Home > Actualités & Analyses Forex > Le PIB du Royaume-Uni montre un ralentissement économique

Le PIB du Royaume-Uni montre un ralentissement économique

Le PIB du Royaume-Uni pour le premier trimestre 2020 a été publié plus tôt dans la journée, et il a révélé à quel point l’une des plus grandes économies d’Europe est actuellement fragile. De plus, comme il reflète les trois premiers mois de l’année, il ne montre pas l’essentiel de l’effet de la crise COVID-19.

Par rapport à la crise financière de 2008, le communiqué d’aujourd’hui est plus effrayant sur la base du QoQ(d’un trimestre à l’autre). Il est impensable que le Royaume-Uni puisse connaître une reprise en forme de V dans un avenir proche, compte tenu des défis à venir.

De toute façon, le pays est entré en 2020 en mauvaise posture. Le long processus de Brexit, et surtout l’exode des entreprises qui a suivi, a fortement affecté les performances économiques du pays.

Les deux pires sont encore à venir

Comme il arrive avec de telles données, il faut être prudent dans leur interprétation. Le PIB étant un indicateur retardé, il montre la performance économique du Royaume-Uni au cours des trois premiers mois de l’année. En même temps, avec le recul, il montre à quel point l’économie britannique était dépendante de la chaîne d’approvisionnement et du commerce mondial.

Les premiers signes de la crise pandémique ont commencé à apparaître lorsque les chaînes d’approvisionnement mondiales ont été rompues. Les effets des mesures du gouvernement chinois ont commencé à se faire sentir sur les importations et les exportations, les expéditions étant retardées. L’économie, naturellement, a souffert.

Ne vous y trompez pas, les données ont effectivement dépassé les attentes. On s’attendait à ce que le PIB s’imprime de 2,6 %, une contraction de 2 % est donc considérée comme une perspective positive. Toutefois, la chute est aussi importante que celle qui a eu lieu au plus fort de la crise financière. Et le deuxième trimestre va être bien pire, pour au moins deux raisons. 

Premièrement, pour le mois d’avril, et déjà pour le mois de mai, l’économie britannique était/est toujours en mode de confinement. Les entreprises survivent à peine avec l’argent de l’État, et le système de santé se bat pour contrôler la propagation du virus.

Deuxièmement, les partenaires européens traditionnels étaient également en mode de confinement. Pas de tourisme, pas de voyages d’affaires, pas d’exportations ni d’importations – un pays bloqué par la crise sanitaire du coronavirus.

On peut dire qu’en fin de compte, ce ne sont là que des chiffres créés par un choc extérieur, exogène. Une fois que l’impact aura disparu, l’économie reviendra au point où elle en était. C’est peut-être vrai, mais les dommages économiques perçus à un moment où le monde ne sait pas quand la crise se terminera resteront probablement présents plus longtemps qu’on ne le pensait initialement.

Inscrivez-vous à notre newsletter exclusive dès aujourd'hui !

Des e-mails sur mesure

Jamais de SPAM !

News sur les altcoins

Désinscrire à tout moment

Après vous être inscrit, vous pourrez également recevoir des offres spéciales occasionnelles de notre part par e-mail. Nous ne vendrons ni ne distribuerons jamais vos données à des tiers. Consultez notre politique de confidentialité ici.