Home > Actualités & Analyses Forex > La demande de prêts dans la zone euro a encore augmenté

La demande de prêts dans la zone euro a encore augmenté

L’enquête sur les prêts bancaires dans la zone euro pour le deuxième trimestre de l’année a été publiée aujourd’hui, et les données ont révélé une demande accrue de prêts de la part des ménages et des entreprises européens. Il s’agit d’une enquête d’une importance capitale pour la BCE. Menée quatre fois par an, elle offre un aperçu de l’activité des banques commerciales dans les différents pays de la zone euro.

En effet, elle montre comment les choses se passent sur le territoire. Ainsi, la BCE surveille les effets de ses décisions et le fonctionnement du mécanisme de transmission.

Resserrement des critères d’approbation des prêts

L’enquête a obtenu un taux de réponse de 100 % de la part de 144 banques de la zone euro. La principale conclusion est que la demande de prêts a encore augmenté, ce qui a donné lieu à des signaux mitigés. D’une part, en temps normal, la forte demande de prêts reflète un niveau élevé d’optimisme des entreprises et une économie qui continue à être performante. D’autre part, dans le cadre des récessions COVID-19, cela signifie très probablement que davantage de fonds d’urgence sont nécessaires, car la demande de prêts au logement a chuté de manière spectaculaire.

Un autre point important de l’enquête actuelle est que les critères d’approbation des prêts se sont quelque peu resserrés par rapport à l’enquête précédente. Si au début de la crise, les banques commerciales ont abaissé les conditions pour les demandeurs de prêts afin de fournir les liquidités nécessaires le plus rapidement possible, les choses se sont un peu resserrées au deuxième trimestre.

Par exemple, les entreprises qui ont demandé un prêt au premier trimestre, et surtout au second semestre, ont eu plus de chances de le voir approuvé qu’au second trimestre.

Les banques ont également exprimé des inquiétudes quant à la solvabilité des emprunteurs. Ce n’est pas étonnant compte tenu du niveau élevé de chômage et de la manière artificielle dont les entreprises sont maintenues en vie.

En d’autres termes, toute analyse de la solvabilité d’un emprunteur, ménage ou entreprise, est susceptible de différer sensiblement de la période précédant la crise. Après tout, les banques souffrent de l’impossibilité de prévoir les conditions futures du marché, à commencer par le niveau des taux d’intérêt et à finir par la durée de la pandémie.

Enfin et surtout, l’enquête actuelle révèle la perception du risque et l’aversion au risque que suscite le resserrement des ratios de prêts non performants. À l’avenir, plus la pandémie durera longtemps, plus les ratios de prêts non performants seront élevés – c’est l’objectif des principaux outils politiques de la BCE et les raisons pour lesquelles les banques commerciales ont renforcé les critères d’approbation.

Tags:

Inscrivez-vous à notre newsletter exclusive dès aujourd'hui !

Des e-mails sur mesure

Jamais de SPAM !

Alt coin news

Désinscrire à tout moment

Après votre inscription, vous pourrez recevoir des offres spéciales occasionnelles de notre part par e-mail. Nous ne vendrons ni ne distribuerons jamais vos données à des tierces parties. Consultez notre politique de confidentialité ici.