Home > Actualités & Analyses Forex > Inflation au Japon – Deux décennies de lutte pour la Banque du Japon

Inflation au Japon – Deux décennies de lutte pour la Banque du Japon

Toutes les banques centrales des pays développés ont un mandat qui tourne autour de l’inflation. Les banquiers centraux ont convenu que des niveaux d’inflation d’environ 2 % suffisent à stimuler la croissance économique tout en diminuant le risque de déflation.

Cependant, toutes les économies ne sont pas les mêmes. Dans certaines régions du monde, comme au Japon, la démographie joue un rôle important, car la population vieillissante n’est pas disposée à dépenser comme les plus jeunes. C’est pourquoi la Banque du Japon est devenue la banque la plus proactive du monde, en appliquant des mesures considérées comme révolutionnaires pour les autres banques centrales.

Mesures de la Banque du Japon pour stimuler l’inflation

Cette semaine a commencé par l’annonce du niveau d’inflation par la Banque du Japon. Elle n’a augmenté que de 0,1 %, alors qu’on s’attendait à ce qu’elle soit de 0 % – restant pratiquement inchangée, à des niveaux dangereusement proches de la déflation. Il reste encore beaucoup de marge de manœuvre pour atteindre l’objectif de 2 %, et la pandémie actuelle de coronavirus aggrave la situation.

Le graphique ci-dessus montre l’impact d’une récession économique sur l’inflation. Un regard attentif sur le côté gauche du graphique montre comment l’inflation a chuté pendant la grande crise financière de 2008-2009, passant de plus de 1 % à moins de 1 %.

Plus précisément, en quelques années, la BOJ a vu l’inflation passer de près de son objectif à un territoire déflationniste. Ainsi, ses efforts pour ramener l’inflation à la cible ont été ruinés par la crise financière mondiale qui a débuté avec le secteur des ménages américains.

À partir de ce moment, la BOJ a utilisé toutes ses astuces pour faire remonter l’inflation – influençant ainsi les flux d’entrée et de sortie de la monnaie locale, le yen japonais (JPY). Rien qu’en 2010, elle a acheté pour 5 000 milliards de yens d’actifs, en 2011, elle a élargi le QE de 5 000 milliards de yens en achetant des obligations d’État japonaises (JGB) et enfin, en 2013, elle a lancé le QQE.

Le QQE, qui signifie Qualitative and Quantitative Easing (assouplissement qualitatif et quantitatif), est destiné à élargir la politique monétaire de 60 à 70 000 milliards de yens par an. Pourtant, sept ans après le début du programme, et avec le contrôle actif de la courbe de rendement (YCC) en place depuis 2016, on ne trouve pas d’inflation au Japon.

La crise sanitaire actuelle est un nouveau coup porté aux efforts de la BOJ pour ramener l’inflation près de l’objectif. Si le PIB japonais ne devrait pas être affecté autant que celui de la France ou de l’Italie, par exemple, le problème vient de la réticence des gens à dépenser.

En d’autres termes, les autres banques centrales doivent également tirer la leçon que, quelle que soit la quantité d’argent injectée dans une économie, si le consommateur ne dépense pas, il est difficile d’atteindre l’objectif d’inflation.

Tags:
Rejoignez la révolution sociale de négociation. Se connecter avec d'autres commerçants, discuter des stratégies de négociation, et utiliser notre CopyTrader breveté
eToro est la première plateforme de négociation sociale du monde, offrant un large éventail d'outils pour investir dans les marchés de capitaux
Le plus grand nombre de paires de devises au commerce
Ouvrir mon compte