Home > Actualités & Analyses Forex > Comprendre la prime de risque EURUSD

Comprendre la prime de risque EURUSD

Mircea Vasiu

Les paires d’euros ont été stimulées cette semaine par l’espace budgétaire, car l’UE prévoit d’émettre une dette commune sous la forme d’obligations à long terme qui seront remboursées dans 38 ans. Cette annonce intervient après que l’Allemagne et la France ont fait savoir, il y a une semaine, qu’elles étaient d’accord avec le partage de la dette. 

Bien qu’il soit encore tôt pour s’enthousiasmer, car les projets doivent passer par chaque parlement national, les investisseurs ont réagi en se languissant de l’euro. Les paires d’euros n’ont pas toutes augmenté (par exemple, EURAUD et EURCAD sont toujours en tendance baissière à moyen terme), mais certaines l’ont fait – EURJPY et EURUSD en particulier.

La prime de risque implicite pour le taux de change EURUSD est extrêmement élevée par rapport à il y a deux ans. Dans le cas de ce taux de change, la prime de risque se réfère à la partie du prix de l’euro en USD qui n’est pas expliquée par le différentiel de taux d’intérêt sur deux ans. Si les décisions budgétaires annoncées au cours des deux dernières semaines constituent l’étape vers une politique budgétaire commune, les investisseurs pourraient considérer une telle prime de risque comme trop élevée. Favoriser un taux de change plus élevé pour l’EURUSD.

L’EURUSD n’a participé à aucun rallye « Risk-On » jusqu’à présent cette année

Il a été difficile de faire une offre pour l’euro ces dernières années. Alors que la Fed aux États-Unis a relevé le taux des fonds fédéraux au-dessus de 2 %, la BCE a maintenu le taux directeur en territoire négatif.

Avec chaque hausse de taux de la Fed et la décision de la BCE de maintenir le taux stable, le différentiel de taux d’intérêt a continué à s’élargir, favorisant un dollar plus élevé. Ainsi, l’EURUSD est passé de 1,25 à moins de 1,07 et a déjà fait face à la pandémie de coronavirus avec des taux d’intérêt négatifs et une inflation faible.

Toutefois, les conditions de concurrence ont été quelque peu égales. La Fed a baissé les taux à zéro et s’est lancée dans un programme d’assouplissement massif, bien plus agressif que celui de la BCE. Le différentiel de taux d’intérêt s’est donc réduit, et l’assouplissement de la Fed dépasse la position de la BCE.

Une autre évolution importante pour l’euro provient de l’augmentation du soutien généralisé à la monnaie commune. Une banque centrale a pour mandat de contenir l’inflation tout en stimulant la croissance économique et en favorisant la stabilité des prix. Aucune partie de ce mandat n’est possible sans la confiance dans la monnaie et le soutien dont elle bénéficie.

Il s’avère que le soutien généralisé à l’euro est en hausse depuis 2012, ce qui conforte la BCE et la Commission européenne dans leur conviction qu’elles sont sur la bonne voie en ce qui concerne les mesures de politique monétaire, et maintenant budgétaire, prises.

Avec une prime de risque moins élevée, l’euro et la paire EURUSD en particulier, pourraient inciter les investisseurs à se tourner à nouveau vers le vieux continent. Cela apporterait une nouvelle vague de confiance car les écarts se resserreraient encore, aidant les pays européens endettés à emprunter moins cher sur les marchés financiers internationaux.

Tags: