management a perdu 20 milliards de dollars sur des positions à effet de levier

Comment Archegos Capital Management a perdu 20 milliards de dollars sur des positions à effet de levier

Ces dernières semaines, Archegos Capital Management de Bill Hwang a perdu 20 milliards de dollars en quelques jours, ce qui a entraîné de lourdes pertes pour les prêteurs de la société.

Credit Suisse, Nomura et d’autres grands noms étaient exposés au portefeuille d’Archegos, et lorsque la société n’a pas trouvé de capitaux supplémentaires, les banques se sont empressées de vendre des actions sur le marché libre. Cette vente en masse a conduit à des prix beaucoup plus bas et à des pertes massives pour les banques. À lui seul, le Credit Suisse a enregistré une perte de 4,4 milliards de francs suisses (4,77 milliards de dollars).

Heureusement, l’événement n’a pas créé de risque systémique, mais il est important pour les traders de devises, car les monnaies refuges telles que le yen et le franc suisse augmentent lorsque le risque domine.

Une leçon sur l’effet de levier

Les investisseurs soucieux de prendre des risques utiliseront toujours l’effet de levier pour augmenter leur capital aussi rapidement que possible. Mais l’effet de levier fonctionne dans les deux sens : il augmente le risque ainsi que le rendement potentiel.

La structure de la « société familiale » d’Archegos lui a permis d’utiliser anonymement des contrats de swap pour accroître rapidement ses positions en utilisant une marge agressive dans un marché haussier. Ce n’est pas nouveau parmi les fonds spéculatifs, mais dans ce cas, Archegos a acheté davantage à mesure que les marchés augmentaient et que davantage de capital était libéré.

La bulle a éclaté lorsque l’une des principales participations, ViacomCBS, a annoncé une extension d’actions de 3 milliards de dollars qui a déclenché une chute massive de 30 % des actions de la société. Archegos n’a pas pu trouver de nouveaux capitaux pour répondre à son appel de marge, si bien qu’elle et ses banques ont dû vendre des actions du portefeuille. Certaines s’en sont sorties relativement indemnes, mais pas Nomura et Credit Suisse.

Moralité de l’histoire

Le trading sur le marché des changes se fait avec un effet de levier, et le fait de pyramider les fonds libérés dans des positions gagnantes est acceptable tant qu’il y a suffisamment de liquidités pour couvrir tout appel de marge. La gestion des risques est essentielle, et c’est là qu’Archegos et ses banques ont échoué. La question qui se pose aux régulateurs est la suivante : comment une entreprise familiale peut-elle être responsable de la perte de tant d’argent par des banques d’investissement réputées ?

Inscrivez-vous à notre newsletter exclusive dès aujourd'hui !

Des e-mails sur mesure

Jamais de SPAM !

News sur les altcoins

Désinscrire à tout moment

Après vous être inscrit, vous pourrez également recevoir des offres spéciales occasionnelles de notre part par e-mail. Nous ne vendrons ni ne distribuerons jamais vos données à des tiers. Consultez notre politique de confidentialité ici.