Home > Actualités & Analyses Forex > Comment un taux de mortalité de 1 % pour COVID-19 stoppe une économie

Comment un taux de mortalité de 1 % pour COVID-19 stoppe une économie

Les vaccins commencent à être distribués dans le monde entier, les premières livraisons ayant déjà atteint leur destination ou étant en cours de route. Le Royaume-Uni a commencé à vacciner dès la semaine dernière, tandis qu’aux États-Unis, la vaccination a débuté hier. De même, les premières livraisons sont arrivées au Canada et, lentement mais sûrement, la production va correspondre à la demande. 

C’est peut-être le moment le plus approprié pour discuter des raisons pour lesquelles le monde a été fermé par une maladie dont le taux de mortalité n’est que de 1 % ? Après tout, il est indispensable que les gens comprennent pourquoi les gouvernements et les organismes de santé ont fait tout leur possible pour fermer les économies (dans certains cas, comme dans la zone euro ou au Royaume-Uni, ils l’ont fait à deux reprises).

Comment 1 % de mortalité peut ruiner une société

Tout commence par un point assez simple que beaucoup de gens oublient complètement : la loi des grands nombres. En effet, les résultats se rapprocheront de la valeur attendue au fur et à mesure que les essais seront réalisés. Dans ce cas, si nous considérons les États-Unis avec une population d’environ 328 millions d’habitants, un taux de mortalité de 1% signifie 3,28 millions de morts.

Cela créerait, en soi, le chaos dans toute économie. Si cela ne suffit pas, il faut ajouter les personnes qui meurent régulièrement, chaque année, d’événements tels que des accidents de voiture, etc. Ainsi, le nombre réel au bout d’un an est beaucoup plus important.

À l’avenir, qu’en est-il des personnes qui survivent à l’infection ? Il s’avère que pour chaque personne qui meurt, il y en a dix-neuf autres qui doivent être hospitalisées. En outre, dix-huit d’entre elles auront des lésions cardiaques permanentes, trois auront des accidents vasculaires cérébraux, deux des lésions neurologiques, et la liste est encore longue.

Pour conclure, ce « minuscule » 1% signifie en fait que 3,28 millions de personnes sont mortes, 62,35 millions ont été hospitalisées, 59,07 millions ont subi des dommages cardiaques, etc. La liste se poursuit avec la perte des fonctions cognitives (environ 6 millions de personnes), la faiblesse musculaire (environ 6,5 millions), les dommages aux poumons et les accidents vasculaires cérébraux (environ 33 millions de personnes).

Tout d’un coup, les perspectives changent. Il ne s’agit pas de ruiner l’économie en l’arrêtant, mais de la sauver.

L’Europe vient d’annoncer de nouveaux confinements complets en Allemagne et aux Pays-Bas. L’Espagne durcit les restrictions pendant les vacances de Noël, l’Italie se prépare à faire de même, tandis que le Royaume-Uni revient au confinement le plus strict qu’il a connu pendant la pandémie.

Après tout, il n’y a pas d’autre alternative. Aucun pays ne peut maintenir ces chiffres dérivés d’un « taux de mortalité de 1 % seulement ».

Même pas les pays développés.

Inscrivez-vous à notre newsletter exclusive dès aujourd'hui !

Des e-mails sur mesure

Jamais de SPAM !

Alt coin news

Désinscrire à tout moment

Après votre inscription, vous pourrez recevoir des offres spéciales occasionnelles de notre part par e-mail. Nous ne vendrons ni ne distribuerons jamais vos données à des tierces parties. Consultez notre politique de confidentialité ici.