Home > Actualités & Analyses Forex > La Banque du Canada va continuer à assouplir sa politique monétaire

La Banque du Canada va continuer à assouplir sa politique monétaire

Le gouverneur de la Banque du Canada, M. Macklem, a tenu un discours hier concernant les implications de la COVID-19 pour la politique monétaire canadienne et ce à quoi les participants au marché doivent s’attendre. 

En une semaine avec des données économiques légères, le message envoyé par le gouverneur de la BOC a été très clair : la banque va préférer l’assouplissement quantitatif aux taux négatifs.

Que peut-on attendre de la Banque du Canada ?

La BOC a rapidement baissé le taux d’intérêt à 0,25 % en mars, dans le cadre d’une mesure destinée à alléger les taux d’intérêt et à soutenir la confiance. En effet, depuis mars, le taux directeur canadien se situe à sa limite inférieure.

L’abaissement du taux d’intérêt à sa limite inférieure a été suivi par toutes les grandes banques centrales du monde. C’était la première réaction dans les premiers jours de la pandémie, puis chaque juridiction a soigneusement choisi les étapes suivantes : assouplissement quantitatif, taux d’intérêt négatifs, achat d’obligations d’entreprises, TLTRO.

Tout comme son voisin du Sud, la BOC a ensuite lancé un assouplissement quantitatif (achat de papier commercial, d’obligations hypothécaires canadiennes, d’acceptations bancaires, de dettes des gouvernements fédéral et provinciaux, d’obligations d’entreprises). De plus, dans son discours d’hier, M. Macklem a clairement indiqué que la BOC serait un modèle plus proche de celui de la Réserve fédérale des États-Unis.

La Fed a indiqué qu’elle privilégie d’autres moyens pour stimuler l’économie, plutôt que le recours à des taux d’intérêt négatifs – et le gouverneur de la BOC a fait de même l’autre jour. Selon le message de Macklem, la BOC perçoit les taux d’intérêt négatifs comme une distorsion du comportement du marché.

Au lieu de cela, la banque achète pour 5 milliards de dollars canadiens d’obligations chaque semaine, avec l’intention de poursuivre le programme jusqu’à ce que la reprise économique soit bien engagée. L’idée est de faire baisser les rendements des obligations d’État en maintenant une forte demande pour les obligations. En conséquence, l’emprunt devient moins cher pour les entreprises et la population. Pour ces dernières, par exemple, les hypothèques à taux fixe deviennent plus accessibles.

Outre les obligations émises par l’État, la BOC achète également des obligations d’entreprises, bien qu’en quantité moindre que les obligations d’État. Par conséquent, les entreprises finiront par payer des taux d’intérêt plus bas à mesure que la prime entre le rendement des obligations d’État et celui des obligations de sociétés diminuera.

Dans l’ensemble, le message était destiné à assurer aux investisseurs que la BOC est là pour contenir les risques. Ses actions sont sans précédent par leur ampleur et, dans certains domaines, par leur nature.

Cependant, il manquait quelque chose dans le discours de Macklem – le prix du pétrole et la façon dont la BOC voit les conditions actuelles. Pour une économie axée sur l’énergie, c’est le joker qui peut changer l’orientation de la politique monétaire en un clin d’œil.

Tags:
Rejoignez la révolution sociale de négociation. Se connecter avec d'autres commerçants, discuter des stratégies de négociation, et utiliser notre CopyTrader breveté
eToro est la première plateforme de négociation sociale du monde, offrant un large éventail d'outils pour investir dans les marchés de capitaux
Le plus grand nombre de paires de devises au commerce
Ouvrir mon compte