Home > Actualités & Analyses Forex > EUR/USD : Retour sur toute l’actualité de la semaine passée

EUR/USD : Retour sur toute l’actualité de la semaine passée

L'Équipe Éditoriale de Professeurforex.com

(ProfesseurForex.com) – Lundi 01/10/12

La stagnation globale des indices PMI de la Zone Euro et du taux de chômage permettait de préserver le seuil des 1,28 en dépit de la nouvelle baisse de l’indice PMI Chinois qui reste néanmoins pour sa part toujours en Zone d’expansion. C’est une forte hausse qui l’emportait finalement, les traders anticipant probablement un bon indice ISM manufacturier aux Etats-Unis. L’indice repassait en Zone d’expansion après trois mois de légère contraction et cela profitait à l’Euro, comme souvent depuis que les anticipations de QE ont disparu.

Mardi 02/10/12

La paire ne corrigeait pas entièrement le dernier rallye haussier. Il est probable que le moment de flottement post « validation MES, Draghi » ait commencé à disparaître, les traders sentant que même si les négociations sont rudes entre la Troïka, l’Espagne et la Grèce, le dénouement se rapproche, tout comme la conférence de presse mensuelle de la BCE. Le fait que l’Espagne ne fasse pas de demande d’aide commence peut être à être interprété favorablement car après tout, si l’on met de côté la recapitalisation du secteur bancaire Espagnol, la dette du pays est tout à fait enviable si on la compare à celles de l’Italie, la France ou même l’Allemagne.

Mercredi 03/10/12

Les mauvais indices PMI des services dans la Zone Euro n’enrayait pas le regain d’optimisme et il faudra attendre que Chypre devienne le cinquième pays pour sa demande d’aide plus ou moins officielle pour que l’Euro corrige. Le bon indice ISM des services aux États-Unis profitait plus à l’Euro qu’au Dollar ainsi que le rapport ADP, au-dessus du consensus. Jose Manuel Barroso contentait aussi les traders en rappelant que les accords du sommet Européen de Juin devaient être respectée (recapitalisation directe du secteur bancaire Espagnol). Il s’agit de la raison principale pour laquelle l’Espagne ne veut pas faire de mande d’aide globale. La paire ne marquait néanmoins pas de nouveau plus haut en raison de l’incertitude avant l’entrée en piste des banques centrales le lendemain.

Jeudi 04/10/12

Les opérateurs restaient de marbre toute la matinée et attendaient patiemment la conférence de presse de Mario Draghi pour prendre position. Malgré peu de nouvelles la paire s’appréciait, notamment en raison du fait que le taux directeur est resté inchangé à 0,75 % alors que certains anticipaient une baisse. La nouvelle baisse significative des taux en Espagne reflète la transparence du pays vis-à-vis de son système bancaire. L’Espagne continue donc de rassurer et cela donnait du grain à moudre aux haussiers. Notons tout de même que nous savons désormais que la BCE refuse d’allonger la maturité des obligations grecques qu’elle détient. Une éventuelle baisse des intérêts reste néanmoins en suspend pour donner un nouveau coup de pouce à la république hellénique.

Vendredi 05/10/12

Le FMI dégradait ses perspectives de croissance globales et l’INSEE en faisait de même avec la France. Nous apprenions néanmoins au milieu de ces mauvaises nouvelles largement anticipées que la chancelière Allemande allait se rendre en Grèce… Peut être que cela pourrait débloquer la situation mais beaucoup disent que même lors du prochain sommet Européen des 18 et 19 octobre, le cas Grec ne sera toujours pas résolu alors que l’État sera en faillite à la fin du mois de novembre. Mais la seule volatilité de la journée viendra des NFP Américains très bons et le taux de chômage U.S qui tombe à 7,8 %. Une nouvelle fois, c’est l’Euro qui en a profité, contre toute logique économique classique.

Copyright © 2012 ProfesseurForex.com. Tous droits réservés

Tags: