Home > Actualités & Analyses Forex > Le Congrès US a cloué le Libra de Facebook au pilori, multipliant les critiques face à David Marcus, BTC/USD recule

Le Congrès US a cloué le Libra de Facebook au pilori, multipliant les critiques face à David Marcus, BTC/USD recule

David Marcus, responsable de la blockchain de Facebook, a déclaré aux législateurs américains qu’il serait prêt à accepter 100 % de son salaire dans la crypto-monnaie « Libra » proposée par Facebook.

Lors d’une audience au Comité Sénatorial des Banques sur le projet controversé hier, le sénateur Sherrod Brown, a demandé à Marcus s’il avait suffisamment confiance en la Libra pour l’implanter au sein de sa vie personnelle.

« Vous pensez vraiment que les gens devraient vous faire confiance avec leur argent durement gagné, je pense que c’est illusoire « , a déclaré S. Brown, après avoir énuméré les antécédents de Facebook en matière d’abus de confidentialité.
Il a ensuite demandé : « Accepterez-vous toute votre rémunération dans cette nouvelle monnaie ? »

Marcus a d’abord éludé la question, disant que la Balance n’était pas « conçue comme un substitut aux comptes bancaires ». Après que Brown l’eut pressé, il a ajouté « aurais-je confiance en la Libra pour tous mes actifs ? oui. »

Ce n’est qu’après que le législateur ait de nouveau insisté sur la question spécifique du salaire que Marcus a répondu par l’affirmative :

« Je le ferais, parce qu’il est soutenu 1 pour 1 avec une réserve. »

Durant les deux heures d’audience, Marcus a réitéré son point de vue selon lequel Facebook ne serait qu’une des nombreuses entreprises impliquées dans le projet Libra, Brown a riposté : « Vous serez plus que ça, seul Facebook a accès à 2 milliards de personnes. »

A plusieurs reprises au cours de l’audience, Marcus a précisé que la confiance est « primordiale ». À un moment donné, Brown lui a demandé : « Que voulez vous dire par « la confiance est primordiale » ? »

« Cela signifie que nous devons continuer à progresser », répondit Marcus.

Outre la confidentialité des données, le législateur a interrogé Marcus sur la protection des consommateurs. Le sénateur Kyrsten Lea Sinema de l’Arizona a demandé ce qui se passerait si une résidente de son État utilisant un portefeuille développé en Espagne se faisait arnaquer par une personne au Pakistan. Où le consommateur pourrait-il s’adresser pour obtenir un recours ?

« Les Américains utiliseront probablement un service de porte-monnaie américain « , a répondu Marcus, ajoutant que si ce n’était pas le cas, leur droit à un recours dépendrait des conditions du fournisseur.

S’adressant aux journalistes après l’audience, M. Brown, le démocrate le plus haut placé du Comité bancaire, a déclaré qu’il appuierait le maintien de la législation pour la Libra.

Il n’a pas semblé convaincu par les assurances de Marcus que Calibra, la filiale de portefeuille de Facebook, ne partagerait pas les données des utilisateurs avec sa société mère ou avec le Libra Consortium Association.

« On ne peut pas faire confiance à Facebook pour protéger la vie privée des gens « , a déclaré M. Brown.
« Facebook a montré à maintes reprises qu’il a trahi la confiance du public et je ne vois rien qui nous permette de leur faire confiance. »

« S’ils sont assez arrogants pour se lancer dans ce projet et c’est ce que l’audience semble montrer, je pense que des mesures seraient de circonstance ».

Le législateur a précisé qu’il ne savait pas qu’elle forme pourrait prendre une telle mesure. Il ne s’est pas non plus prononcé sur la question de savoir si le Sénat accepterait un projet de loi diffusé par la Commission des Services Financiers interdisant aux grandes entreprises technologiques d’émettre des devises.

Il a réitéré son incrédulité quant au fait que Facebook aurait le même statut que les autres membres de la Libra Association. Bien que l’entreprise ne dispose que de 1 % des votes du conseil d’administration, « Facebook, parce qu’il compte 2 milliards d’abonnés, sera le leader », a déclaré M. Brown.

Dans l’ensemble, l’audience de mardi a porté sur des questions liées à Facebook et sur les crypto-monnaies, indiquant que les législateurs étaient plus préoccupés par l’entreprise elle même que par la technologie.

Contrairement aux remarques préliminaires relativement mesurées du Président du comité, Mike Crapo, Brown a donné le ton avec trois mots dans sa première déclaration : « Facebook est dangereux ».

Le Bitcoin, la monnaie à l’origine de tout cela, n’a été mentionnée que quelques fois.

Sherrod Brown a déclaré aux journalistes :

« Il est clair que les Américains ne font pas confiance à Wall Street, ils mettent maintenant Big Tech dans la même catégorie. »

Sur le Bitcoin, on notera que le passgae de Facebook devant le Congrès US semble être la raison pour laquelle le BTC/USD est repassé sous 10.000$, si l’on en croit le timing.

Copyright (c) 2019 ProfesseurForex.com. Tous droits réservés.

Inscrivez-vous à notre newsletter exclusive dès aujourd'hui !

Des e-mails sur mesure

Jamais de SPAM !

Alt coin news

Désinscrire à tout moment

Après votre inscription, vous pourrez recevoir des offres spéciales occasionnelles de notre part par e-mail. Nous ne vendrons ni ne distribuerons jamais vos données à des tierces parties. Consultez notre politique de confidentialité ici.