Home > Actualités & Analyses Forex > La hausse de l’inflation à venir – Que pouvons-nous faire ?

La hausse de l’inflation à venir – Que pouvons-nous faire ?

L’inflation désigne l’évolution du prix des biens et des services sur une certaine période de temps. Suivie mensuellement et annuellement, elle représente un indicateur permettant de mesurer les futures décisions de politique monétaire des banques centrales. 

Il existe de nombreux types d’inflation. Selon la direction des changements de prix (à la hausse ou à la baisse) et selon leur vitesse, on peut parler de déflation, de désinflation ou d’hyperinflation.

Les économistes et les banques centrales s’accordent à dire que certains niveaux d’inflation (c’est-à-dire les hausses de prix) favorisent la croissance économique, et que l’inflation est donc au cœur des mandats des banques centrales. Cependant, si une inflation modérée est souhaitable, une inflation excessive ne l’est pas.

Les attentes en matière d’inflation augmentent le plus aux États-Unis

Les réactions des politiques monétaires et fiscales dans le monde entier sont forcément génératrices d’inflation. Les seules questions qui subsistent sont de savoir de combien les prix vont augmenter et à quelle vitesse.

Hier, le prix du pétrole a franchi la barre des 60 $ le baril. C’est une évolution stupéfiante si l’on considère qu’il y a seulement onze mois, le contrat à terme pour le prix du pétrole s’est établi à près de -40 $.

Si le rebondissement du prix du pétrole au-dessus de zéro est bienvenu, la suite est différente. En effet, le prix du pétrole brut ne s’est pas arrêté avant d’atteindre la rupture de 60 $ – et s’il augmentait encore un peu ?

En règle générale, lorsque le prix du pétrole augmente, l’inflation suit. Ou alors, une forte baisse du prix du pétrole entraîne une désinflation (c’est-à-dire une baisse de l’inflation, mais positive) ou même une déflation (c’est-à-dire une inflation inférieure à zéro). Si une banque centrale devait choisir entre la déflation et une inflation plus élevée, elle choisirait toujours cette dernière. Par conséquent, le risque pendant la pandémie est que les banques centrales et les gouvernements n’en fassent pas assez, plutôt que d’envisager une inflation plus élevée. En d’autres termes, le ton est à peu près le suivant : ce n’est pas le moment de s’inquiéter de l’inflation, et si elle arrive, nous verrons bien.

Le graphique ci-dessus montre comment les banques centrales peuvent créer de l’inflation. Après mars-avril 2020, les programmes d’assouplissement quantitatif et les mesures budgétaires ont eu le même effet : une augmentation des attentes en matière d’inflation. Si les acteurs du marché pensent que les prix vont augmenter, la hausse de l’inflation devient une prophétie qui se réalise d’elle-même, et elle justifie la récente augmentation du prix du pétrole.

Que peuvent faire les investisseurs et les traders ? Les couvertures classiques contre l’inflation devraient faire l’affaire – achat d’or, immobilier, commodités en général.

Inscrivez-vous à notre newsletter exclusive dès aujourd'hui !

Des e-mails sur mesure

Jamais de SPAM !

News sur les altcoins

Désinscrire à tout moment

Après vous être inscrit, vous pourrez également recevoir des offres spéciales occasionnelles de notre part par e-mail. Nous ne vendrons ni ne distribuerons jamais vos données à des tiers. Consultez notre politique de confidentialité ici.