Home > Actualités & Analyses Forex > Le pétrole brut sous pression à cause des nouveaux confinements européens

Le pétrole brut sous pression à cause des nouveaux confinements européens

La deuxième vague d’infections au coronavirus a mis l’Europe à genoux. Peu après qu’elle se soit remise d’une manière ou d’une autre des confinements initiaux, la plupart des pays européens ont annoncé de nouvelles restrictions.

Bien que les nouvelles mesures de confinement ne soient pas aussi sévères qu’au printemps, elles auront des répercussions sur l’activité économique. Inévitablement, les nouvelles mesures se traduisent par une baisse de la demande de pétrole et, par conséquent, par une diminution des prix du pétrole.

Le prix du pétrole n’a pas beaucoup attendu pour réagir : il a perdu 20 % de sa valeur en moins de deux semaines. Maintenant que le Royaume-Uni a annoncé un confinement d’un mois à partir de jeudi prochain, la pression sur le prix du pétrole va probablement s’accentuer.

Le pétrole brut et les produits pétroliers : une part importante du bouquet énergétique pour 2040

Lorsque la pandémie a frappé les économies mondiales, elle a également affecté les prix du pétrole brut. Cependant, le pétrole brut et les produits pétroliers restent une part importante du bouquet énergétique actuel et aussi pour les prochaines décennies.

Selon une analyse de Chevron, la place du gaz naturel dans le bouquet énergétique restera inchangée dans les décennies à venir. Les grands changements apparaissent dans la part du charbon (en baisse) et des énergies renouvelables (en hausse). Le pétrole et les produits dérivés du pétrole, bien qu’en déclin également, représenteront toujours une grande partie du bouquet énergétique.

Les conditions économiques actuelles exercent une pression sur le prix du pétrole. La mobilité s’est réduite, des industries ont été fermées, et maintenant des pays sont à nouveau fermés. Inévitablement, des chocs exogènes comme la pandémie continueront à faire baisser le prix du pétrole.

Toutefois, à moyen et long terme, le prix du pétrole se redressera probablement après toute baisse future générée par la pandémie. Bien que les économies européennes souffrent de la deuxième vague de la pandémie, la demande chinoise de pétrole se porte bien. En fait, la Chine affiche une croissance.

En outre, l’Australie a signalé son premier jour sans une seule infection au COVID-19 au cours du week-end. Les autres économies de la région ont également mieux fait face à la pandémie que l’Europe ou les États-Unis.

Par conséquent, une forte reprise en Asie, suivie d’une reprise progressive en Europe et aux États-Unis, justifie en quelque sorte la stabilité des prix du pétrole autour du niveau de 50 $ pour les années à venir.

Dans l’ensemble, le pétrole et les produits dérivés du pétrole continuent de jouer un rôle considérable dans la vie quotidienne des gens. Les efforts plus écologiques des gouvernements des pays développés sont les bienvenus, mais la mise en œuvre de leurs programmes prend du temps. En attendant, la demande de pétrole ne peut qu’augmenter à court ou moyen terme.

Inscrivez-vous à notre newsletter exclusive dès aujourd'hui !

Des e-mails sur mesure

Jamais de SPAM !

News sur les altcoins

Désinscrire à tout moment

Après votre inscription, vous pourrez recevoir des offres spéciales occasionnelles de notre part par e-mail. Nous ne vendrons ni ne distribuerons jamais vos données à des tierces parties. Consultez notre politique de confidentialité ici.