Home > Actualités & Analyses Forex > Détails du fonds de relance de 500 milliards d’euros de l’Europe

Détails du fonds de relance de 500 milliards d’euros de l’Europe

Il y a deux jours, une proposition franco-allemande visant à réunir 500 milliards d’euros pour un fonds de relance a été acclamée par les marchés du monde entier. L’idée était à la fois originale et surprenante. Les fonds seront intégrés dans le budget pluriannuel et distribués non pas sous forme de subventions, mais de transferts budgétaires. De plus, ils seront distribués non pas en fonction du PIB, mais de l’impact de la crise du coronavirus sur un pays.

La Commission européenne emprunte à long terme

Il est prévu que la Commission européenne emprunte sur les marchés financiers internationaux à long terme (25 ans). Elle émettra ensuite des obligations (notées AAA) qui ne devraient pas avoir de problème à trouver des acheteurs.

Même si cela devait poser un problème à l’avenir, la Banque centrale européenne (BCE) pourrait alors chercher à acheter des obligations émises par l’UE. Ces obligations sont exactement comme cela, et donc éligibles au PESPP, et au programme d’achat du secteur public (PSPP) géré par la BCE.

Comment la dette est-elle remboursée ?

La nouvelle dette sera ajoutée aux contributions budgétaires annuelles de paiement que chaque pays verse. Le calcul nous indique que pour une obligation à vingt ans, le service total de la dette, amortissement compris, sera exceptionnellement faible – inférieur à 0,5 %, variant d’un pays à l’autre.

Bien entendu, les États membres doivent s’engager à mener des politiques économiques saines et à mettre en œuvre un programme de réforme rigoureux. Toutefois, c’est une chose dont il faudra s’inquiéter plus tard, lorsque, espérons-le, le monde trouvera un moyen de faire face à cette pandémie.

Le principal message envoyé par les deux pays était un message de solidarité et de confiance : solidarité avec les pays les plus touchés et confiance dans le fait que l’Europe n’est pas facilement divisée. Pour les marchés financiers, la confiance est tout ce qui compte.

Lors de la crise de la dette souveraine de 2012, Mario Draghi, alors président de la BCE, a utilisé la célèbre formule « quoi qu’il en coûte » lors d’un discours à Londres. C’était la première fois qu’un président de la BCE laissait entendre que la banque centrale était là pour fermer les écarts de taux – et le marché l’a cru sur parole. Ainsi, il a établi la confiance dans le système et les spreads ont baissé, allégeant le fardeau des pays européens endettés.

Une réaction similaire a eu lieu après l’annonce de cette semaine. Après que la BCE et la Commission européenne ont toutes deux approuvé le plan, il semble que la voie soit tracée pour les premières obligations européennes.

Lorsque l’Allemagne et la France mènent, les autres pays européens suivent. Il en était de même à l’époque d’Helmut Kohl et de François Mitterrand et reste valable aujourd’hui à l’époque d’Angela Merkel et d’Emmanuel Macron.

Tags:
Rejoignez la révolution sociale de négociation. Se connecter avec d'autres commerçants, discuter des stratégies de négociation, et utiliser notre CopyTrader breveté
eToro est la première plateforme de négociation sociale du monde, offrant un large éventail d'outils pour investir dans les marchés de capitaux
Le plus grand nombre de paires de devises au commerce
Ouvrir mon compte