Home > Actualités & Analyses Forex > Le marché du travail britannique reflète l’impact de la pandémie et du Brexit

Le marché du travail britannique reflète l’impact de la pandémie et du Brexit

Les traders et les investisseurs se concentrent sur le témoignage de deux jours du président de la Fed et sur le sommet de l’UE, mais d’autres données économiques intéressantes ont été publiées. Ces données concernaient le marché de l’emploi au Royaume-Uni, où les demandes continues et le taux de chômage ont été publiés il y a deux jours. 

La variation du nombre de demandeurs a montré un total de 86 600 personnes demandant des allocations de chômage au Royaume-Uni, ce qui contraste fortement avec les 9 000 attendus. Sur une note positive, le taux de chômage s’est stabilisé en quelque sorte autour du niveau de 5%.

Le Royaume-Uni étant l’un des pays qui a vacciné une grande partie de sa population adulte contre le virus COVID-19, il est intéressant de comparer les données sur l’emploi avec celles de pays similaires. Dans le cas présent, avec les États-Unis. Nous constatons que le taux de chômage diminue sensiblement aux États-Unis, mais qu’il augmente au Royaume-Uni, la principale différence se situant au niveau de la réponse fiscale entre les deux pays.

Le Royaume-Uni, tout comme d’autres pays européens, s’est concentré sur le support des emplois, et non de la population. À l’inverse, les États-Unis se sont attachés à supporter directement les ménages et non les emplois. La tendance est donc encore plus inquiétante pour le Royaume-Uni et mérite que l’on examine de plus près les détails du rapport sur l’emploi de mars 2021.

Détails du rapport sur l’emploi de mars 2021 au Royaume-Uni

 

La façon la plus simple de le dire est que le rapport était un peu désordonné. D’une part, le taux de chômage a baissé de manière inattendue, mais l’emploi a également baissé, ce qui contrebalance la bonne nouvelle. D’autre part, les travailleurs étrangers sont en forte baisse, bien que moins qu’auparavant.

La donnée vraiment inquiétante provient de l’interprétation des mois de l’année de la pandémie. L’ONS a révélé que près de 700 000 personnes ont perdu leur emploi pendant la pandémie et, fait le plus frappant, 88 % d’entre elles avaient moins de trente-cinq ans. En outre, plus de 180 000 travailleurs ont quitté le Royaume-Uni l’année dernière, principalement en raison de l’incertitude liée au Brexit et du fait que les emplois sont devenus rares.

Pour en revenir au rapport de mars, certains aspects positifs méritent d’être mentionnés. L’un d’eux est le fait que l’économie a créé 68 000 nouveaux emplois en février de cette année par rapport au mois précédent. Toutefois, le taux d’inactivité reste élevé, encore plus élevé qu’un an auparavant, à 21 %. Pour un pays en confinement, c’est normal.

Dans l’ensemble, un rapport mitigé, influencé positivement par les plus de cinq millions de personnes en congé forcé et les employeurs qui s’adaptent mieux aux restrictions. La livre sterling n’a pas apprécié le rapport, puisqu’elle a chuté à la suite de la nouvelle, tant face à l’euro qu’au dollar.

Inscrivez-vous à notre newsletter exclusive dès aujourd'hui !

Des e-mails sur mesure

Jamais de SPAM !

News sur les altcoins

Désinscrire à tout moment

Après votre inscription, vous pourrez recevoir des offres spéciales occasionnelles de notre part par e-mail. Nous ne vendrons ni ne distribuerons jamais vos données à des tierces parties. Consultez notre politique de confidentialité ici.