Home > Actualités & Analyses Forex > IPC de base américain – Le point fort de la semaine de trading

IPC de base américain – Le point fort de la semaine de trading

L’IPC de base américain devrait avoir augmenté de 0,3 % en avril. Toute hausse pourrait déclencher une plus grande volatilité, les entreprises et les ménages craignant une hausse de l’inflation dans les mois à venir.

Lorsque la pandémie de COVID-19 a déclenché des récessions économiques dans le monde entier, de nombreuses entreprises ont été contraintes de fermer leurs portes. Pour aider les entreprises et les ménages à surmonter cette crise sans précédent, les banques centrales et les gouvernements ont assoupli leurs politiques monétaires et fiscales. Les banques centrales ont été les premières à agir, en ramenant les taux d’intérêt à zéro, voire en territoire négatif. En outre, elles ont créé de l’argent frais en lançant des programmes massifs d’assouplissement quantitatif, qui sont toujours en cours dans les pays développés.

Les gouvernements ont doublé la mise. Ils ont payé les travailleurs pour qu’ils restent à la maison et ont même remis des chèques directement aux ménages, comme ce fut le cas aux États-Unis.

En conséquence, la masse monétaire M2 a augmenté à un rythme jamais vu depuis plus d’un siècle. En outre, l’écart entre la croissance annuelle M2 et l’inflation a atteint des niveaux record. Comme le montre le graphique ci-dessous, l’inflation finit par s’accélérer avec la croissance de la masse monétaire. En sera-t-il autrement cette fois-ci ?

´L’inflation´ est en hausse dans les tendances de recherche Google

La masse monétaire désigne la quantité totale d’argent dans une économie à un moment donné. La masse monétaire M2 est une mesure plus large que M1, dans le sens où, outre les chèques ou les dépôts de chèques, elle inclut les dépôts d’épargne, les titres du marché monétaire et même les fonds communs de placement.

Lorsque la quantité de monnaie dans une économie augmente, les prix augmentent généralement aussi. C’est l’une des raisons pour lesquelles, en temps normal, les banques centrales assouplissent leur politique monétaire et créent même de l’argent frais pour augmenter la masse monétaire et, par effet indirect, ramener l’inflation à l’objectif (généralement autour du niveau de 2 %).

Plus tard dans la journée, l’IPC de base américain, qui est l’indice des prix à la consommation excluant l’alimentation et l’énergie, devrait croître de 0,3 % en rythme mensuel. Auparavant, il avait augmenté à un taux similaire. Il s’agit d’un communiqué mensuel, généralement publié environ seize jours après la fin du mois.

Le grand public craint une hausse de l’inflation, du moins si l’on en croit le terme de recherche ´inflation´ sur Google. La tendance est à la hausse parce que les gens voient des prix plus élevés partout – commodities, actions, logement – et les salaires suivront quand on verra à quel point il est difficile pour les entreprises de trouver du personnel.

L’inflation n’est pas une mauvaise chose. En fait, elle fait partie du mandat de toutes les banques centrales depuis environ quatre décennies. Les économistes du monde entier s’accordent à dire qu’un certain niveau d’inflation, éloigné du niveau zéro mais pas très éloigné, stimule la croissance économique. Si les anticipations d’inflation sont élevées, les gens dépensent plus vite et ne reportent pas leurs achats, ce qui crée à son tour une croissance économique.

Mais une inflation excessive est problématique. Aucune des principales banques centrales n’a eu à faire face à l’inflation au cours des deux dernières décennies. Sauront-elles donc quoi faire lorsque trop d’argent court après trop peu de biens ?

Rejoignez la révolution sociale de négociation. Se connecter avec d'autres commerçants, discuter des stratégies de négociation, et utiliser notre CopyTrader breveté
eToro est la première plateforme de négociation sociale du monde, offrant un large éventail d'outils pour investir dans les marchés de capitaux
Le plus grand nombre de paires de devises au commerce
Ouvrir mon compte