Home > Actualités & Analyses Forex > Forex – EUR/USD : Bilan hebdomadaire de l’actualité de la semaine du 14 au 18 Mai

Forex – EUR/USD : Bilan hebdomadaire de l’actualité de la semaine du 14 au 18 Mai

L'Équipe Éditoriale de Professeurforex.com

(ProfesseurForex.com) – Lundi 14/05/12

C’est sur un Gap baissier que la semaine a commencé suite au nouveau statut quo entre les différents partis politiques. Si le Pasok et la Nouvelle Démocratie n’avaient besoin que d’une poignée de voix, les autres partis en présence sont restés fermement hostiles aux mesures d’austérité intimées par la Troïka. La paire continuait donc à glisser à la baisse. L’Eurogroupe se réunissait également lundi mais aucune déclaration allant dans le sens de la création d’un gouvernement de coalition ne transpirait de cette réunion. Un sommet qui arrivait peu après de nombreuses déclarations témoignant de l’inflexibilité de l’Allemagne à propos de la Grèce dont de nombreux dirigeants de partis refusent l’austérité drastique, même après avoir bénéficié d’un « cadeau » en février, le fameux PSI. Les taux en baisse en Italie profitaient momentanément à l’Euro en dépit du recul surprise de la production industrielle de la Zone Euro. L’ouverture du marché Américain faisait chuter l’Euro, ces derniers étant également très déçus de l’impasse politique Grecque. La paire se stabilisait suite à des manifestations de soutien à la Grèce dans l’après-midi et le fait que l’Allemagne envisageait tout de même de renégocier l’austérité « à la marge ». La pression baissière dominait toutefois et l’Euro s’approchait du seuil de 1,28 Dollar.

Mardi 15/05/12

La journée fut riche en statistiques et le léger rebond surprise du PIB Allemand au premier trimestre, +0,5 %, contentait les opérateurs qui, emprunt d’optimisme, poussaient la paire jusqu’au seuil de 1,2850. Le PIB Portugais bien meilleur qu’anticipé confortait également les opérateurs en dépit de la stagnation du PIB Français. Prise dans son ensemble, la Zone Euro échappait à la récession, ce qui avait un effet psychologique indéniable sur la paire. Néanmoins, le climat pesant lié à la Grèce, couplé au recul plus marqué qu’anticipé du PIB Italien, à -0,8 % contre -0,6 % anticipé, décevait les traders qui profitaient du rebond du début de matinée pour sanctionner de nouveau l’Euro. Les mauvais indicateurs ZEW Allemand et de la Zone Euro accompagnaient également cette correction baissière. Le fort rebond de l’indice manufacturier Empire State précipitait la baisse en début d’après-midi avant l’annonce de nouvelles élections en Grèce ne fasse définitivement chuter l’Euro. Les élections se tiendront le 17 juin et un gouvernement de transition a déjà été mis sur pied pour expédier les affaires courantes. La paire abandonnait alors le seuil de 1,28 Dollar.

Mercredi 16/05/12

La première émission obligataire post élection de l’ère Hollande fut un succès avec des taux en net repli qui permettra à l’Euro de se reprendre. Le surplus de la balance commerciale Italienne profitait également à ce rebond sur fonds de prise de bénéfice mais le recul marqué des commandes industrielles tempérait les hardeurs des haussiers. Le bon chiffre de la production industrielle Américaine et la corrélation avec la paire GBP/USD qui dévissait pesait sur l’Euro. Certains propos de Mario Draghi qui laissaient penser que la BCE pourrait bientôt intervenir pour calmer le jeu soutenaient encore l’Euro mais la paire dévissait en fin d’après-midi après que l’on apprenne que les banques grecques n’avaient plus accès au robinet de la BCE (open market operation). La paire finissait donc l’après-midi non loin des 1,27 Dollar avant que les minutes de la FED ne permettent un rebond de fin de soirée qui perdura durant la séance asiatique. En effet, la FED a souligné que le déficit budgétaire Américain restait problématique, laissant penser qu’elle pourrait donc être obligée de recourir à un nouveau QE afin de monétiser la dette Américaine. Une option de plus en plus crédible étant donné que l’inflation reste très modérée aux États-Unis.

Jeudi 17/05/12

Après la Grèce, c’est l’Espagne qui permettait à la paire de marquer un nouveau plus bas en voyant ses taux d’emprunt monter toujours plus haut. Moody’s achevait la paire en déclarant vouloir dégrader la plupart des banques Espagnoles (16 banques seront finalement dégradées. Les propos du secrétaire au trésor Américain et l’indice manufacturier décevant de la FED de Philadelphie permettaient néanmoins à l’Euro de rebondir et de se stabiliser. En effet, Timothy Geithner est venu confirmer les inquiétudes de la FED en déclarant que le plafond de la dette (atteint plus d’une centaine de fois depuis la mise en place de ce garde fou) serait de nouveau atteint  avant la fin de l’année. Ce retour de la dette Américaine sur le devant de la scène sanctionnait donc le Dollar qui permettait à la paire d’entamer un rebond l’après-midi pour consolider au-dessus de 1,27 Dollar.

Vendredi 18/05/12

La paire effectuait un rebond haussier et remontait en direction des 1,2740 sur fonds de prises de bénéfices de fin de semaine et suite à quelques circonstance favorables. En effet, nous avons observé une hausse surprise de l’indicateur avancé des commandes industrielles Italiennes qui faisaient un bond de 3,5 % alors que le consensus tablait sur un nouveau recul de 1,1 %. Le vaste audit bancaire en Espagne a également rassuré les traders qui y voient le possibilité d’avoir bientôt une photo fiable du bilan des banques Espagnoles détenant des actifs immobiliers toxiques. Ce soucis de transparence portait également la paire aujourd’hui. Enfin, les traders plaçaient quelques espoirs dans la réunion duG8 dont les tractations pourraient amener les banquiers centraux à se concerter pour coordonner de probable nouveaux assouplissements de leurs politiques monétaires. La paire corrigeait néanmoins en fin de journée, le contexte de fonds restant très clairement baissier.

Copyright (c) 2012 ProfesseurForex.com. Tous droits réservés.

Tags: