Home > Actualités & Analyses Forex > La BCE devance la Fed en termes d’AQ – et s’apprête à en acheter davantage

La BCE devance la Fed en termes d’AQ – et s’apprête à en acheter davantage

C’est une semaine importante pour les marchés financiers à de nombreux niveaux. Outre les élections américaines qui ont fait les gros titres (et la volatilité du marché) ces derniers mois, trois grandes banques centrales ont publié ou se préparent à publier leurs décisions de politique monétaire. 

Jusqu’à présent, la Banque de réserve d’Australie a assoupli sa politique davantage mardi. Elle a augmenté le rythme du programme d’assouplissement quantitatif et a même procédé à une nouvelle réduction du taux des liquidités. Demain, ce sera au tour de la Banque d’Angleterre et de la Fed aux États-Unis. Au moins en ce qui concerne la Banque d’Angleterre, le marché s’attend à une nouvelle augmentation du programme d’assouplissement quantitatif (AQ), d’environ 150 à 200 milliards de livres sterling. Quant à la Fed, il se peut qu’elle procède à un nouvel assouplissement, mais jusqu’à présent, la banque centrale américaine n’a rien laissé entendre.

La BCE en train de fondre sur le Japon

Le graphique ci-dessus montre la portée de la pandémie de coronavirus pour les banques centrales. Un consensus existe entre les banquiers centraux sur le fait que les programmes d’assouplissement quantitatif sont plus efficaces pour assouplir la politique monétaire. C’est-à-dire plus efficaces que de réduire les taux en dessous de zéro.

La première réaction à la crise pour toutes les banques centrales des pays développés a été de réduire les taux à zéro – ou à un niveau très proche de zéro. Celles qui avaient déjà des taux négatifs (par exemple la BCE) se sont engagées dans un processus d’assouplissement quantitatif et d’autres formes d’assouplissement (par exemple, des orientations explicites).

D’une manière ou d’une autre, toutes ces banques centrales se sont lancées dans l’assouplissement quantitatif. Le processus implique l’achat de leurs propres obligations d’État (c’est-à-dire la dette) dans le but de faire baisser les rendements. Ce faisant, la BCE se rapproche de la Banque du Japon si l’on compare les pourcentages d’achat par les banques centrales des titres négociables ou de la dette émis par leurs gouvernements durant la pandémie.

La BCE devance même la Fed (71 % contre 57 %) et menace d’éliminer la BOJ dans les plus brefs délais. La semaine dernière, la BCE a laissé entendre qu’elle allait encore assouplir les conditions monétaires dans la zone euro. Cependant, la BCE a déjà le taux de la facilité de dépôt en territoire négatif depuis plusieurs années. Par conséquent, la manière la plus efficace de le faire est d’acheter les obligations des banques nationales mais aussi les nouvelles obligations émises par la Commission européenne (c’est-à-dire les obligations SURE).

Si cela devait être le cas, la BCE menace de devenir la banque centrale ayant le plus grand pourcentage de dette achetée pendant la pandémie. Toutefois, étant donné que de nombreuses économies européennes sont en mode de confinement pour la deuxième fois cette année, la BCE pourrait ne pas avoir d’autres options.

Inscrivez-vous à notre newsletter exclusive dès aujourd'hui !

Des e-mails sur mesure

Jamais de SPAM !

Alt coin news

Désinscrire à tout moment

Après votre inscription, vous pourrez recevoir des offres spéciales occasionnelles de notre part par e-mail. Nous ne vendrons ni ne distribuerons jamais vos données à des tierces parties. Consultez notre politique de confidentialité ici.